correspondances baudelaire

Voici un exemple de commentaire composé sur le poème Correspondances de Baudelaire.

Vous pouvez vous en inspirer pour comprendre comment un commentaire composé se rédige.

Si vous avez correspondances de Baudelaire à l’oral, regardez d’abord l’analyse de Correspondances de Baudelaire en vidéo : ce sera plus digeste et facile à retenir.

Introduction

Correspondances, de Baudelaire, est un sonnet issu des fleurs du mal, recueil de poèmes publié  mais aussitôt censuré en 1857.  Baudelaire est en effet un poète moderne et incompris : contenu érotique de l’ouvrage, présentation intimement liée du beau et du sordide, ses poèmes ne manqueront pas de choquer la société de l’époque.  « Correspondances » n’est pas un des poèmes qui a le plus heurté. Il n’en est pas moins éminemment moderne dans la mesure où il se fait l’écho d’une doctrine symboliste qui puise ses racines dans la critique de la société bourgeoise ultra-matérialiste. Correspondances en en effet un poème emblématique du mouvement symbolique dans la mesure où Baudelaire fait une présentation de la nature comme un lieu sacré et symbolique (I), et se présente comme intermédiaire entre la nature et les hommes (II).

I-             La nature : un lieu sacré et symbolique

A-  La nature : un lieu sacré

La nature est présentée par Baudelaire comme un lieu sacré.

La métaphore qui met en relation « la nature » et « un temple » au vers 1 permet de comparer notre environnement à un lieu sacré, divin.

Cette métaphore est filée dans le premier quatrain puisque les arbres sont un peu plus loin présentés comme de « vivants piliers ».

Sacrée, la nature est également immuable.

Cette qualité se ressent à l’étude des verbes employés par le poète dans le premier quatrain : au verbe d’état « est » du premier vers, qui se rapporte à la nature, Baudelaire oppose le verbe d’action « passe » qui se rapporte à l’homme (vers 3). 

Ces verbes, de natures opposées, soulignent le contraste entre l’immuabilité de la nature, d’une part, et le passage éphémère de l’homme, d’autre part.

On soulignera que le choix d’un sonnet en alexandrin, vers noble par excellence, n’est ici pas anodin. Le caractère sacré de la nature en est souligné.

B-  La nature : un lieu symbolique

Si la nature est sacrée, elle est également hermétique : son sens ne saurait être saisi facilement. La nature s’exprime à travers « des forêts de symboles » qui doivent être décryptés.

On observe ainsi dans les deux premiers quatrains le champ lexical de la confusion : « confuses », « forêts de symboles », « se confondent », « ténébreuse et profonde », « nuit ».

Cette confusion est soulignée phonétiquement par l’assonance en « on »  qui se fait entendre dans le deuxième quatrain : « longs », « confondent », « profonde », « comme », « sons », « répondent ». La répétition de ce phonème se réfère bien évidemment aux échos évoqués par le poète, échos mystérieux et insondables que le lecteur entend lui même, sans les comprendre.

On remarquera que malgré la confusion, la richesse des sons (assonances, allitérations) tisse le texte et crée une musicalité qui suggère, par delà, la confusion, l’unité de sens.

C’est le poète, intermédiaire entre la nature et les hommes,  qui va éclairer ce sens.

II-          Le poète : un intermédiaire entre la nature et les hommes

A-  Le recours aux synesthésies (la méthode pour décrypter la nature)

Dans le dernier vers du deuxième quatrain, Baudelaire nous révèle l’enseignement de son poème : « les parfums, les couleurs et les sons se répondent ».

Ce vers est essentiel dans la mesure où il résume l’idée des correspondances, celle des synesthésies, idée illustrée par le poète dans les deux derniers tercets.

Les synesthésies sont des associations de sensations de nature différente. Baudelaire nous en donne des exemples :

  • « il est des parfums frais comme des chairs d’enfants » : le poète met ici en relation l’odorat (parfum) et le toucher (frais)
  •  « doux comme les hautbois » : relation entre l’odorat (parfum), le toucher (doux) et l’ouie (hautbois)
  • « verts comme les prairies » : relation entre l’odorat (parfum) et la vue (vert- la couleur)
  • Encore plus intéressantes sont les correspondances qu’il existerait entre les sens et les qualités morales : les parfums peuvent ainsi être « corrompus, riches et triomphants » (v.11). Baudelaire souligne la relation entre l’odorat et des qualités d’ordre moral.

On le voit, la méthode du poète, pour décrypter la nature repose sur une mobilisation des sens. Tous les sens sont évoqués : le toucher, l’odorat, la vue,  le goût, l’ouïe.

L’importance des sens ne doit pas être occultée. On remarquera d’ailleurs que Baudelaire clôt son sonnet par le mot sens (v.14), place qui le met en relief.

B-  Le statut du poète

Le rôle du poète est fondamental dans ce sonnet.

Bien qu’il ne soit pas désigné directement dans le poème, c’est le poète qui révèle au lecteur l’enseignement clé des correspondances. Il est ainsi présenté comme un intermédiaire entre la nature et les hommes.

On comprend, à la lecture du vers 3 (« l’homme y passe à travers des forêts de symboles ») que le poète se démarque des autres hommes puisqu’il détient, lui, la clé de la compréhension de la nature.

Le poète est en effet celui qui fait passer le lecteur de la confusion à la clarté.

On observe une opposition entre les deux premiers quatrains, où règne le champ lexical de la confusion et les deux derniers tercets, où le poète éclaircit le sens de la nature. Le début du premier tercet, « il est » (vers 9) dissipe l’obscurité et marque le commencement des explications.

Le poète, qui nous livre sa méthode des synesthésies pour comprendre notre environnement nous ouvre de nouvelles perspectives sur le monde. Il ne faut pas s’en tenir au monde sensible mais voir au delà, pour comprendre l’idée qui se cache derrière.

Cette nouvelle perspective constitue une véritable « expansion », terme utilisé par le poète au vers 12 et d’autant plus mis en valeur qu’il comporte une diérèse, nous obligeant à prononcer en deux syllabes ce que nous devrions prononcer en une seule (si-on au lieu de sion).

Cette diérèse n’est bien évidemment pas anodine : elle fait entendre le sens même du mot prononcé : une extension, un accroissement du monde sensible pour le lecteur.

Conclusion du commentaire :

Correspondances de Baudelaire, est emblématique du mouvement symbolique. En effet, le poète nous invite à voir au delà de la réalité sensible en découvrant le sens caché du monde qui se manifeste par des signes que le poète sait déchiffrer et transcrire. Ce rôle et cette fonction de la poésie sont propres au symbolisme et repris par d’autres auteurs. On songe notamment au poème « Voyelles » de Rimbaud qui lui, fait correspondre les lettres et les couleurs.

Pour aller plus loin :

Méthode du commentaire composé
Les Fleurs du Mal (tous les articles et vidéos)
Spleen et Idéal : analyse (vidéo)
La modernité chez Baudelaire
Enivrez-vous, Baudelaire (analyse)
Voyelles, Rimbaud (commentaire rédigé)
Aube, Rimbaud : commentaire
Fonction du poète, Victor Hugo (commentaire rédigé)

Les meilleures astuces en vidéo :

Tu passes le bac de français cette année ?

Inscris-toi gratuitement à ma formation en 10 leçons-vidéos.

Je t'y explique comment réussir le commentaire et la dissertation, comment adapter ton plan à la question posée le jour de l'oral et comment anticiper les questions de l'entretien.

L'inscription est gratuite ! Remplis simplement le formulaire ci-dessous pour recevoir les vidéos :

  41 commentaires à “Exemple de commentaire composé : correspondances Baudelaire”

  1.  

    Merci Amélie pour tous ces précieux conseils! La lecture analytique de mon prof concernant ce passage était réellement foireuse, je vais donc apprendre celle-ci qui me paraît magnifiquement bien structurée.
    Par ailleurs, je me demandais s’il était possible que le professeur nous laisse le choix du texte sur lequel nous allions être interrogés, qu’en penses-tu?

    •  

      Bonjour Biotus,
      A l’oral, certains examinateurs laissent le choix du texte à un élève une ou deux fois par jour. Mais pas tous ! Et il ne faut pas le leur demander, c’est très mal vu. En revanche, il est bien d’avoir un texte favori à proposer si le professeur te laisse le choix.

      •  

        Merci pour ta réponse Amélie! J’imagine que le professeur précise toutefois un objet d’étude, par exemple: « Choisissez un poème. »
        J’ai une dernière question: j’ai certains textes à étudier qui sont issus de mon manuel de classe. Aurai-je le droit de le feuilleter si je tombe sur un de ces textes pendant la préparation? (on y trouve des biographies, les registres etc…)

        •  

          Il est formellement interdit de feuilleter le manuel. Normalement, l’examinateur n’accepte pas que prépares ton texte sur un manuel de classe. Tu dois préparer des photocopies pour t’en servir lors de tes 30 minutes de préparation.

          •  

            Je ne comprends pas parce que ma professeur, qui a quand même pas mal d’expérience, nous a dit de nous prêter les livres pour le jour de l’examen.
            Toutefois, je ne remets absolument pas en cause ta remarque, ma soeur a dû faire des photocopies.
            Aucune personne de ma classe ne va en faire par contre, qu’en penses-tu?

          •  

            Vous prenez un risque car le correcteur peut légitimement refuser que vous travailliez sur un manuel scolaire le jour J. Généralement, tu donnes le manuel au correcteur et tu travailles de ton côté sur une photocopie.
            Mais attention, je ne parle que des manuels scolaires. Si ton texte est tiré d’une œuvre intégrale, tu es autorisé à travailler avec le livre non annoté.

  2.  

    D’accord merci beaucoup pour ces précisions, je vais prévenir mes amis!!
    Par contre aucune oeuvre intégrale n’est annotée mais certaines possèdent des questions sur certains passages pour guider leur analyse, c’est aussi interdit j’imagine? ^^

  3.  

    D’accord merci beaucoup pour ces précisions, je vais prévenir mes amis!!
    Par contre aucune oeuvre intégrale n’est annotée mais certaines possèdent des questions sur certains passages pour guider leur analyse, c’est aussi interdit j’imagine? ^^

  4.  

    Merci beaucoup Amélie pour ce commentaire, il m’a beaucoup aidé pour mon oral blanc de francais

  5.  

    bonsoir,
    je présente au bac, cette année ce sonnet de Baudelaire. Ton commentaire est très intéressant, mais par contre, j’ai du mal à cerner le rapport entre ton plan et la problématique…..
    Pourrais-tu aussi me dire dans quel sens tu emploies le mot: « symbolique », lorsque tu dis que la nature est un lieu sacré et symbolique?
    De plus, ta deuxième partie ma parait étrange: notre prof de français nous a toujours dit de ne jamais interpréter le poème, c’est-à-dire de ne pas dire autre chose que ce que le poète dit. Or, ici, Baudelaire ne dit pas clairement qu’il est un intermédiaire, entre l’homme et la nature…… elle veut, en somme, qu’on ne cherche pas à identifier ce que le poète pourrait laisser sous-entendre, mais qu’on ne s’occupe que de ce qu’il dit clairement.
    Pourrais-tu me donner une petite explication?
    merci d’avance!

    •  

      Bonsoir Elisabeth,

      1 – S’agissant de la problématique :
      Ce poème est emblématique du symbolisme car il met en évidence deux constantes de ce mouvement (mes deux axes de lecture) :

      – L’idée que le monde est à déchiffrer. Les poètes symbolistes ne s’en tiennent pas à la réalité sensible, au monde matériel, ils veulent le déchiffrer pour comprendre l’idée cachée derrière ce monde.

      C’est le poète qui est capable d’interpréter le monde et d’établir des correspondances entre le monde matériel et le monde des idées.

      2 – J’emploie l’adjectif symbolique dans le sens de « qui doit être décrypté ».

      3 – Dans un commentaire composé, il faut rester près du texte et éviter la dissertation de philosophie ou les emportements lyriques. Mais l’ajout d’éléments permettant de mieux éclairer le sens du texte (connaissance sur l’auteur, du mouvement littéraire, le contexte histoire, l’intertextualité du texte) est tout à fait possible et même souhaitable pour obtenir une très bonne note.

      Par ailleurs, dégager le sens du texte n’est pas nécessairement interpréter. Dans mon 2ème axe, j’explique que le poète se présente comme un intermédiaire entre la nature et les hommes. Je justifie cette idée en citant systématiquement le texte. Il n’y a pas vraiment d’interprétation : cette position du poète est claire dans le poème.

      Il faut donc coller au texte et ne rien inventer ou projeter qui entre en contradiction avec le texte. En revanche, dégager le sens d’un texte implique souvent d’expliciter les sous-entendus et d’émettre même parfois (prudemment) certaines hypothèses.

      A bientôt !

  6.  

    je pourrais avoir se commentaire, sous un dossier word car j’arrive pas a le copier a moins que s’est fais expres ? merci quand même

  7.  

    Je ne vois pas où est la relation avec l’odorat (parfum) dans « vert comme les prairies ».
    Et « il est des parfums frais comme des chairs d’enfants » ne met-il pas en relation l’innocence des enfants comme celle de la nature ?

    Merci de votre attention

  8.  

    Bonjour Amélie,
    Merci pour ce travail.
    Une question cependant, ne faut-il pas parler dans ce commentaire des « correspondances verticales » ?
    (notion difficile à comprendre pour moi) sachant que Baudelaire établit ici la jonction entre le monde sensible/terrestre et le monde spirituel/supérieur et qu´il parvient à déchiffrer les messages délivrés par la nature au travers des sensations perçues..
    Qu´en pensez-vous ? Et si oui, à quel moment, à quel point faudrait-il en parler et surtout comment ?
    Merci d´avance pour votre réponse et votre aide.
    Marie

    •  

      Bonsoir Marie,
      Les correspondances verticales sont l’objet de mon premier axe de lecture : La nature est sacrée, qui sait la décoder accède à un monde spirituel supérieur; tandis que les correspondances horizontales (ou synesthésies) sont évoquées dans mon deuxième axe de lecture.

  9.  

    Ok, merci. N´est-il pas utile de préciser qu´il s´agit des correspondances verticales ?
    Bonne soirée.
    marie

    •  

      Oui, vous pouvez le préciser. Et au cas où votre problématique à l’oral porte uniquement sur les correspondances, vous pouvez changer le nom des intitulés (I – Correspondances verticales et II – Correspondances horizontales).

      •  

        Bonjour Amélie,
        Ma problématique est : Quelle est la vision du monde traduite par l’écriture de Baudelaire dans les Fleurs du mal ? (Section Spleen et Idéal) ayant le corpus suivant  » un Charogne », « l’Albatros », « elevation », « Spleen », dans les correspondances par exemple il nous donne une vision symboliste du monde ? et c’est pareille pour les autres ? et comment je pourrai adapter ton plan a cette problématique ?
        Réponds-moi si tu as le temps,
        Merci

  10.  

    Bonjour Amélie,
    Je suis d’accord que la richesse des sons créée une musicalité, mais je n’ai compris pourquoi elle suggère une unité de sens ? Qu’est ce que cela veut-il dire ? Et c’est cette unité de sens qui est interprétée par le poète ?
    Merci

  11.  

    Bonjour Amélie, tout d’abord j’aimerais vous remercier pour toutes ses fiches qui me sont très bénéfiques.
    Mais j’ai une question, notre professeur, nous as toujours dit que l’on devait avoir minimum 6 sous-parties, c’est à dire que si l’on choisissait de faire deux axes, on devait avoir 3 sous-parties pour chaque axe; et si l’on travaillait avec trois axes, on devait avoir deux sous-parties pour chaque.
    Or je remarque que dans votre commentaire, il n’y a seulement que deux sous-parties pour chaque axe, au nombre de deux. Donc je voulais savoir, s’il était indispensable d’avoir au moins 6 sous-parties, ou si ce n’était pas nécessaire.

    Je vous remercie pour tout.

    •  

      A l’écrit, il est souhaitable d’avoir six sous-parties, mais ce n’est pas une obligation. Beaucoup d’élèves obtiennent de bonnes notes (14, 15, 16) avec un plan en deux parties et deux sous-parties. Si on vise les 18 ou 19, faire six sous-parties est un plus. A l’oral en revanche, c’est plus souple.

  12.  

    Bonjour Amélie,
    J’ai une question par rapport aux correspondances : peut-on faire un lien entre les correspondances ( derrière chaque chose se cache quelque chose de plus beau ce qui mène à l’idéal, que seul le poète peut percevoir) et Platon qui disait que chaque chose sur Terre est imparfaite, et découle d’idées qui elles sont parfaites et éternelles ?
    Merci d’avance,
    Camille

  13.  

    Bonjour ! Excusez-moi pour le dérangement mais j’aimerai savoir quelque chose pour l’oral qui arrive dans quelques jours : je dois savoir quoi pour les textes complémentaires ? Et les lectures cursives ?
    En sachant que dans la poésie, mes textes complémentaires sont Correspondances de Baudelaire et Le paysage de Desnos. En lecture cursive j’ai chant d’automne, de baudelaire toujours.
    Et j’aimerai savoir aussi une chose : quels registres on peut trouver dans ces poèmes ?
    Merci d’avance !

  14.  

    Bonjour et merci pour ce blog très instructif ! La théorie des correspondances est très étudiée dans les classes mais on ne nous dit jamais qui l’a inventée. Est-ce Baudelaire lui même ou un autre poète ? Merci d’avance pour votre réponse.

  15.  

    merci bcp Amélie votre analyse va énormément m aider à apprendre comment faire un commentaire composé

  16.  

    Bonjour,

    je suis la maman d’un élève de seconde. Mon fils ne comprenait pas l’exercice d’un commentaire composé. Quel vrai plaisir de lire votre site. Tout est expliqué simplement pour des élèves de seconde. Quelle véritable chance d’avoir des enseignants de ce niveau faisant partager leur passion de la littérature avec des mots simples, faisant preuve d’empathie, et d’une véritable envie de partager et d’inculquer votre savoir. Je suis véritablement impressionnée. Votre site est remarquable. BRAVO …..

  17.  

    Bonjour;
    Je passe d’ici 15 jours à l’oral de français et ce texte figure sur ma liste. Je cherche un peu partout des idées pour m’en inspirer cependant votre site se démarque de manière remarquable. J’aurais cependant aimé savoir si vous pouviez me communiquer les principales questions qui sont d’ordinaire posées lors de l’entretien ?
    Merci d’avance, et bravo pour votre site.

  18.  

    Bonjour.
    Je passe moi aussi l’oral dans deux semaines et j’ai du mal a comprendre « correspondance » pourriez-vous m’éclairer sur ce que le poète cherche a faire? merci.

  19.  

    Bonjour,
    je comprend quand vous parlez de l’odorat du toucher de l’ouïe et de la vue mais pour le gout je ne vois pas où il en fait référence dans ce poème… Pouvez-vous, svp, m’éclairer ?
    Merci.

  20.  

    Bonjour Amélie
    Merci beaucoup pour toutes ces fiches, ton site est génial pour les révisions d’oraux.
    « Correspondances » fait partie de mes textes pour l’oral de bac mais j’avoue que j’avais beaucoup de mal à le comprendre et ton commentaire m’a bien aidé. J’ai quand même une question : J’ai lu le commentaire sur la modernité Baudelairienne mais je ne comprends pas en quoi correspondance est un texte moderne comme tu le dis dans l’intro du commentaire.
    Merci de ton aide ! :)

  21.  

    Bonjour Amélie,

    J’ai écouté votre analyse de « correspondances » (de Baudelaire) et le commentaire composé du même poème et poète.
    A peu de choses près, je ne vois pas de différences entre une lecture analytique et un commentaire composé. Pouvez vous m’aider à y voir plus clair. Merci d’avance.

    •  

      Bonjour Steeve,
      Il n ‘y a pas vraiment de différence : un commentaire composé est l’analyse d’un texte à l’écrit tandis qu’une lecture analytique est une analyse de texte à l’oral. Sur mon site, j’utilise indifféremment les termes de commentaire composé et de lecture analytique car les commentaires que j’écris sont destinés à vous aider pour vos lectures analytiques (à l’oral).

  22.  

    Eh amelie, tu a fait tes etudes dans quelles lycee ?

  23.  

    Bah repond c’est une simple question

  24.  

    Merci c’est trop clair

  25.  

    Merci Amélie je suis un étudiant marocain. Je vous remercie encore une fois pour ce fécond travail

  26.  

    Bonjour, je passe mon oral demain et je voulais avoir un petit renseignement pour ce qui est des livres (oeuvres integrales) a apporter le jour de l’epreuve, il est dit souvent qu’il faut en apporter 2 exemplaires, mais est ce que c’est grave si je n’en ai qu’un seul de chaque?

  27.  

    Salut ! Quelle ouverture vous pouvez vous pouvez proposez ?
    Merci de repondre :)

 Laisser un commentaire

*

*

   

Commentaire composé 2016 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -