Le pont Mirabeau, Apollinaire : texte

 

« Le pont Mirabeau », deuxième poème du recueil Alcools de Guillaume Apollinaire, a été écrit après sa rupture avec la peintre Marie Laurencin.

Bien qu’Apollinaire emprunte dans « Le pont Mirabeau » à la tradition romantique (thèmes de la fuite du temps, registre élégiaque), il propose un poème résolument moderne aux images renouvelées.

Cliquez ici pour lire l’analyse de Le pont Mirabeau

Le pont Mirabeau

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu’il m’en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l’onde si lasse

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

L’amour s’en va comme cette eau courante
L’amour s’en va
Comme la vie est lente
Et comme l’Espérance est violente

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

Guillaume Apollinaire, Alcools

 

Tu étudies « Le pont Mirabeau » ? Regarde aussi :

Le pont Mirabeau : commentaire
La chanson du mal-aimé : commentaire
Mai, Apollinaire : commentaire
Zone, Apollinaire : commentaire
La colombe poignardée et le jet d’eau : commentaire
Barbara, Prévert : analyse (le commentaire rédigé avec problématiques possibles à l’oral)

Recherches ayant permis de trouver ce poème « Le pont Mirabeau » :
le pont mirabeau poésie, sous le pont mirabeau, le pont mirabeau apollinaire, le pont mirabeau texte, le pont mirabeau poème

Commentaire composé 2016 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -