au cabaret vertVoici une analyse du poème « Au cabaret-vert » d’Arthur Rimbaud, publié dans le recueil Poésies.

« Au Cabaret-Vert », introduction :

« Au Cabaret-Vert » est un poème de jeunesse à caractère autobiographique écrit par Rimbaud en 1870 au cours de l’une de ses fugues. Fuyant Charleville, sa ville natale, il s’arrête dans une auberge à Charleroi.

Il décrit alors, à travers la modernité de son langage poétique et sa vision d’adolescent, cette halte au Cabaret-Vert.

Questions possibles à l’oral de français sur « Au cabaret-vert » de Rimbaud :

♦ En quoi ce poème est-il moderne?
♦ Analysez le rythme du poème. Que peut-on en déduire ?
♦ Quelle conception de la poésie se dégage de ce poème ?
♦ Commentez l’attitude et les impressions du poète.
♦ Quelle vision de l’adolescence nous offre ce poème ?
♦ La simplicité dans ce poème.

Annonce du plan :

Le sentiment de bonheur et le bien-être ressentis par le poète (I) ne l’empêchent pas d’exprimer sa révolte adolescente (II) à travers une rupture poétique (III).

I – Le sentiment de bonheur et de bien-être du poète

A – Un bonheur simple

Un sentiment de bonheur et de bien-être apparaît dès le second quatrain, mis en valeur par l’adjectif qualificatif « Bienheureux » (v. 5) en tout début de vers.

Cette sensation de bien-être est soulignée ensuite par l’attitude décontractée du poète : « j’allongeai les jambes sous la table » (v. 5), « je contemplai » (v. 6).

La gaieté du poète est traduite par l’assonance en « i » qui semble faire entendre les rires du jeune homme : « Depuis huit jours, j’avais déchiré mes bottines » (v. 1), « qui fût à moitié froid » (v. 4), « naïfs », « tapisserie », « la fille », « vifs » (v. 6-8), « Rieuse », « tartines », « Du jambon tiède, dans un plat colorié » (v. 10-11), « m’emplit la chope immense », « arriéré » (v. 13-14).

Le bien-être est également souligné par les nombreux enjambements (v. 1-2, 3-4, 6-7, 7-8, 10-11, 13-14), qui traduisent une certaine sérénité.

Il s’agit d’un bonheur simple et prosaïque, lié à la fois à l’atmosphère chaleureuse du cabaret, au charme de la servante joyeuse et au plaisir de la nourriture et de la boisson.

Ainsi, tout est décrit en termes mélioratifs et souvent hyperboliques : « adorable », « la fille aux tétons énormes, aux yeux vifs » (v. 7-8), « Rieuse » (v. 10), « un plat colorié » (v. 11), « parfumé » (v. 12), « m’emplit la chope immense, avec sa mousse/ Que dorait un rayon de soleil » (v. 13-14).

De plus, le poète insiste sur les détails les plus triviaux dont ceux alimentaires à travers des répétitions :
« des tartines/Du beurre et du jambon qui fût à moitié à froid » (v. 4);
« des tartines de beurre,/du jambon tiède » (v. 10-11);
♦ « du jambon rose et blanc » (v. 12).

Notons aussi que les aliments sont mis en valeur par leur place en début ou fin de vers (v. 3-4, 11, 12, 13).

B – Une sensation d’idéal

Le poète nous offre également une image sensuelle du bonheur.

On peut en effet remarquer que les détails relevés précédemment sont liés à des sensations à la fois visuelles, tactiles, et olfactives : « à moitié froid » (v. 4), « la table/Verte », « contemplai », « tapisserie » (v. 5-7), « tétons énormes », « yeux vifs », « baiser » (v. 8-9), « jambon tiède », « plat colorié », « jambon rose et blanc parfumé » (v. 11-12), « Que dorait un rayon de soleil » (v. 14).

Cette correspondance entre les sens nous rappelle l’idéal poétique de Baudelaire. Ainsi le bonheur et le bien-être du poète sont liés à une sensation d’idéal.

Par ailleurs, la couleur « verte » mentionnée au vers 6 et caractérisant l’auberge « Au Cabaret-Vert » (v. 3) connote la nature qui est généralement idéalisée par Rimbaud (voir par exemple les poèmes : « Le Mal », « Ma bohème », « Ophélie », « Le dormeur du val« ).

La nature se révèle chez Rimbaud maternelle et bienveillante. Elle pourrait être ici représentée sous les traits de la servante « rieuse », « aux tétons énormes » et « aux yeux vifs ».

De plus, la nature est aussi synonyme de liberté pour le jeune poète. Et c’est bien cette liberté qu’il savoure dans l’ambiance chaleureuse du cabaret, après « huit jours » (v. 1) d’errance loin de Charleville.

Transition : Malgré le sentiment dominant de bonheur et de bien-être, le jeune Rimbaud laisse transparaître indirectement sa révolte adolescente.

II – Un poème d’adolescence

A – La dimension autobiographique du poème

De nombreuses références soulèvent le caractère autobiographique du poème.

Tout d’abord, Rimbaud a écrit ce poème en 1870, pendant sa fugue. Ainsi son errance est évoquée de manière allusive au début du texte : « Depuis huit jours, j’avais déchiré mes bottines/Aux cailloux des chemins » (v. 1-2).

De plus, le « Cabaret-Vert » fait référence à une réelle auberge de routiers à Charleroi qui s’appelle en fait la « Maison verte ».

D’autre part, la précision et le réalisme des détails renforcent l’authenticité de l’épisode narré.

En effet, le poème est précédé d’une indication temporelle précise (« cinq heures du soir ») et daté à la fin (« octobre 1870 »), tandis que le séjour à Charleroi est directement évoqué : « J’entrais à Charleroi » (v. 2).

Ainsi, le poème apparaît comme une page d’un carnet de voyage, un poème de route, où le jeune poète fugueur aurait noté sur le vif ses impressions fugitives, ce qui pourrait peut-être expliquer la simplicité du vocabulaire et des rimes, et la composition boiteuse du poème.

B – Entre l’enfant capricieux et l’adolescent provocateur

L’image de l’adolescent entre l’enfant qu’il n’est plus et l’adulte en devenir est bien marquée ici.

D’un côté, on a l’enfant capricieux (« je demandai des tartines/Du beurre et du jambon qui fût à moitié froid », v. 4), qui s’exprime simplement et familièrement (« mes bottines », « des tartines », « gousse d’ail », « avec sa mousse » ).

On retrouve également une vision du monde extérieur haute en couleurs, hyperbolique, et sublimée par le regard naïf de l’enfant : « la table verte », « je contemplai les sujets très naïfs/De la tapisserie » (v. 6-7), « la fille aux tétons énormes » (v. 8), « un plat colorié », « Du jambon rose et blanc » (v. 11-12), « m’emplit la chope immense », « avec sa mousse/Que dorait un rayon de soleil » (v. 13-14).

De l’autre côté, on observe l’adolescent qui commande une « immense » chope de bière et connaît ses premières expériences amoureuses à travers la description à la fois sensuelle et maternelle de la serveuse de l’auberge (« la fille aux tétons énormes », v. 8).

L‘intervention quelque peu tendancieuse de l’auteur, mise en valeur par les tirets au vers 9, souligne bien la puberté avancée du poète : « – Celle-là, ce n’est pas un baiser qui l’épeure ! – ».

Cette dernière réflexion se distingue par le passage soudain au présent (« ce n’est pas »), qui marque une rupture avec le reste du poème.

Le caractère provocateur de l’adolescent transparaît également au dernier vers à travers la polysémie du terme « arriéré » (v. 14), qui peut avoir une connotation péjorative et ainsi rompre avec le tableau idyllique décrit précédemment.

On retrouve ainsi la dérision et l’ambiguïté propres à l’adolescence. ,

Transition : La révolte de l’adolescent croise ici la révolte du poète, qui rompt avec la poésie traditionnelle pour créer une autre réalité selon ses propres règles.

III – La rupture poétique

A – Le déséquilibre du rythme et le non-respect des règles de la poésie classique

La rupture avec la poésie classique est mise en évidence tout au long du poème « Au cabaret-vert ».

Elle est d’abord marquée par un fort déséquilibre du rythme.

En effet, la coupe des alexandrins est le plus souvent irrégulière, sauf aux vers 2, 4, 7, 12 et 14 (6//6). Elle n’est jamais la même d’un vers à l’autre (4//8, 5//7, 3//9, 2//10, 1//7//4, etc.), ce qui donne au poème un rythme boiteux et dissymétrique.

Cette impression est accentuée par les diérèses des vers 11 (« colo/ri/é ») et 14 (« arri/é/ré ») qui introduisent une dissonance dans le texte.

Ce rythme irrégulier est aussi créé par les rejets qui multiplient les ruptures du rythme, de même que la profusion de ponctuation au sein des vers : « j’avais déchiré mes bottines/Aux cailloux des chemins. J’entrai à Charleroi./ Au Cabaret-Vert : je demandai des tartines/Du beurre et du jambon qui fût à moitié froid » (v.1-4), « Bienheureux, j’allongeai les jambes sous la table/Verte : je contemplai les sujets très naïfs/De la tapisserie. – Et ce fut adorable, » (v. 5-7), « Du jambon rose et blanc parfumé d’une gousse/D’ail, – et m’emplit la chope immense, avec sa mousse » (v. 12-13).

Par ailleurs, les règles classiques du sonnet ne sont pas respectées : les rimes sont croisées au lieu d’être embrassées, et il n’y a pas de distinction entre les quatrains et les tercets.

Au contraire, une longue phrase débute au milieu du second quatrain (v. 7) et se déroule jusqu’à la fin du poème (v. 14).

B – Entre prose et poésie

Le langage poétique est lui aussi mis à mal par Rimbaud, qui oscille entre prose et poésie comme l’adolescent entre enfance et âge adulte.

Ainsi, la plupart des rimes sont pauvres et presque apoétiques :
« bottines »/ « tartines » (v. 1/3);
♦  « table »/ « adorable » (v. 5/7);
« épeure »/ « beurre » (v. 9/10);
♦  « gousse »/ « mousse » (v. 12/13).

De plus, ce vocabulaire prosaïque et familier est mêlé à un registre plus noble, religieux (« Bienheureux », « contemplai », v. 5-6).

Enfin, l’emploi des temps du récit comme l’imparfait (« j’entrais », v. 2 ; « Que dorait », v. 14), le plus-que-parfait (« j’avais déchiré », v. 1) et le passé simple (« je demandai », « qui fût », v. 3-4 ; « j’allongeai », « je contemplai », « ce fut », v. 5-7 ; « m’apporta », v. 10 ; « m’emplit », v. 13), ainsi que le caractère descriptif du discours, renforcent la dimension prosaïque du poème.

Cette poésie de la rupture laisse place à une poésie moderne qui transforme la réalité banale.

C – La transfiguration de la réalité

Chez Rimbaud, la fonction principale du poète est de sublimer, de transfigurer le réel en créant un nouveau langage, une nouvelle vision, une autre réalité.

Le poète est à la fois savant et alchimiste, il invente et transforme.

Ici, la simplicité et la banalité du décor et du plat du cabaret sont métamorphosées en un tableau impressionniste plein de vie et de couleurs, où tous les sens sont mis en éveil.

Par le biais d’un langage hyperbolique qui embellit et agrandit la réalité (« tétons énormes », « chope immense », « dorait »), et à travers un rythme irrégulier où les rejets mettent en valeur les éléments les plus triviaux (« Aux cailloux des chemins », « des tartines/Du beurre », « De la tapisserie », « D’ail »), Rimbaud démontre, non sans une certaine dérision, que la poésie ne connaît aucune limite.

« Au Cabaret-Vert », conclusion :

C’est le jeune Rimbaud provocateur qu’on retrouve dans ce poème de rupture, où la révolte de l’adolescent en fuite se répercute sur le langage poétique, qui rompt avec les règles et les convenances de la poésie traditionnelle.

A travers un poème autobiographique et prosaïque, au rythme irrégulier et à la syntaxe éclatée, le poète démontre le pouvoir de la poésie qui transfigure le réel et sublime la réalité.

Le ton provocateur et la dérision de « Au Cabaret-Vert » sont caractéristiques des premiers poèmes de Rimbaud (voir aussi « Vénus anadyomène » écrit en juillet 1870).

Tu étudies « Au cabaret-vert » ? Regarde aussi:

La façon la plus rapide de gagner des points au commentaire (vidéo)
Ma Bohème, Rimbaud
Sensation, Rimbaud
Le bateau ivre, Rimbaud
Le dormeur du val, Rimbaud
Le buffet, Rimbaud
Aube, Rimbaud
Le mal, Rimbaud
Voyelles, Rimbaud
Ophélie, Rimbaud
Les fonctions de la poésie (vidéo)

Les meilleures astuces en vidéo :

Tu passes le bac de français cette année ?

Inscris-toi gratuitement à ma formation en 10 leçons-vidéos.

Je t'y explique comment réussir le commentaire et la dissertation, comment adapter ton plan à la question posée le jour de l'oral et comment anticiper les questions de l'entretien.

L'inscription est gratuite ! Remplis simplement le formulaire ci-dessous pour recevoir les vidéos :

  3 commentaires à “Au cabaret-vert, Rimbaud : analyse”

  1.  

    Chere madame,
    Pouriez vous faire le prologue de la descente en enfer ou A la Musique de Rimbaud, s’il vous plait.
    Merci

  2.  

    Oui! S’il vous plait! A la musique de Rimbaud!!!

  3.  

    Tout d’abord, merci beaucoup pour ton analyse claire et structurée qui m’a permis de comprendre plus de choses sur ce poème. Ensuite j’aimerais savoir s’il était possible dans la conclusion de faire un parallèle, une ouverture avec « ma Bohème »?

 Laisser un commentaire

*

*

   

Commentaire composé 2017 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -