Août 082014
 
ophélie rimbaud analyse

Odilon Redon, « L’enfant prédestinée »

Voici une analyse du poème « Ophélie » d’Arthur Rimbaud.

« Ophélie » écrit en 1870 est paru dans le Recueil de Douai puis dans Poésies. Adressé à Théodore de Banville (le « maître du Parnasse »), ce poème appartient aux essais parnassiens de Rimbaud, pour qui la poésie est objet de recherche et d’expérimentation.

Lire « Ophélie » de Rimbaud (le texte)

Questions possible sur « Ophélie » de Rimbaud :

♦ Comment la figure d’Ophélie est-elle ici représentée ? Quel est son rôle ?
♦ Analysez la progression du poème.
♦ De quelle manière la nature est-elle mise en valeur par l’auteur ?
♦ En quoi le poème peut-il être une métaphore de l’expérience poétique de Rimbaud ?

Annonce de plan :

Véritable exercice de style, ce poème reflète également l’errance poétique de l’auteur. La nature y est mise en valeur (I), et la représentation du personnage d’Ophélie (II) reflète la propre dérive de Rimbaud (III).

I – La mise en valeur de la nature

A – Personnification de la nature

La nature, que Rimbaud sacralise, est ici mise en valeur de plusieurs façons.

Tout d’abord à travers la personnification, marquée par la majuscule : « le chant de la Nature » (v. 23).

Chaque élément de la nature s’anime autour du corps d’Ophélie : « Le vent baise ses seins » (v. 9), « Les saules frissonnants pleurent sur son épaule », « Sur son grand front rêveur s’inclinent les roseaux » (v. 11-12), « Les nénuphars froissés soupirent autour d’elles » (v. 13), « les plaintes de l’arbre et les soupirs des nuits » (v. 24), « la voix des mers folles » (v. 25).

La nature, comme une personne, semble compatir au chagrin d’Ophélie et à son destin tragique.

L’aspect maternel de la nature est également mis en évidence à travers un bref champ lexical de la maternité : « sein(s) » (v. 9 et 26), « bercés » (v. 10), « nid » (v. 15), « enfant » (v. 18 et 26).

Dans les quatre premières strophes, la nature est associée à la douceur et à la protection maternelle.

Les eaux du fleuve bercent le corps de la jeune fille (« Ses grands voiles bercés mollement par les eaux », v. 10) et la végétation alentours se penche sur elle comme une mère consolant son enfant (« Sur son grand front rêveur s’inclinent les roseaux », v. 12).

Cette bienveillance maternelle est soulignée par des sonorités douces comme les allitérations en « s » et en « » : « sur », « Ophélia », « flotte » (v. 2-3), « triste Ophélie », « passe », « fantôme », « douce folie », « sa romance », « soir » (v. 5 à 8), « ses seins », « bercés », « frissonnants », « sur son grand front », « s‘inclinent » (v. 9 à 12), « Les nénuphars froissés soupirent », « parfois », « s’échappe », « frisson », « mystérieux », « astre » (v. 13 à 16), « enfant », « fleuve » (v. 18), « souffle », « esprit » (v. 21-22), « soupirs » (v. 24), « folles » (v. 25), « fou » (v. 28), « fondais », « feu » (v. 30), « l’Infini », « effara » (v. 32).

Le fleuve devient le berceau funèbre d’Ophélie et la nature son tombeau.

B – Une nature éternelle

L’image du corps qui passe depuis « plus de mille ans » sur le fleuve souligne l’aspect éternel de la nature. Cette caractéristique est mise en valeur par l’anaphore : « Voici plus de mille ans que » (v. 5 et 7).

En comparant Ophélie à une fleur (« comme un grand lys », v. 2 et 36), soit un élément naturel, le poète lui attribue les mêmes caractères que la nature.

Portée par le cycle infini de la nature et le flux perpétuel du fleuve, « la triste Ophélie » devenue « fantôme blanc » hante à jamais les eaux du « long fleuve noir » (v. 5-6).

Cette errance est renforcée par le présent d’habitude qui inscrit l’action dans la durée : « Voici plus de mille ans que sa douce folie/Murmure sa romance à la brise du soir » (v. 7-8), « Elle éveille parfois » (v. 14).

Mais le présent de l’indicatif il a également une valeur descriptive qui transforme la scène en tableau.

C – Aspect pictural du poème

La nature est enfin mise en valeur par l’aspect pictural de la scène.

Rimbaud fait ici correspondre poésie et peinture.

Il brosse sous nos yeux un tableau, jouant sur le contraste et les couleurs l’onde calme et noire », « La blanche Ophélia », v. 1-2 ; « fantôme blanc, sur le long fleuve noir », v. 6 ; « des astres d’or », v. 16, « ton œil bleu », v. 32) mais aussi sur les sons : « On entend dans les bois lointains des hallalis » (v. 4), « Murmure » (v. 8), « soupirent » (v. 13), « Un chant mystérieux » (v. 16).

Transition : Si la nature joue un rôle fondamental dans ce poème, c’est le personnage d’Ophélie, situé au premier plan, qui est au cœur de cette harmonie universelle. Elle est le centre du poème.

II – Le personnage d’Ophélie

A – Ophélie : un personnage à la fois humain et surnaturel

La nature du personnage d’Ophélie est ambiguë.

Le poète la décrit à la fois comme un être humain à travers un champ lexical du corps humain (« ses seins », v. 9 ; « son épaule », « son grand front », v. 12 ; « ta grande chevelure », « ton cœur », v. 21 et 23 ; « ton sein d’enfant, trop humain et trop doux », « tes genoux », v. 26 et 28), mais aussi comme un être surnaturel, fantastique.

Rimbaud insiste ainsi sur la blancheur du personnage : « La blanche Ophélia » (v. 2 et 36), « comme un grand lys » (v. 2), « fantôme blanc » (v. 6), « O pâle Ophélia ! belle comme la neige » (v. 17).

Cette blancheur souligne l’aspect spectral et fantomatique d’Ophélie, comme si celle-ci n’était qu’une apparition, voire une pure apparence, immatérielle et vaporeuse : « flotte » (v. 2-3), « ses longs voiles » (v. 3 et 35), « ses grands voiles » (v. 10), « esprit » (v. 22).

Par ailleurs, Ophélie est associée au mystère et au fantastique (« Un chant mystérieux », v. 16 ; « d’étranges bruits », v. 22), mais aussi au rêve et à la nuit : « étoiles » (v. 1 et 33), « couchée » (v. 3 et 35), « son grand front rêveur » (v. 12), « éveille (…) un aune qui dort » (v. 14), « ton esprit rêveur » (v. 22), « les soupirs des nuits » (v. 24), « Quel rêve » (v. 29), « la nuit » (v. 34).

Figure mystique, Ophélie est aussi une figure mythique.

B – Ophélie : une figure mythique

Rimbaud reprend ici à Shakespeare le personnage d‘Ophélie et son destin funeste. D’ailleurs, l’emploi du nom anglais « Ophélia » (v. 2, 17 et 36) vient confirmer cette reprise du thème shakespearien, auquel Rimbaud reste fidèle.

En effet, dans Hamlet, la jeune Ophélie est amoureuse d’un prince qui la délaisse. Désespérée, elle sombre dans la folie et se noie.

Dans son poème, Rimbaud reprend le lieu (les « grands monts de Norwège », v. 19) et le thème de la folie et de la noyade : « sa douce folie » (v. 7), « ô pauvre folle ! » (v. 29), « Oui tu mourus, enfant, par un long fleuve emporté ! » (v. 18).

Au XIXème siècle, un engouement naissant autour de la figure d’Ophélie, reprise par de nombreux écrivains ou artistes, en fait un personnage mythique qui traverse les siècles (« Voici plus de mille ans », v. 6-7).

Rimbaud sublime le personnage shakespearien à travers la répétition de l’adjectif hyperbolique « grand » pour qualifier Ophélie : « comme un grand lys » (v. 2 et 36), « Ses grands voiles » (v. 10), « son grand front » (v. 12), « ta grande chevelure » (v. 21), « Tes grandes visions » (v. 31).

Ophélie se présente alors comme un double idéalisé du poète.

C – Ophélie : un double du poète

L’apostrophe et le tutoiement signalent une certaine familiarité entre le poète et le personnage d’Ophélie : « O pâle Ophélia », « Oui tu mourus » (v. 17-18), « T‘avaient parlé tout bas de l’âpre liberté » (v. 20), « ô pauvre Folle ! », « Tes grandes visions étranglaient ta parole » (v. 31).

En évoquant la quête de la liberté et de « l’Infini terrible » (v. 32), l’aliénation et la folie, les visions, le poète semble s’identifier à son personnage. C’est comme s’il se parlait à lui-même (ou à son reflet) dans le miroir de l’eau du fleuve.

Cette identification passe également par un processus de « mythification » du personnage du poète, mis en valeur par la majuscule à la dernière strophe : « Et le Poète dit » (v. 33).

Transition : Ce passage de la troisième personne à la deuxième souligne le basculement du poème.

III – Le basculement du poème

A – D’une « douce folie » à une folie furieuse

Le poème est composé de trois parties chapitrées (I, II et III) : les deux premières sont égales (quatre quatrains chacune), la troisième est isolée (un quatrain seulement).

On observe dans le passage du I au II un basculement du poème.

En effet, on passe subitement de la troisième personne au tutoiement, mais aussi :

♦ Du présent au passé : « dorment », « flotte » (v. 1-2), « Passe » (v. 6), « déploie » (v. 9), « éveille » (v. 14) etc. // « tu mourus » (v. 18), « portait », « écoutait » (v. 22-23), « s’assit » (v. 28)…

♦ Du calme et de la douceur au bruit et à la fureur : « l’onde calme » (v. 1), « flotte très lentement » (v. 3), « douce folie », « Murmure » (v. 7-8), « bercés mollement » (v. 10), « soupirent » (v. 13), « un petit frisson d’aile » (v. 15) // « emporté », « tombant » (v. 18-19), « tordant », « bruits » (v. 21-22), « la voix des mers folles, immense râle », « brisait » (v. 25-26), « étranglaient », « terrible », « effara » (v. 31-32).

Ce basculement de la douceur à la violence est également marqué par la ponctuation et les sonorités.

Ainsi, dans la première partie, les points de suspension (v. 3), points et points-virgules créent un rythme ample, alors que dans le II, les points d’exclamation s’enchaînent et traduisent l’implication et l‘agitation du poète, son basculement dans la folie (à l’image d’Ophélie) : « O pâle Ophélia ! belle comme la neige ! », « Oui tu mourus, enfant, par un fleuve emporté » (v. 17-18), « Un pauvre fou, s’assit muet à tes genoux ! », « Ciel ! Amour ! Liberté ! Quel rêve, ô pauvre Folle ! » (v. 28-29), « Et l’Infini terrible effara ton œil bleu » (v. 32).

Les sonorités douces et mélancoliques de la première partie, comme l’allitération en « m » et l’assonance en « on » et « an » créent une impression de berceuse ou de complainte (« l’onde calme », « dorment », « blanche », « comme un grand », « lentement », « longs », « On entend dans les bois lointains », « mille ans », « murmure sa romance », « mollement », « front », « chant », « tombe »).

Dans la deuxième partie, la grave et douce complainte devient une plainte aigue et virulente, à travers des sonorités dures et appuyées, comme les allitérations en « r » et en « t » qui scandent le discours (« tu mourus », « emporté », « tombant des grands monts de Norwège », « T’avaient parlé tout bas de l’âpre liberté », « tordant ta grande chevelure », « ton esprit rêveur portait d’étranges bruits », « ton cœur écoutait le chant de la Nature », « Dans les plaintes de l’arbre », « Tes grandes visions étranglaient ta parole »).

De plus, l’anaphore « C’est que » ou « C’est qu’ » au début des vers 19, 21, 25 et 27 marque l‘insistance du poète et souligne le style oratoire de son discours.

Si le poète est si impliqué, c’est qu’à travers la dérive d’Ophélie, Arthur Rimbaud exprime sa propre errance.

B – La dérive d’Ophélie : une métaphore de l’expérience poétique ?

La dérive fluviale d’Ophélie est traduite par une allitération en « l » : « l‘onde calme », « les étoiles », « La blanche Ophélia flotte comme un grand lys », « longs voiles », « dans les bois lointains des hallalis » (v. 1 à 4), « plus de mille ans », « long fleuve », « folie » (v. 5-7), « déploie en corolle », « mollement », « saules », « épaul», « s’inclinent » (v. 9 à 12), « elle », « aile » (v. 13 et 15), « le Ophélia », « bell» (v. 17).

Elle est également marquée par l’enjambement (v. 5 à 6 et 7 à 8) et l’anadiplose (reprise en début de  phrase de mots appartenant à la proposition précédente) : « flotte comme un grand lys/Flotte très lentement » (v. 2-3), « pleurent sur son épaule/Sur son grand front rêveur » (v. 11-12), mais aussi la diérèse, qui allonge le mot : « O/phé/li/a » (v. 2 et 17), « mys/té/ri/eux » (v. 16), « vi/si/ons » (v. 31).

Mais l’exercice de style parnassien auquel Arthur Rimbaud se prête ici n’est qu’un prétexte pour exprimer son errance poétique. De nombreux indices signalent que le poète évoque sa propre dérive à travers celle d’Ophélie.

Les tirets, par exemple, mettent en valeur les vers qu’ils introduisent et les détachent des autres.

Dans ces vers, le poète parle indirectement de sa quête de liberté et d’inconnu : «  Un chant mystérieux tombe des astres d’or » (v. 16), «  C’est que les vents (…)/ T’avaient parlé tout bas de l’âpre liberté » (v. 19-20), « – Et l’Infini terrible effara ton œil bleu ! », «  Et le Poète dit qu’aux rayons des étoiles » (v. 32-33).

Ici se dessine la vision poétique de Rimbaud qu’il développe dans sa fameuse « Lettre du Voyant » à Paul Demeny (le 15 mai 1871) et met en pratique dans le poème « Voyelles » (1871).

On retrouve en effet la symbolique des couleurs, l’alchimie du verbe suggérée par l’or, et l’idée que le poète doit « se faire voyant » et qu’il est un « voleur de feu »  : « Tu te fondais à lui comme une neige au feu », « grandes visions », « œil bleu » (v. 30 à 32).

Ophélie, Rimbaud : conclusion

Dans « Ophélie », Arthur Rimbaud reprend le thème shakespearien de la belle noyée qui a sombré dans la folie et le désespoir pour évoquer sa propre expérience de jeune poète.

Il fait du personnage mythique d’Ophélie son double, à travers des effets de miroir et d’écho entre les trois parties du poème.

Derrière la régularité de l’alexandrin, le poète exprime sa dérive adolescente et poétique qui se précisera dans « Le Bateau ivre », écrit un an plus tard.

Tu étudies Ophélie de Rimbaud ? Regarde aussi :

Vénus anadyomène, Rimbaud : analyse (poème influencé par l’esthétique parnassienne)
Voyelles, Rimbaud : analyse
Aube, Rimbaud : analyse (métaphore de la quête poétique)
Au cabaret-vert : analyse
Le bateau ivre : analyse (métaphore du parcours poétique)
Ma bohème, Rimbaud : commentaire
Sensation, Rimbaud : commentaire
Roman (quand on a 17 ans), Rimbaud : commentaire
Le dormeur du val, Rimbaud : analyse
Le buffet, Rimbaud : analyse
Le Mal, Rimbaud : analyse
Le Parnasse
Nerval, El desdichado : analyse

  2 commentaires à “Ophélie, Rimbaud : analyse”

  1.  

     »veritable exercice de style parnassien », pourriez vous me dire en quelques mots en quoi je peux argumenter sur l’origine parnassienne de ce texte?

  2.  

    Son sonnet est il un sonnet normale ?si non pourquoi merci de votre réponse

 Laisser un commentaire

*

*

   

Commentaire composé 2017 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -