Colloque sentimental, Verlaine : texte

 

« Colloque sentimental » est le poème qui clôt le recueil des Fêtes galantes. Alors que le recueil est placé sous le signe de la légèreté, ce poème final porte un regard beaucoup plus sombre sur la relation amoureuse.

Clique ici pour lire le commentaire de « Colloque sentimental »

Colloque sentimental

Dans le vieux parc solitaire et glacé
Deux formes ont tout à l’heure passé.

Leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles,
Et l’on entend à peine leurs paroles.

Dans le vieux parc solitaire et glacé
Deux spectres ont évoqué le passé.

– Te souvient-il de notre extase ancienne?
– Pourquoi voulez-vous donc qu’il m’en souvienne?

– Ton coeur bat-il toujours à mon seul nom?
Toujours vois-tu mon âme en rêve? – Non.

Ah ! les beaux jours de bonheur indicible
Où nous joignions nos bouches ! – C’est possible.

– Qu’il était bleu, le ciel, et grand, l’espoir !
– L’espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir.

Tels ils marchaient dans les avoines folles,
Et la nuit seule entendit leurs paroles.

Verlaine, Les Fêtes galantes.

Tu étudies Verlaine ? Regarde également :

Colloque sentimental : commentaire
L’enterrement, Verlaine : commentaire
Art poétique, Verlaine : commentaire
Clair de lune : lecture analytique
Il pleure dans mon coeur : lecture analytique
Mon rêve familier : lecture analytique
Monsieur Prudhomme : analyse

Commentaire composé 2016 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -