la catharsis définition simplePour Aristote, la catharsis est Poursuivre la lecture »

 

scène d'expositionA l’oral de français, vous avez généralement dans votre liste de textes une scène d’exposition (c’est à dire la première scène d’une pièce de théâtre).

Pourquoi ?

Parce que la Poursuivre la lecture »

 

diérèse : définition et exemple

La diérèse est une figure de style que l’on retrouve en poésie, et plus particulièrement dans les poèmes de Baudelaire.

Voici la définition d’une diérèse, 3 exemples et surtout, 3 trucs infaillibles pour l’analyser avec succès. Le tout expliqué en vidéo. Poursuivre la lecture »

 

l'essai argumentation bac de françaisL’essai est l’un des trois genres à connaître pour l’objet d’étude argumentation au bac de français (les deux autres sont l’apologue et le dialogue).

D’ailleurs, Poursuivre la lecture »

 

baudelaire modernitéBaudelaire et la modernité, c’est comme Che Guevara et la révolution : impossible de parler de l’un sans l’autre.

C’est pourquoi, si vous tombez sur un poème de Baudelaire à l’oral de français, tous les examinateurs de France et de Navarre vous poseront cette question : parlez-moi de la modernité chez Baudelaire.

Et vous, comme vous êtes malins, vous ferez un grand sourire à votre examinateur et vous lui donnerez cette réponse : Poursuivre la lecture »

 
alliteration

N’ayez plus peur des allitérations…

Vous croyez que l’allitération est un truc pour les binoclards du français qui ne vous servira pas à grand chose le jour du bac?

Vous avez tort!

L’allitération est une figure de style très courante et beaucoup plus simple à repérer et à analyser que ce vous pensez.

Bien relever et analyser une allitération le jour du bac rendra votre commentaire composé incroyablement sexy aux yeux de votre correcteur (qui sera donc tout disposé à vous mettre une bonne note).

Voici Poursuivre la lecture »

 

forme et fond commentaire composé

Séparer le fond et la forme est l’une des 6 erreurs à ne pas commettre dans son commentaire composé. Voici le mode d’emploi en couleur pour ne pas séparer le fond et la forme dans un commentaire composé. Poursuivre la lecture »

 

figures de styleVous savez déjà tout sur l’oxymore, l’anaphore, l’hyperbole et la gradation grâce au Top 12 des figures de style 3/4 .

Il ne vous reste plus que 3 figures de style pour compléter le Top 12.  Poursuivre la lecture »

 

figures de styleOn continue avec le top 12 des figures de style.

N’oubliez pas Poursuivre la lecture »

 

 

12 figures de styleL’anacoluthe, l’antanaclase, l’hypallage, l’asyndète, l’hypotypose, l’hyperbate…Non, ce ne sont pas des maladies rares mais des figures de style !

Si tous ces mots te donnent envie de choisir entre la corde ou la fenêtre, j’ai une bonne nouvelle : tu n’as pas besoin de connaître toutes ces figures de rhétorique pour réussir un commentaire composé.

Les figures de style sont des procédés littéraires qui créent des effets : effets de rapprochement, de contraste, d’intensification, d’atténuation.

Si l’énumération des figures de style peut vite ressembler à une liste à la Prévert, sache qu’en réalité, tu n’as besoin de connaître qu’une dizaine de figures de style pour réussir ton bac de français.

Pour te faciliter la tâche, je les ai sélectionnées pour toi.

Voici donc le top 12 des figures de style à connaître pour le bac de français.

Associe-les dès maintenant à un effet comme je le fais ci-dessous. C’est le secret pour analyser les figures de style.

1 – La comparaison

Définition: La comparaison met en relation deux termes: le comparé et le comparant.

Effet : La comparaison rapproche deux réalités différentes. C’est une figure de style qui suggère une nouvelle réalité. A vous d’analyser dans votre commentaire composé si la comparaison est méliorative (Elle est belle comme le soleil) ou péjorative ( Elle est froide comme la glace)

Exemple de comparaison: « Son regard est pareil au regard des statues » (Verlaine, Mon rêve familier)

Le regard de la femme (comparé) est mis en relation avec le regard d’une statue (comparant), à l’aide d’un outil comparatif (pareil à). Verlaine crée ainsi une image de la femme ambivalente. La femme aimée est sublimée car elle apparait aussi parfaite qu’une statue.

Néanmoins, la comparaison est inquiétante : une statue est sans vie, froide. La comparaison suggère que la femme est inaccessible et n’appartient pas au monde des vivants.

2 – la métaphore

Définition : Apprenez par cœur la définition de la métaphore : il s’agit d’une comparaison sans outil comparatif, donc une comparaison sous-entendue.

Effet : La métaphore crée également une nouvelle réalité, une nouvelle image. Elle transforme la réalité en rapprochant deux éléments différents.

  Exemple de métaphore: « L’aube se passe autour du cou/ Un collier de fenêtres » (Paul Eluard « la terre est bleue… »)

Le comparé est l’aube. Elle est implicitement comparée à une femme qui se passe un collier autour du cou. La métaphore permet de rapprocher la figure de l’aube avec celle d’une femme. Elle transfigure le moment du lever du jour en lui attribuant le visage humain d’une femme qui se fait belle.

3 – La personnification

Définition : Personnifier, c’est prêter des qualités humaines à des êtres inanimés ou à des animaux

Effet : Posez vous toujours la question : pourquoi l’auteur personnifie-t-il une chose, un animal ? Est-ce pour critiquer les hommes indirectement ? Est-ce pour rendre sa description plus vivante ? La personnification est-elle méliorative, péjorative ?

Exemple de personnification:

« Va-t-en, chétif Insecte, excrément de la terre. C’est en ces mots que le Lion Parlait un jour au Moucheron. »
(La Fontaine, Le lion et le moucheron).

Sans difficulté, vous percevez que La Fontaine personnifie le lion en lui prêtant la qualité de pouvoir parler. La personnification du Lion permet implicitement à La Fontaine de critiquer le roi soleil (Louis XIV).

4 – L’allégorie

Définition : L’allégorie est une personnification particulière : elle personnifie une IDÉE ABSTRAITE. C’est par exemple la mort qui va être représentée comme une faucheuse.

Effet : L’allégorie est un procédé d’écriture qui permet de rendre une idée concrète. Elle peut être inquiétante, effrayante (la Mort comme une faucheuse,l’ Angoisse comme un despote) ou plaisante (l’Amour comme une jeune femme). L’allégorie rend les descriptions, les émotions vivantes, imagées.

Exemple d’allégorie:

« Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,/Défilent lentement dans mon âme ; l’Espoir,/Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique,/Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir » (Baudelaire, Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle.)

Vous avez ici deux allégories pour le prix d’une : l’Espoir et l’Angoisse sont représentés sous des traits humains.

Les allégories sont très simples à repérer car elles commencent dans 99% des cas par une lettre majuscule. L’auteur les traite en effet comme des personnes, donc comme des noms propres.

Ici, les allégories mettent en scène de façon imagée les sentiments du poète. Baudelaire présente son paysage intérieur comme un véritable champ de bataille duquel l’angoisse sort victorieuse.La représentation de l’angoisse sous les traits d’un despote apparait effrayante, inquiétante et suggère par une image forte l’horreur du sentiment ressenti.

5 – L’antithèse

Définition: L’antithèse est le rapprochement dans une phrase, un paragraphe ou une strophe de mots de sens opposés.

Effet: L’antithèse est une figure de style qui souligne des contrastes, met en relief des contradictions. Soyez attentifs car elle est très fréquente !

Exemple d’antithèse:

« Dans mon plaisir je souffre maintes graves tortures » Louise Labé, sonnets.

On repère une antithèse : plaisir/tortures.

Louise Labé rapproche des mots de sens opposés pour illustrer ses déchirements internes et les contradictions du sentiment amoureux, source à la fois de joie et de souffrance.

6 – L’oxymore

Définition: L’oxymore mérite largement sa place dans le top 12 des figures de style ! Il réunit deux avantages non négligeables : celui de paraître très savant tout en restant très facile à repérer et analyser.

L’oxymore est la juxtaposition de deux mots de sens opposés.

Effet: Tout comme l’antithèse, l’oxymore souligne un contraste, une contradiction. Il fait naitre une image inattendue.

Exemple d’oxymore: C’est encore Louise Labé, spécialiste des déchirements internes, qui va nous fournir un exemple :

« Je vis, je meurs ; je brûle et je me noie »

Louise Labé juxtapose deux verbes de sens opposés. Elle met en relief la contradiction de la passion amoureuse qui transporte et anéantit à la fois.

7 – L’anaphore

Définition:

L’anaphore est la reprise d’un même mot ou groupe de mots en début de phrase, de proposition, de vers, strophe ou paragraphe. Elle permet d’insister sur le mot répété.

Effet: L’anaphore insiste sur le mot répété. il faut rechercher les raisons de cette insistance.

Exemple d’anaphore: « Je t’aime pour toutes les femmes que je n’ai pas connues, Je t’aime pour tous les temps où je n’ai pas vécu » (Paul Eluard, je t’aime)

L’anaphore du « je t’aime » insiste sur la déclaration d’amour qui devient le leitmotiv du poème.

8 – L’hyperbole

Définition: L’hyperbole est formidable. C’est un mot compliqué pour désigner quelque chose de très simple (remarquez que je viens de faire une antithèse au passage).

Elle désigne une exagération.

L’hyperbole emploie des termes dont le sens est fort par rapport à la réalité désignée.

Effet: L’hyperbole est une figure de rhétorique qui exagère, amplifie la réalité.

L’exagération peut être parodique (dans un registre comique) ou emphatique (dans un registre épique par exemple).

Exemple d’hyperbole : « Ils approchèrent enfin de la première maison du village ; elle était bâtie comme un palais d’Europe. » (Voltaire, Candide)

Une maison de village est comparée à un palais d’Europe. Cette exagération met en valeur le village visité par Candide.

9 – La gradation

Définition:

La gradation est une suite de termes d’intensité croissante ou décroissante.

Effet: La gradation suggère l’ampleur, le mouvement de ce qui est décrit. Elle intensifie une description et met en valeur le dernier mot.

Exemple de gradation: « C’est un roc !… c’est un pic !… c’est un cap ! Que dis-je, c’est un cap ?… C’est une péninsule ! » Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac

La gradation intensifie la description du nez de Cyrano et met en relief, par un effet d’annonce, le terme hyperbolique de péninsule.

10 – la métonymie

Définition:

Vous avez souvent du mal à la repérer. La métonymie consiste à substituer un mot par un autre terme qui lui est proche, avec lequel elle entretient une relation proche.

Effet: La métonymie va concentrer l’attention sur un élément particulier.

Exemples de métonymie:

♦ « Une main ouvrit la porte »

On désigne un être par seulement une de ses parties : la main. La métonymie concentre ici toute l’attention du lecteur sur la main, créant ainsi un effet de suspens car elle retarde le moment où le lecteur va prendre connaissance de l’identité de la personne qui entre en scène.

♦ « Mon cœur se gardait bien d’aller dans l’avenir » (Racine, Bérénice)

Le personnage ne dit pas « je » mais « mon cœur ». La métonymie concentre l’attention sur la partie de son corps qui représente le siège de ses sentiments.

11 – La périphrase

Définition:

La périphrase, c’est un groupe de mots utilisé pour désigner un être ou une chose.

Effet:

La périphrase permet d’évoquer une chose indirectement.

Regardez toujours si elle est méliorative ou péjorative : cela orientera votre analyse.

Par exemple, « l’astre du jour » présente le soleil sous des traits majestueux. En revanche, « le vieux crétin d’en face » désigne votre voisin de palier sous des traits peu enviables.

12 – le chiasme

Définition: Le chiasme, c’est mon chouchou. Il est d’une élégance rare et d’une grande facilité à commenter.

Il s’agit d’une structure ABBA.

Exemple de chiasme: « Des cadavres dessous et dessus des fantômes » Victor Hugo

Cadavres/fantômes (AA) sont quasiment synonymes, tandis que dessous/dessus (BB) se répondent.

Effet du chiasme: En tant que structure fermée, il permet dans 90% des cas de suggérer l’enfermement, l’absence d’issue. Il peut également suggérer une forte contradiction.

Exercice sur les figures de style

Tu t’es imprégné de toutes ces figures de style et de leurs effets ? Va vite faire le quiz sur les figures de style et donne-moi ton résultat dans les commentaires !

Pour aller plus loin :

L’allitération : définition et mode d’emploi
La diérèse : 3 secrets infaillibles pour l’analyser

Commentaire composé 2017 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -