voyage au bout de la nuit céline incipit commentaireVoici une lecture analytique de l’incipit de Voyage au bout de la nuit de Louis Ferdinand Céline.

Voyage au bout de la nuit, incipit, introduction :

Lorsque paraît Voyage au bout de la nuit, en 1932, les horreurs de la Première Guerre mondiale sont encore dans toutes les mémoires.

Louis-Ferdinand Céline lui-même s’y est confronté et en ressortira traumatisé.

S’inspirant de cette expérience et de ses voyages en Afrique, en Amérique et en URSS, Voyage au bout de la nuit peint, du point de vue de Ferdinand Bardamu (alter ego de l’auteur), le portrait de la société de l’époque à travers l’engagement du jeune protagoniste dans l’armée et les mésaventures qui suivront.

Cependant, si l’œuvre est devenue un classique, c’est certainement autant pour sa langue inhabituelle que pour son récit.

Céline use en effet d’un style cru, très oral, que l’on rencontre peu dans les romans. Dans cet incipit de Voyage au bout de la nuit, nous rencontrons Bardamu et l’un de ses camarades, Arthur Ganate, plongés dans une discussion de comptoir.

Questions possibles à l’oral de français sur l’incipit de Voyage au bout de la nuit :

♦ Qu’est-ce qui fait la modernité de cet incipit ?
♦ Que peut-on dire de l’univers dans lequel nous introduit Céline avec cet incipit ?
♦ En quoi l’incipit de Voyage au bout de la nuit est-il déroutant ?
♦ Comment s’exprime le pessimisme célinien dans cet incipit ?
♦ Qu’y a-t-il de choquant dans cet incipit ?
♦ Que peut-on dire de la langue utilisée par Céline dans cet incipit ?

Annonce du plan

Nous remarquerons tout d’abord à quel point cet incipit est déroutant pour le lecteur (I), puis nous aborderons la violence omniprésente dans ce passage (II). Pour terminer, nous étudierons la critique sociale que fait Céline à travers le discours désabusé de son protagoniste (III).

I – Un incipit déroutant

A – Une langue romanesque inhabituelle

La première phrase a de quoi surprendre : « Ça a débuté comme ça ».

Cette phrase pour le moins familière dans un roman (hors dialogue), avec la contraction de « cela » en « ça » et la répétition de « ça » (du parlé à l’écrit), donne immédiatement le ton : toute la narration sera rédigée dans un style oral.

Les phrases courtes, parfois nominales (sans verbe) soulignent l’étrangeté de cette narration (« Rien », « Il veut me parler. Je l’écoute », « Je rentre avec lui. Voilà. ») : l’oralité ne se cantonne pas aux dialogues mais déborde sur les passages narratifs.

Un autre élément significatif est l’omission de la négation « ne » avant les verbes : « j’avais jamais » (je n’avais jamais), « Y en a pas deux » (Il n’y en a pas deux), « quand on est pas sages » (quand on n’est pas sages).

Le mélange de passé composé (« ça a débuté », « qui m’a fait », « j’ai tenu ») et de présent de l’indicatif (« on se rencontre », « on remarque »), de même que l’utilisation familière du pronom de la troisième personne « on » (au lieu de « nous »), sont eux aussi une étrangeté dans le récit et interpellent immédiatement le lecteur.

B – Un début in medias res

Plus encore, nous sommes directement happés dans le récit, sans autre préambule que la première phrase, sorte d’introduction métatextuelle (c’est à dire comme une mise en abyme, par laquelle le romancier dirait au lecteur : « voilà comment je débute mon roman »).

Cet incipit s’ouvre en effet sur cette déclaration paradoxale de Bardamu : « Moi, j’avais jamais rien dit. Rien ». La voix narrative semble se contredire : elle n’a rien à dire, mais elle va parler pendant plusieurs centaines de pages.

C’est le deuxième personnage, brièvement introduit, qui est la cause de la prise de parole : « C’est Arthur Ganate qui m’a fait parler ».

L’utilisation du présent de l’indicatif nous plonge au cœur de la scène, entre les deux hommes attablés dans un café (« Je rentre avec lui », « on remarque », « qu’il me taquine »), donnant un sentiment d’immédiateté et de spontanéité de la narration.

C – Un rôle tout de même informatif

Nous ne savons rien du narrateur, qui parle à la première personne, si ce n’est qu’il s’exprime de manière relâchée et qu’il est étudiant en médecine (« un carabin lui aussi », sous-entendu : comme moi).

De son ami, on sait le nom complet (Arthur Ganate) et son statut (étudiant en médecine). C’est lui qui, lors du dialogue, nous révèle le nom du narrateur (« Bardamu, qu’il me fait alors gravement… »).

La scène se déroule à Paris, probablement en été, après le déjeuner, comme l’indiquent quelques repères spatio-temporels disséminés au long des premières phrases (« place Clichy », « c’était après le déjeuner », « il n’y avait personne dans les rues, à cause de la chaleur », « les gens de Paris »). L’évocation du « Président Poincaré » nous donne une idée de la date : entre 1913 et 1920, dates auxquelles il occupait les fonctions de Président de la République.

Transition : Même s’il remplit un certain rôle informatif (en introduisant le personnage principal dans un décor réaliste et facilement reconnaissable pour le lecteur), cet incipit ne manque pas de surprendre en nous plongeant au cœur d’une discussion houleuse, qui préfigure la violence du roman.

II – Un incipit marqué par la violence

A – Confrontation orale

La situation présentée dans cet extrait est une confrontation.

Certes, les deux personnages sont amis, mais ils n’hésitent pas à s’exprimer avec véhémence, comme le montrent les nombreux points d’exclamation en fin de phrase : « Tiens, voilà un maître journal, Le Temps ! », « Si donc ! qu’il y en a une ! Et une belle de race », « C’est pas vrai », etc.

L’antagonisme entre les deux amis est mis en évidence par un passage narratif : « Et puis, le voilà parti à m’engueuler. J’ai tenu ferme bien entendu. ».

Les verbes de parole sont souvent précédés de « que », ce qui donne au dialogue un aspect cru, un peu brutal (« que j’ai répondu moi », « qu’il insistait lui », « qu’il me fait »).

Ils se coupent parfois la parole, cherchant à couvrir la voix de l’autre : Bardamu veut répondre « du tac au tac », Arthur le « taquine », l’interrompt par ce qui est presque une interjection (« Si donc ! »), traduisant la spontanéité de leurs propos.

Bardamu a par ailleurs l’art de la formule, essayant ainsi de faire taire son adversaire : « C’est ça la France et puis c’est ça les Français. », « l’amour c’est l’infini mis à la portée des caniches et j’ai ma dignité moi ! ».

B – Distorsion de la langue

La situation de confrontation est renforcée et soulignée par la langue employée.

On l’a vu, elle est familière, mais Céline va plus loin encore : il la tord, la soumet à des distorsions syntaxiques rarement vues jusqu’ici à l’écrit.

On constate de nombreuses tournures emphatiques typiques de l’oral : « Moi, j’avais jamais rien dit. », « Elle en a bien besoin la race française », « Et une belle de race ! », « j’ai ma dignité moi ! ».

Avec les phrases courtes et la ponctuation erratique, parsemée de points d’exclamation, d’interrogation et de suspension, Céline joue sur les rythmes (il ira plus loin encore dans son œuvre suivante, Mort à crédit) : « C’est ainsi ! Siècle de vitesse ! qu’ils disent. Où ça ? Grands changements ! qu’ils racontent. Comment ça ? Rien n’est changé en vérité. ». Ces variations traduisent la virulence du propos, l’emportement des protagonistes, ou bien leur lassitude : « Pour des riens, il vous étrangle C’est pas une vie ».

Plus qu’un simple moyen d’expression, la langue devient matériau, et Céline la travaille dans toutes ses dimensions. On trouve en effet également des jeux sur les sonorités, notamment des échos sonores, souvent avec des rythmes ternaires : miteux/chassieux/puceux, transis/ici/poursuivis, violés/volés/étripés.

C – Violence du propos

Les deux amis sont en désaccord sur un point précis : « la race française ».

Arthur est le partisan d’une théorie qu’on peut qualifier de raciste (même si on ne le formulait pas ainsi à l’époque) : selon lui, les français sont « la plus belle race du monde ».

Bardamu, au contraire, soutient que cette « race » n’est qu’un « grand ramassis de miteux dans [s]on genre », venus « des quatre coins du monde » et échoués sur ce territoire parce qu’« ils ne pouvaient pas aller plus loin ».

Ils s’opposent ensuite sur leurs ancêtres, perçus de manière positive par Arthur (« nos pères nous valaient bien, n’en dis pas de mal ») et traités avec mépris par Bardamu, avec une accumulation d’adjectifs dévalorisants : « Haineux et dociles, violés, volés, étripés et couillons toujours ».

On remarque très vite que Bardamu a une vision très noire, très pessimiste de l’homme dans son ensemble, tandis qu’Arthur tente de défendre cette Humanité en invoquant l’amour (« Il y a l’amour, Bardamu ! »).

Transition : Cette violence qui marquera tout le roman est née des traumatismes du conflit de 14-18. Mais ce n’est pas simplement une dénonciation de la guerre que formule Céline : la société tout entière, avec son immobilisme et ses valeurs dépassées, est la cible du romancier.

III – Un discours désabusé qui masque une critique sociale

A – L’immobilisme

L’une des critiques qui ressort du dialogue entre les deux amis est l’immobilisme de la société :
♦ « Rien n’est changé en vérité. »;
♦  « Et ça n’est pas nouveau non plus »;
♦ « Nous ne changeons pas ».

Le monde est figé, malgré les idées prédominantes à l’époque de progrès, rapportées par Arthur (« Siècle de vitesse ! qu’ils disent. Où ça ? Grands changements ! qu’ils racontent»).

Selon Bardamu, la situation était déjà la même à l’époque de leurs pères : « ils nous valaient bien ! Tu peux le dire ! ». Avec véhémence, il soutient l’idée d’une transmission de la misère sociale, de génération en génération : « Nous ne changeons pas ! Ni de chaussettes, ni de maîtres, ni d’opinions, ou bien si tard, que ça n’en vaut plus la peine. »

Les Parisiens en général sont aussi attaqués pour leur paresse et leur oisiveté : « Les gens de Paris ont l’air toujours d’être occupés, mais en fait, ils se promènent du matin au soir » ; lorsqu’il fait trop chaud ou trop froid, « ils sont tous dedans à prendre des cafés crème et des bocks. » .

Mais cette critique n’a guère de valeur pour le lecteur, car les deux personnages qui la formulent sont eux-mêmes oisifs et passifs : « Bien fiers alors d’avoir fait sonner ces vérités utiles, on est demeurés là assis, ravis, à regarder les dames du café ». Cette remarque ironique souligne l’hypocrisie de leur position.

B – Une remise en question des valeurs bourgeoises

Cette discussion de comptoir révèle le nihilisme du héros (le nihilisme est la négation des valeurs morales sur lesquelles se fonde la société).

Ce nihilisme est mis en valeur par les privatifs (« Ni de chaussettes, ni de maîtres, ni d’opinions ») et les nombreuses négations (« vu qu’elle n’existe pas », « Ils ne pouvaient pas aller plus loin », « Quand on est pas sages », « C’est pas une vie »).

Bardamu remet en question les valeurs bourgeoises traditionnelles, comme le patriotisme et le nationalisme (souvent exacerbés en temps de guerre), alors qu’Arthur, on l’a vu, défend l’idée d’une « race française » supérieure (« la plus belle race du monde »).

Pour Bardamu, les citoyens français sont de la chair à canon : « Soldats gratuits, héros pour tout le monde et singes parlants », alors que les soldats sont ordinairement perçus comme des héros en période de conflit.

L’amour lui-même, valeur noble par excellence, est une cible.

Alors qu’Arthur l’invoque pour contrer le portrait négatif de l’Humanité donnée par Bardamu, celui-ci rétorque d’un ton péremptoire : « l’amour c’est l’infini mis à la portée des caniches ». Le présent de vérité générale et la phrase en forme de maxime retentissent comme une condamnation sans appel, où l’amour est présenté comme incompatible avec la « dignité ».

C – Dénonciation des puissants

En filigrane, les puissants de ce monde sont également pris pour cible dans le discours de Bardamu.

Le Président de la République, Poincaré, n’est évoqué que parce qu’il s’en va inaugurer « une exposition de petits chiens » (rappelant les « caniches » de la fin du passage) – activité qui paraît futile en temps de guerre.

Les français sont réduits à être des « mignons », « dociles », « nés fidèles », « volés », « couillons toujours » . Ce que Céline met ici en cause, c’est l’absence de révolte, la soumission docile au pouvoir qui exploite les petites gens.

La figure du « Roi Misère » peut être interprétée comme une allégorie représentant ces puissants qui écrasent le peuple sous leurs bottes : « C’est lui qui nous possède ! », « Pour des riens, il vous étrangle… ».

Le pouvoir étouffe les protestations, enlève au peuple le droit à la parole : « On a ses doigts autour du cou, toujours, ça gêne pour parler ». Cette gêne est symbolisée par les points de suspension, qui dominent la tirade de Bardamu, comme s’il avait du mal à poursuivre.

Incipit de Voyage au bout de la nuit, conclusion :

Cet incipit déroutant nous plonge sans préambule dans le monde violent et sans merci du Voyage au bout de la nuit.

Quelques années après la fin de la Première Guerre mondiale, Céline attaque avec véhémence ses contemporains, peignant un portrait extrêmement pessimiste, à la fois burlesque et tragique, de la condition humaine.

On comprend dès ces premières lignes que le voyage ne sera pas seulement géographique, mais aussi sociologique et psychologique. Céline donne voix à son narrateur pour explorer l’âme de « ce grand ramassis de miteux » que représente l’Humanité ; ni les puissants ni les petites gens ne seront épargnés.

Sculptant la langue pour l’adapter à son propos, il écrit dans un style novateur, oral, argotique et rythmé, qui provoquera à la fois l’hostilité et l’admiration et qui marquera l’ensemble de son œuvre.

Tu étudies l’incipit de Voyage au bout de la nuit ? Regarde aussi :

Voyage au bout de la nuit : résumé
L’Etranger, camus : incipit
La peste, Camus : incipit
La Modification, Butor : incipit

Les meilleures astuces en vidéo :

Tu passes le bac de français cette année ?

Inscris-toi gratuitement à ma formation en 10 leçons-vidéos.

Je t'y explique comment réussir le commentaire et la dissertation, comment adapter ton plan à la question posée le jour de l'oral et comment anticiper les questions de l'entretien.

L'inscription est gratuite ! Remplis simplement le formulaire ci-dessous pour recevoir les vidéos :

  11 commentaires à “Voyage au bout de la nuit, Céline, incipit : analyse”

  1.  

    Bonjour,
    Est ce que vous croyez que prendre cet excellent plan analytique pour mon oral blanc de français peut poser problème ? Est-ce risquer car d’autres élèves vont également le prendre ou est ce que vous pensez que ce n’est pas grave ?
    Merci pour tout votre aide en tout cas !

    •  

      Bonjour Elise,
      L’important est de montrer lors de l’oral que tu as compris l’analyse du texte. Tu n’es en aucun cas pénalisée parce que tu reprends une analyse proposée sur mon site : le jury sait bien que vous vous appuyez sur les plans de lectures analytiques donnés par un professeur. En revanche, il faut prendre soin de répondre à la question posée le jour de l’oral : c’est surtout cela le piège. N’hésite pas à regarder ma rubrique sur l’oral de français et à t’abonner à ma formation en 10 vidéos pour savoir comment t’y prendre !

  2.  

    bonjour madame

    merci pour tout votre travail !
    ma professeur de français étant une remplaçante celle ci ne nous fait ^pas dut out son travil; ce qu’elle nous dicte n’est que de la paraphrase avec aucun procédé…
    serait il possible que vous me laissiez copier coller vos analyse afin de les apprendre ?

    •  

      Bonjour Alexandre,
      Le copier-coller est désactivé sur mon site, mais il y a un lien en haut de chaque commentaire pour que vous puissiez les télécharger et les imprimer dans un format adéquat.

  3.  

    Bonjour!
    Tout d’abord merci pour ce travail, qui est fort utile en cette année de bac de français.
    Ensuite, je voulais savoir ce que vous pensiez des axes de mon professeur de français, car je trouve qu’ils ne vont pas ensemble par rapport à la problématique qu’il nous a donné :
    Problématique : quelle est la vision du monde proposée dans cet extrait ?
    Axe I) la liberté langagière de Céline
    Axe II) un discours de contestation radicale
    Voilà, merci d’avance !

  4.  

    Bonjour, quel serait l’ouverture pour ce texte s’il vous plait ?
    Merci d’avance !

  5.  

    Bonjour Amélie,

    Pour mon oral blanc de jeudi prochain, j’ai un texte de Céline qui est un extrait de discours entre 2 personnages je voulais savoir si il était nécéssaire que je comprenne tout ton resumé sur ce texte ou la partie 1 est suffisante ? merci de ta réponse
    Bonne journée
    Maéva élève de 1 ère ES.

  6.  

    Vous êtes l’Amélie de Youtube, n’est-ce pas ? J’aime beaucoup vos explications très claires dont je me sers pour mes cours de littérature à l’Alliance française de Buenos Aires. Encore merci.

  7.  

    Bonjour,
    je dois écrire un essay sur le sujet « la discontinuité dans le Voyage au bout de la nuit ». Est-ce que cette disconuité est tous les voyages que le personnage fait?
    Merci en avant

  8.  

    Bonjour,
    Est ce que je peux reprendre votre plan pour répondre à la problématique suivante : Que peut-on dire de la langue utilisée par Céline dans cet incipit?
    Merci d’avance

 Laisser un commentaire

*

*

   

Commentaire composé 2017 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -