Saltimbanques, Apollinaire : texte

 

« Saltimbanques » de Guillaume Apollinaire est un poème publié dans Alcools (1913). Ce poème d’apparence enfantine célèbre le mode de vie nomade et coloré des saltimbanques.

Clique ici pour lire l’analyse de « Saltimbanques » d’Apollinaire

« Saltimbanques »

Dans la plaine les baladins
S’éloignent au long des jardins
Devant l’huis des auberges grises
Par les villages sans églises.

Et les enfants s’en vont devant
Les autres suivent en rêvant
Chaque arbre fruitier se résigne
Quand de très loin ils lui font signe.

Ils ont des poids ronds ou carrés
Des tambours, des cerceaux dorés
L’ours et le singe, animaux sages
Quêtent des sous sur leur passage.

Guillaume Apollinaire, Alcools

 

Tu étudies « Saltimbanques » ? Regarde aussi :

Saltimanques, Apollinaire (l’analyse rédigée)
Mai, Apollinaire (analyse rédigée)
Zone, Apollinaire (analyse rédigée)
La chanson du mal-aimé (analyse rédigée)
Le pont Mirabeau : commentaire
La colombe poignardée et le jet d’eau : commentaire

Recherches ayant permis de trouver ce poème « Saltimbanques » :
les saltimbanques texte, saltimbanques poème texte, saltimbanques apollinaire texte.

Commentaire composé 2017 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -