les mains d'elsa

 

Aujourd’hui, nous sommes le 14 février,  je publie donc un cadeau spécial saint-Valentin : un de mes poèmes d’amour préféré – Les mains d’Elsa de Louis Aragon (auteur surréaliste du 20ème siècle). Et pour ceux qui ont ce poème à l’oral de français, une analyse pour réussir leur lecture analytique !

 

 

Les mains d’Elsa

Donne-moi tes mains pour l’inquiétude
Donne-moi tes mains dont j’ai tant rêvé
Dont j’ai tant rêvé dans ma solitude
Donne-moi tes mains que je sois sauvé

Lorsque je les prends à mon pauvre piège
De paume et de peur de hâte et d’émoi
Lorsque je les prends comme une eau de neige
Qui fond de partout dans mes main à moi

Sauras-tu jamais ce qui me traverse
Ce qui me bouleverse et qui m’envahit
Sauras-tu jamais ce qui me transperce
Ce que j’ai trahi quand j’ai tresailli

Ce que dit ainsi le profond langage
Ce parler muet de sens animaux
Sans bouche et sans yeux miroir sans image
Ce frémir d’aimer qui n’a pas de mots

Sauras-tu jamais ce que les doigts pensent
D’une proie entre eux un instant tenue
Sauras-tu jamais ce que leur silence
Un éclair aura connu d’inconnu

Donne-moi tes mains que mon coeur s’y forme
S’y taise le monde au moins un moment
Donne-moi tes mains que mon âme y dorme
Que mon âme y dorme éternellement.

 

Les mains d’Elsa, Aragon : commentaire littéraire

 

I-  Un poème en forme de prière

On retrouve dans ce poème les caractéristiques d’une prière :

  • Les nombreuses anaphores (répétition d’un même terme en début de vers) qui insistent sur la demande du poète : « donne-moi » (répété 5 fois), « lorsque », « sauras-tu ».
  • Cette prière/insistance transparait également à travers l’emploi de l’impératif : donne-moi.
  • Cette insistance est telle qu’elle apparaît proche de l’obsession. Néanmoins, les anaphores créent une certaine musicalité dans le texte et suggèrent ainsi également l’harmonie du sentiment amoureux.
  • On retrouve enfin les caractéristiques d’une prière à travers les formules interrogatives que l’on entend, malgré l’absence de ponctuation, à travers l’inversion sujet-verbe aux vers 9 et 11 (« sauras-tu jamais »)

II- Des images poétiques fortes

L’image des mains est centrale dans le poème (elle lui a donné son titre). Les mains apparaissent comme un instrument multiple:

  • Tout d’abord, elles représentent un instrument de liaison entre Aragon et Elsa, ce que suggère le glissement du déterminant possessif « tes mains » à « mes mains » puis à « tes mains » à la fin du poème.
  • Elles sont un véritable moyen de communication. La strophe 4 érige les mains en un moyen de communication d’autant plus puissant qu’il est muet. On remarque le champ lexical du langage dans cette quatrième strophe : « profond langage », « parler muet », « sens », « sans bouche » « mots ».
  • Les mains sont également salvatrices. C’est ainsi que les mains d’Elsa sauvent le poète de la noyade (« que je sois sauvé »).
  • Mais la figure plus négative du piège se superpose également sur celle des mains. On observe le champ lexical du piège : « je les prends », « piège », « proie », « tenue ».

Néanmoins, c’est l’image positive des deux mains qui se rejoignent et forme un cœur qui perdure à la fin du poème. Les mains deviennent le lieu de l’apaisement (remarquez le champ lexical du silence « s’y taise », « âme », « dorme » ;  et le dernier mot du poème qui suppose l’amour infini : « éternellement »).

III-  Insécurité et angoisse du poète

Véritable poème d’amour, les mains d’Elsa suggère néanmoins par touche l’imperfection du sentiment amoureux et la fusion jamais atteinte des amants.

  • Tout d’abord, on relève le champ lexical de l’inquiétude et de l’instabilité : « inquiétude », « solitude », « hâte », « émoi », « traverse », « bouleverse », « transperce », « trahi », « tressailli ». L’amour n’apparaît jamais totalement acquis. Il devient alors source d’incertitude, de peur, de jalousie et de souffrance.
  • Ensuite, si Aragon souhaite posséder Elsa, ce qu’il suggère à travers l’image du « piège » (vers 5), il sait que cette possession n’est qu’illusoire. La comparaison entre les mains et l’eau de neige qui fond traduit cette impossibilité de retenir l’être aimé.
  • La communication entre les amants passe par des non-dits (champ lexical du silence : « muet », « sans bouche », « pas de mots », « s’y taise ») et n’est jamais sûre d’être totalement comprise.  C’est ainsi qu’il faut comprendre les nombreuses interrogations d’Aragon introduites par l’anaphore « sauras-tu jamais ». Le poète sait que le partage absolu entre deux être est impossible et il souffre de cette communion imparfaite.
  • Enfin, les figures d’insistance dans le poème (anaphores), l’emploi de l’impératif suggère également le côté plus sombre de l’amour qui se fait envahissant, autoritaire, possessif.

On note toutefois que l’antithèse finale moment/éternellement (l’antithèse est le rapprochement de deux mots de sens opposés) suggère la victoire de l’apaisement sur celle de la peur et de l’incertitude.

Tu seras aussi intéressé(e) par :

La courbe de tes yeux, Eluard : lecture analytique
La terre est bleue comme une orange : lecture analytique
Barbara, Prévert (commentaire rédigé)
La colombe poignardée et le jet d’eau, Apollinaire (analyse)
Je vis, je meurs, Louise Labé (analyse)

Les meilleures astuces en vidéo :

Tu passes le bac de français cette année ?

Inscris-toi gratuitement à ma formation en 10 leçons-vidéos.

Je t'y explique comment réussir le commentaire et la dissertation, comment adapter ton plan à la question posée le jour de l'oral et comment anticiper les questions de l'entretien.

L'inscription est gratuite ! Remplis simplement le formulaire ci-dessous pour recevoir les vidéos :

  13 commentaires à “Les mains d’Elsa : commentaire composé”

  1.  

    Merci mille fois pour votre site !!! :)

  2.  

    Vos cours sont géniaux: clairs, construits et instructifs. Bravo et merciiiiiiiiii

  3.  

    Dans le grand trois « insécurité et angoisse du poète » ligne 14 c’est « le poète » et non pas « la » mais sinon c’est très bien fait.

  4.  

    Bonjour, j’ai fais un plan complètement différent de celui que vous apportez, j’aurais voulu savoir si mon plan était quand même juste:
    Ma problématique:
    À quoi voit t’on que l’auteur a un amour passionné pour Elsa?
    I. Une exaltation d’un amour passionnel à travers le lyrisme
    II. Les mains d’Elsa exprime une passion inconditionnel
    1) par les multiples images
    2) le poète prit au piège dans les mains d’Elsa, m
    – ais lucide montre s

  5.  

    Désoler il c’est envoyer tous seul, je vous donne la suite :
    – mais lucide montre son amour inconditionnel
    III. La dimension symbolique des mains d’Elsa

  6.  

    bonjour, peut-on dire que ce poème est lyrique ?

  7.  

    Est ce que c’est un blason ?

  8.  

    Bonjour !
    En français nous parlons beaucoup de « Leitmotiv » Mais je ne suis pas sûre d’avoir très bien compris. Est-ce qu’il s’agit d’une sorte d’anaphore comme ici : « Donne moi » ?

    •  

      Un leitmotiv est une image ou un thème qui se répète dans une œuvre. L’anaphore est la répétition d’un mot ou d’une expression (et non d’une image ou d’un thème) en début de phrase ou de proposition.

  9.  

    Bonjour,
    je me permets de signaler le « Ce » en trop au vers 12, qui fausse le mètre.
    Le commentaire est pertinent mais les deux premières parties portent beaucoup trop sur la forme. Il faudrait aussi tenir compte du fait que Aragon reprend dans cet ouvrage le style de l’amour courtois.

  10.  

    Merci bien pour cet analyse minutieux. C’était joliement intéressant))

 Laisser un commentaire

*

*

   

Commentaire composé 2016 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -