La courbe de tes yeux, Paul Eluard : texte

 

« La courbe de tes yeux » de Paul Eluard est issu du recueil Capitale de la Douleur publié en 1926. Dans ce poème qui divinise la femme, on observe nettement l’influence du surréalisme.

Clique ici pour lire l’analyse de La courbe de tes yeux

La courbe de tes yeux

La courbe de tes yeux fait le tour de mon cœur,
Un rond de danse et de douceur,
Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,
Et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu
C’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu.

Feuilles de jour et mousse de rosée,
Roseaux du vent, sourires parfumés,
Ailes couvrant le monde de lumière,
Bateaux chargés du ciel et de la mer,
Chasseurs des bruits et sources des couleurs,

Parfums éclos d’une couvée d’aurores
Qui gît toujours sur la paille des astres,
Comme le jour dépend de l’innocence
Le monde entier dépend de tes yeux purs
Et tout mon sang coule dans leurs regards.

Paul Eluard, Capitale de la douleur, 1926

 

Tu étudies « La courbe de tes yeux » ? Regarde aussi :

La courbe de tes yeux : commentaire
La terre est bleue comme une orange : analyse
La victoire de Guernica, Eluard
Liberté, Paul Eluard : analyse
Les mains d’Elsa, Aragon
Courage, Paul Eluard
Le Pont Mirabeau, Apollinaire
La colombe poignardée et le jet d’eau, Apollinaire

Recherches ayant permis de trouver ce poème « La courbe de tes yeux » :
la courbe de tes yeux texte, la courbe de tes yeux eluard poème.

Commentaire composé 2017 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -