Mon rêve familier, Paul Verlaine : texte

 

« Mon rêve familier » est un poème issu du premier recueil de Paul Verlaine, Poème Saturniens, publiés en 1866. Placés sous le signe de Saturne, la planète noire, les poèmes de ce recueil sont empreints d’inquiétude et de mélancolie. Dans « mon rêve familier« , Verlaine met en lumière sa solitude et sa tristesse en évoquant une femme à la fois familière et inconnue qui apparaît dans ses rêves.

Cliquez ici pour lire l’analyse de Mon rêve familier

Mon rêve familier

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon cœur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d’être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? – Je l’ignore.
Son nom ? Je me souviens qu’il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L’inflexion des voix chères qui se sont tues.

Paul Verlaine, Poèmes saturniens, 1866

 

Tu étudies « Mon rêve familier » ? Regarde aussi :

Mon rêve familier : commentaire
Colloque sentimental : commentaire
Clair de lune : commentaire
Art poétique, Paul Verlaine (commentaire rédigé)
Il pleure dans mon cœur : commentaire
L’enterrement : commentaire

Recherches ayant permis de trouver ce poème « Mon rêve familier » :
mon rêve familier texte , mon reve familier verlaine poésie, mon rêve familier verlaine texte, mon rêve familier poème.

Commentaire composé 2017 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -