corrige bac de francais 2012 maroc algérieVoici une proposition de corrigé du commentaire composé donné au bac de français 2012 au Maroc et en Algérie (séries S et ES). Il s’agit d’un commentaire du poème « Mélusine » de Jean Lorrain.

Vous pouvez télécharger en cliquant ici l’intégralité du sujet du bac de français 2012 Maroc et Algérie (pdf).


Mélusine

Les bras nus cerclés d’or et froissant le brocart
De sa robe argentée aux taillis d’aubépines,
Mélusine apparaît entre les herbes fines,
Les cheveux révoltés, saignante et l’oeil hagard.

La splendeur de sa gorge éblouit le regard
Et l’émail de ses dents a des clartés divines ;
Mais Mélusine est folle et fait dans les ravines
Paître au pied des sapins la biche et le brocart.

Depuis cent ans qu’elle erre au pied des arbres fées,
Elle est fée elle-mème ; un charme étrange et doux
La fait suivre à minuit des renards et des loups.

Ses yeux au ciel nocturne enchantent les hiboux,
Et près d’elle, érigeant ses fleurs en clairs trophées,
Jaillit un glaïeul rose à feuillage de houx.

I-            Un monde féérique

Vous pouviez porter une attention particulière au cadre enchanteur du poème. De nombreux éléments permettent de qualifier ce cadre de féérique :

♦ Il s’agit d’un cadre naturel riche en couleurs et en matériaux précieux : « or », « argentée », « le glaïeul rose »

♦ On observe le champ lexical de la clarté / divinité : « argentée », « éblouit », « email de ses dents », « clartés divines », « clairs trophées », « glaïeul rose ».

♦ Le champ lexical de la végétation : brocart, taillis d’aubépines, herbes fines, sapins, ses fleurs en clairs trophées, glaîeul.

♦ Le lieu est peuplé d’animaux : hiboux, renards et loups, biche.

II-          Mélusine, une fée merveilleuse

Dans ce cadre féérique, Mélusine apparaît tout d’abord comme une fée merveilleuse.

Vous pouvez noter dans un premier temps que l’apparition de Mélusine est retardée : les compléments circonstanciels aux vers 1 et 2 créent un effet d’attente. L’apparition de Mélusine au vers 3 est ainsi mise en relief (notamment avec le nom de Mélusine dès le début du vers 2). Elle semble véritablement éclore telle une fleur dans ce milieu naturel.

Car si Mélusine est entourée de fleurs, elle apparaît elle-même comme une fleur : les bras nus cerclés d’or et la robe argentée aux taillis d’aubépines font penser à un corps végétal.

Mélusine est une fée qui suscite l’enchantement, l’émerveillement.

Vous pouvez remarquer que différentes parties de son corps font l’objet de descriptions : l’email des dents, la gorge, les yeux. Ces parties de son corps sont à chaque fois sujets de verbes d’action qui connotent l’émerveillement : la splendeur de sa gorge éblouit, ses yeux au ciel nocturne enchantent les hiboux, l’email de ses dents à des clartés divines. (On a un véritable champ lexical de l’émerveillement). Mélusine est le centre d’attention, celle qui éblouit et émerveille.

III-        Mélusine, une fée inquiétante

Si Mélusine suscite l’enchantement, elle provoque également l’inquiétude. De nombreux éléments inquiétants voire effrayants ponctuent le poème :

♦ Vous pouvez noter bien évidemment la description effrayante de Mélusine au vers 4 qui clôt de façon abrupte le premier quatrain, laissant au lecteur une impression d’effroi : « Les cheveux révoltés, saignante et l’oeil hagard. ».

♦ Le thème de la folie surgit au deuxième quatrain : « Mais Mélusine est folle ». Encore une fois, la folie de Mélusine est annoncée brusquement (notez la rupture brusque avec la conjonction de coordination « mais » au début du vers 7).

♦ Par ailleurs, Mélusine est une fée qui erre  depuis 100 ans  (v.9) tel un spectre. Elle semble ensorceler le monde qui l’entoure: Elle « fait dans les ravines /Paître au pied des sapins la biche et le brocart » (v.7 et 8) et « un charme étrange et doux / La fait suivre à minuit des renards et des loups » (v.10 et 11).
Remarquez l’emploi répété du verbe faire, au sens passif, qui révèle le pouvoir qu’exerce Mélusine sur la végétation et les animaux.

Les enjambements dans ces deux vers suggèrent par un mouvement d’expansion le pouvoir de Mélusine sur les autres êtres.

♦ Mélusine est ainsi une fée à la fois douce, fleurie et inquiétante. Cette ambivalence est suggérée par de nombreux contrastes dans le poème. Relevez par exemple l’expression « un charme étrange et doux » au vers 10, c’est-à-dire un charme à la fois rassurant (la douceur qui fait penser à la mère) et surnaturel (étrange).

Remarquez également que les éléments inquiétants du poème créent systématiquement un saisissant contraste avec les descriptions précédentes. On peut ainsi relever quelques antithèses : « herbes fines » / « cheveux révoltés » (v.3 et 4), « argentée » (couleur froide) / « saignant » (v.2 et 4) divines/ folles (v.6 et 7).

Mais c’est sans doute le dernier tercet qui suscite encore plus l’inquiétude du lecteur. Le champ lexical du combat apparaît : « érige », « trophées », « jaillit », le glaïeul qui fait songer à une épée. Le jaillissement du glaïeul est mis en relief par la position du verbe « jaillit » en début du v.14. Cette apparition accentue l’ambivalence de Mélusine, fée étrange qui mêle féminité et virilité, douceur et violence.

D’autres commentaires littéraires rédigés :

Aube, Rimbaud
Colloque sentimental, Verlaine
Les deux coqs, La Fontaine
Le pain, Ponge

Les meilleures astuces en vidéo :

Tu passes le bac de français cette année ?

Inscris-toi gratuitement à ma formation en 10 leçons-vidéos.

Je t'y explique comment réussir le commentaire et la dissertation, comment adapter ton plan à la question posée le jour de l'oral et comment anticiper les questions de l'entretien.

L'inscription est gratuite ! Remplis simplement le formulaire ci-dessous pour recevoir les vidéos :

  Une commentaire à “Corrigé bac de français Maroc et Algérie 2012 (commentaire « Mélusine » de Jean Lorrain)”

  1.  

    Bonjour,
    Je voulais d’abord vous remercier car ce site m’a beaucoup aidé pour mes révisions et durant toute l’année.
    Ensuite, pour le commentaire de ce poème ( je refais les sujets du bac pour m’entraîner) je me demandais si le plan suivant tenait la route. Je le trouve un peu basique.

    I. Un personnage en relation avec la nature
    a. Les animaux
    b. Les plantes
    II. Un personnage merveilleux
    a. Mythologique
    b. Féerique

    Merci encore et bonne journée.

 Laisser un commentaire

*

*

   

Commentaire composé 2016 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -