Les Liaisons dangereuses, Laclos [Fiche de lecture]

liaisons dangereuses fiche de lectureLes Liaisons Dangereuses, roman épistolaire de Choderlos de Laclos, a assuré à son auteur un succès immédiat et fulgurant au moment de sa publication en 1782.

Laclos est un auteur du siècle des Lumières, mais ce roman s’inscrit dans le courant libertin.

Laclos a voulu montrer la décadence des milieux aristocratiques libertins à la veille de la Révolution française.

Qui est Choderlos de Laclos ?

Choderlos de Laclos naît à Amiens en 1750 dans une famille anoblie.

Sous l’impulsion de son père, il s’engage dans l’armée et plus particulièrement dans l’artillerie qui correspond bien à son esprit scientifique.

Affecté dans une garnison, il s’ennuie et  s’adonne à la littérature et à l’écriture.

En 1778, il commence à rédiger les Liaisons dangereuses qu’il achève en 1781.

Le succès de ce roman épistolaire est immédiat mais sa hiérarchie militaire estime que l’ouvrage est une attaque contre la noblesse et constitue une faute militaire.

Choderlos de Laclos se marie et s’ouvre aux idées des Lumières, avec la publication notamment de son essai De l’éducation des femmes en 1783.

La Révolution lui donne l’occasion de vivre une épopée et des événements intenses qu’il attend depuis longtemps. Il s’engage pour les idées révolutionnaires et se rallie à l’idée républicaine allant jusqu’à organiser les troupes de la République lors de la bataillle de Valmy en 1792.

Il meurt en 1803, affaibli par la dysenterie et le paludisme.

Comment résumer les Liaisons dangereuses ?

Ce roman épistolaire raconte les machinations tramées par deux héros libertins , le Vicomte de Valmont et la Marquise de Merteuil.

Tout au long de l’oeuvre, les deux personnages qui ont été amants dans le passé se racontent par lettres interposées leurs exploits de conquête.

Le Vicomte de Valmont vit son libertinage ouvertement et se plaît à séduire puis déshonorer les femmes qu’il rencontre.

La Marquise de Merteuil dissimule son libertinage en société mais a déclaré la guerre aux hommes et souhaite « venger (son} sexe ».

Au début du roman, le Marquise de Merteuil, vexée d’avoir été éconduite par un de ses amants, le Comte de Gercourt qui s’apprête à épouser la jeune Cécile de Volanges, demande à Valmont de séduire et déshonorer la jeune Cécile avant son mariage. La Marquise de Merteuil promet à Valmont de s’offrir à lui en échange.

Valmont accepte mais s’est fixé de son côté un autre défi : séduire la présidente de Tourvel, une femme pieuse à la vertu infaillible.

Malgré les difficultés, Valmont parvient à séduire la Présidente de Tourvel mais tombe sous le charme de cette dernière.

Jalouse, la Marquise de Merteuil pousse Valmont à rompre avec la présidente de Tourvel qui en meurt de chagrin.

Même si Valmont a rempli ses missions (il a séduit Mme de Tourvel et corrompu la jeune Cécile de Volanges), la Marquise de Merteuil refuse de se donner à lui.

La tension monte entre les deux libertins animés d’un désir de domination l’un envers l’autre. La Marquise de Merteuil provoque un duel entre son amant Danceny et Valmont.

Le Vicomte est blessé à mort lors du duel mais a le temps de remettre à Danceny les lettres de la Marquise, révélant au grand jour la vraie nature de Mme de Merteuil.

Le Marquise perd ses relations sociales et s’enfuit en Hollande, défigurée par la petite vérole.

Quels sont les thèmes de prédilection dans Les Liaisons dangereuses ?

Le libertinage et la thématique militaire

Le libertinage est un thème majeur dans Les liaisons dangereuses.

Le libertin se caractérise par une conception militaire des relations humaines.

Ainsi, le Vicomte de Valmont déploie dans ses lettres un champ lexical de la guerre ou de la chasse qui montre que les homme sont régis par des relations de proie à prédateur.

Les personnes vertueuses sont comme des places-fortes à conquérir et Choderlos de Laclos, avec son vécu et son imaginaire militaire, s’est plu à faire un roman de cet état de guerre permanent des hommes entre eux.

Les deux stratèges militaires que sont le Vicomte de Valmont et la Marquise de Merteuil vont finir par s’affronter dans la dernière partie de l’œuvre dans laquelle ils se déclarent « la guerre » .

Mais Laclos ne se place pas du côté des libertins. Il souhaitait donner à ce roman une visée morale : « Il me semble que c’est rendre un service aux mœurs que de dévoiler les moyens qu’emploient ceux qui en ont de mauvaises pour corrompre ceux qui en ont de bonnes. »

L’amour

Dans cet univers de libertinage et de séduction cynique, l’amour est quand même présent.

Dans sa vie privée, Choderlos de Laclos n’avait rien d’un libertin et il se plaît donc à prendre au piège les personnages libertins.

La Marquise de Merteuil, à la fin de l’œuvre, est attaquée par la petite vérole et perd sa beauté et sa féminité, et donc l’instrument de son pouvoir sur les hommes.

Le Vicomte de Valmont se laisse prendre de passion pour la présidente de Tourvel, ce qui précipite sa chute.

Les femmes

La condition et l’éducation des femmes au XVIIIème siècle est au coeur de ce roman.

Laclos montre que l’ignorance dans laquelle sont maintenues les femmes font d’elles des proies idéales des libertins.

Ainsi, la jeune Cécile de Volanges, tout juste sortie du couvent, est un personnage naïf, enfantin et passif qui devient une proie facile pour Valmont et Merteuil (voir l’analyse de la lettre 1 des Liaisons dangereuses).

Dans la lettre 81 des Liaisons dangereuses, la Marquise de Merteuil précise qu’elle a du prendre le contrepied de la morale traditionnelle pour se forger une éducation de libertine et de manipulatrice. C’est en étudiant les non-dits d’une société hypocrite qu’elle a fait sa propre éducation.

Le Vicomte de Valmont et la Marquise de Merteuil ne sont d’ailleurs pas deux personnages égaux. Alors que le Vicomte de Valmont vit son libertinage ouvertement, la Marquise de Merteuil doit se cacher et dissimuler sa vraie nature.

Ce roman montre que Laclos souhaite harmoniser la situation des hommes et des femmes dans la société du XVIIIème siècle.

Il développe d’ailleurs ce sujet un an plus tard dans un essai sur L’éducation des femmes.

Quelles sont les particularités de l’écriture de Laclos dans Les Liaisons dangereuses ?

Ce sont la richesse de tons et la variation des points de vue qui font la virtuosité de ce roman.

Laclos a su donner à chaque correspondant un style propre. Cécile écrit ainsi dans un style enfantin, Mme de Tourvel dans un style pieux.

Toute la virtuosité de Laclos se déploie dans les lettres des deux libertins, Valmont et Merteuil.

La langue libertine est une langue de la duplicité où chaque mot a un sens double.

La lettre 48 que Valmont écrit sur le dos de sa maîtresse Émilie et adresse à la présidente de Tourvel porte la perversion du libertin à son paroxysme. Dans cette lettre, chaque mot à en effet un sens double selon la personne qui le lit : un sens sacré pour la Présidente de Tourvel et un sens érotique pour Valmont.

Tu étudies les Liaisons dangereuses ? Regarde aussi :

Le mariage de Figaro : fiche de lecture
Manon Lescaut : résumé
L’île des esclaves, Marivaux : résumé
Les philosophes des Lumières
Quiz sur les Lumières

Qui suis-je ?

Amélie Vioux

Je suis professeur particulier spécialisée dans la préparation du bac de français (2nde et 1re).

Mon but est de te donner des cours et conseils simples, directs, et facilement applicables pour augmenter tes notes en 2-3 semaines.

Je crée des formations en ligne sur commentairecompose.fr depuis 8 ans.

Tu peux également retrouver mes conseils dans mon ouvrage Réussis ton bac de français 2020 aux éditions Hachette.

Laisse un commentaire