Caligula de Camus. Acte II, scène 10 : texte

 

Caligula de Camus, pièce de théâtre appartenant au « cycle de l’absurde », met en scène Caligula, un empereur romain tyrannique.

Incarnation de la démesure, ce dernier teste les limites humaines de la liberté.

Dans la scène 10 de l’acte 2, il va jusqu’à tuer l’un de ses conseillers. Cette scène 10 de l’acte II, toute entière construite autour du personnage de Caligula, oscille entre farce et tragédie et offre de l’homme une vision désenchantée.

Clique ici pour accéder à l’analyse de l’acte 2 scène 10 de Caligula

 

Caligula, acte II scène 10 (texte)

CHEREA
À tes ordres, Caïus. Qu’est-ce qui ne va pas ? Le personnel est-il mauvais ?

CALIGULA
Non, mais les recettes ne sont pas bonnes.

MEREIA
Il faut augmenter les tarifs.

CALIGULA
Mereia, tu viens de perdre une occasion de te taire. Étant
donné ton âge, ces questions ne t’intéressent pas et je ne te
demande pas ton avis.

MEREIA
Alors, pourquoi m’as-tu fait rester ?

CALIGULA
Parce que, tout à l’heure, j’aurai besoin d’un avis sans
passion.
(Mereia s’écarte)

CHEREA
Si je puis, Caïus, en parler avec passion, je dirai qu’il ne
faut pas toucher aux tarifs.

CALIGULA
Naturellement, voyons. Mais il faut nous rattraper sur le
chiffre d’affaires. Et j’ai déjà expliqué mon plan à Caesonia
qui va vous l’exposer. Moi, j’ai trop bu de vin et je commence à avoir soin.
(Il s’étend et ferme les yeux)

CAESONIA
C’est fort simple. Caligula crée une nouvelle décoration.

CHEREA
Je ne vois pas le rapport.

CAESOINIA
Il y est, pourtant. Cette distinction constituera l’ordre du Héros civique. Elle récompensera ceux des citoyens qui auront le plus fréquenté la maison publique de Caligula.

CHEREA
C’est lumineux.

CAESONIA
Je le crois. J’oubliais de dire que la récompense est décernée chaque mois, après vérification des bons d’entrée ; le citoyen qui n’a pas obtenu de décoration au bout de douze mois est exilé ou exécuté.

TROISIÈME PATRICIEN
Pourquoi « ou exécuté » ?

CAESONIA
Parce que Caligula dit que cela n’a aucune importance.
L’essentiel est qu’il puisse choisir.

CHEREA
Bravo. Le Trésor publie est aujourd’hui renfloué.

HÉLICON
Et toujours de façon très morale, remarquez-le bien. Il vaut mieux, après tout, taxer le vice que rançonner la vertu comme on le fait dans les sociétés républicaines.

(Caligula ouvre les yeux à demi et regarde le vieux Mereia qui, à l’écart, sort un petit flacon et
en boit une gorgée)

CALIGULA, toujours couché.
Que bois-tu, Mereia ?

MEREIA
C’est pour mon asthme, Caïus.

CALIGULA, allant vers lui en écartant les autres et lui flairant la bouche.
Non, c’est un contrepoison.

MEREIA
Mais non, Caïus. Tu veux rire. J’étouffe dans la nuit et je me soigne depuis fort longtemps déjà.

CALIGULA
Ainsi, tu as peur d’être empoisonné ?

MEREIA
Mon asthme…

CALIGULA
Non. Appelons les choses par leur nom : tu crains que je ne t’empoisonne. Tu me soupçonnes. Tu m’épies.

MEREIA
Mais non, par tous les dieux !

CALIGULA
Tu me suspectes. En quelque sorte, tu te défies de moi.

MEREIA
Caïus

CALIGULA, rudement.
Réponds-moi. Si tu prends un contrepoison, tu me prêtes par conséquent l’intention de t’empoisonner.

MEREIA
Oui…. je veux dire… non.

CALIGULA
Et dès l’instant où tu crois que j’ai pris la décision de t’empoisonner, tu fais ce qu’il faut pour t’opposer à cette volonté.

(Silence. Dès le début de la scène, Caesonia et Cherea ont gagné le fond. Seul, Lepidus suit le dialogue d’un air angoissé. De plus en plus précis)

Cela fait deux crimes, et une alternative dont tu ne sortiras pas : ou bien je ne voulais pas te faire mourir et tu me suspectes injustement, moi, ton empereur. Ou bien je le voulais, et toi, insecte, tu t’opposes à mes projets. (Un temps. Caligula contemple le vieillard avec satisfaction.) Hein, Mereia, que dis-tu de cette logique ?

MEREIA
Elle est…, elle est rigoureuse, Caïus. Mais elle ne s’applique pas au cas.

CALIGULA
Et, troisième crime, tu me prends pour un imbécile. Écoute-moi bien. De ces trois crimes, un seul est honorable pour toi, le second – parce que dès l’instant où tu me prêtes une décision et la contrecarres, cela implique une révolte chez toi. Tu es un meneur d’hommes, un révolutionnaire. Cela est bien. (Tristement.) Je t’aime beaucoup, Mereia. C’est pourquoi tu seras condamné pour ton second crime et non pour les autres. Tu vas mourir virilement, pour t’être révolté.
(Pendant tout ce discours, Mereia se rapetisse peu à peu sur son siège)
Ne me remercie pas. C’est tout naturel. Tiens. (Il lui tend une fiole et aimablement.)
Bois ce poison.
(Mereia, secoué de sanglots, refuse de la tête. S’impatientant.)
Allons, allons.
(Mereia tente alors de s’enfuir. Mais Caligula,
d’un bond sauvage, l’atteint au milieu de la scène,
le jette sur un siège bas et, après une lutte de
quelques instants, lui enfonce la fiole entre les
dents et la brise à coups de poing. Après quelques
soubresauts, le visage plein d’eau et de sang, Mereia meurt.
Caligula se relève et s’essuie machinalement les mains.)

(A Caesonia, lui donnant un fragment de la fiole de Mereia)
Qu’est-ce que c’est ? Un contrepoison ?

CAESONIA, avec calme.
Non, Caligula. C’est un remède contre l’asthme.

CALIGULA, regardant Mereia, après un silence.
Cela ne fait rien. Cela revient au même. Un peu plus tôt, un peu plus tard…
(Il sort brusquement, d’un air affairé, en s’essuyant toujours les mains.)

Albert Camus, Caligula, 1944

Tu étudies Caligula? Regarde aussi :

Caligula, acte 2 scène 10 (le commentaire rédigé)
L’absurde chez Camus (vidéo explicative de 4mn)
Résumé de l’Etranger (vidéo)
L’Etranger : analyse de l’incipit
L’Etranger, chapitre 6 : analyse (meurtre de l’arabe)
L‘Etranger, 2ème partie, chapitre 4 (le procès)

Recherches ayant permis de trouver cet extrait de l’acte 2 scène 10 de Caligula : caligula acte 2 scène 10 texte, caligula acte 2 scène 10 extrait, caligula de camus scene 10 le texte.

Commentaire composé 2017 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -