Sido suivi des Vrilles de la vigne, Colette : fiche de lecture

Tu passes le bac de français ? CLIQUE ICI et deviens membre de commentairecompose.fr ! Tu accèderas gratuitement à tout le contenu du site et à mes meilleures astuces en vidéo.

Voici une fiche de lecture complète (résumé et analyse) de deux oeuvres de Colette au programme du bac de français : Sido (1930) et Les Vrilles de la Vigne (1908).

Ces deux ouvrages sont indépendants l’un de l’autre : Les vrilles de la vigne est un recueil de textes paru en 1908 et Sido, publié en 1930, évoque des souvenirs d’enfance.

Ces deux oeuvres permettent néanmoins d’entrer de plain-pied dans l’œuvre de Colette, qui se caractérise par un rapport sensuel et dialogique (= sous forme de dialogues) avec la nature.

Analyses linéaires sur Sido et Les Vrilles de la vigne :

Qui est Colette ?

Née en 1873, Sidonie-Gabrielle Colette mène une enfance heureuse à la campagne, auprès de sa mère Sido et de son père, ancien militaire.

À l’âge de 20 ans, elle épouse Willy, un écrivain mondain qui la pousse à écrire la série à succès des Claudine.

Après son divorce, elle exerce les métiers de mime, de comédienne, puis plus tard de journaliste, et tient même un salon de beauté. Ces diverses professions ont profondément marqué son travail d’écrivain.

Elle multiplie les conquêtes masculines et féminines et affirme sa bisexualité. Personnage sulfureux pour l’époque, elle n’en demeure pas moins un auteur reconnu et obtient de nombreux honneurs (comme la présidence de l’Académie Goncourt).

Comment résumer Sido et Les vrilles de la vigne ?

1 – Sido (1930)

Sido est composé de trois parties :

La partie I relate des souvenirs d’enfance de Colette dans son village de Saint-Sauveur en Puisaye, sa maison natale, son jardin, son voisinage et surtout sa mère, Sido, une femme d’autorité et de charisme, qui jouit d’une connaissance intime de la nature.

La partie II, « Le Capitaine », évoque le père de Colette. Militaire ayant perdu une jambe à la guerre, c’est un citadin exilé à la campagne, amoureux de Sido, qui chante la gaieté pour cacher sa tristesse. Après sa mort, sa famille trouve dans sa bibliothèque de nombreux livres aux pages blanches, témoins de sa vocation manquée d’écrivain.

Dans la partie III, « Les sauvages », Colette se remémore sa fratrie : le mariage malheureux de sa grande demi-sœur Juliette, le souvenir d’Achille, 17 ans, son demi-frère qui entame des études de médecine et de son frère Léo, 13 ans, qui rêve de liberté. Elle évoque le souvenir de jeux entre les deux garçons.

2 – Les Vrilles de la vigne (1908)

Les Vrilles de la vigne est constitué de courts textes épars. Mais derrière une structure apparemment éclatée, on repère des séries thématiques :

Le retour sur le passé est omniprésent dans ces nouvelles, notamment dans « Rêverie du nouvel an » qui évoque des souvenirs d’enfance et la vieillesse (« Éloigne-toi, lentement, lentement, sans larmes ; n’oublie rien ! ») ou « Le dernier feu » dans lequel Colette se souvient du jardin de son enfance.

L’amour pour les animaux est très présent, dans « Nonoche » par exemple, qui évoque la maternité d’une de ses chattes. « Toby-chien parle » et « Dialogues de bête » font converser les animaux de l’écrivaine. Dans « Un rêve », les souvenirs de ses chiens s’entremêlent.

Le maquillage, mensonge qui rend à la femme sa fierté, est un thème récurrent (« Maquillages », « Belles-de-jour »), ainsi que l’amour malheureux à travers l’amie Valentine quittée par son amant, que Colette tente de consoler (« Belles de jour », « La Guérison »).

La mer est présente dans de nombreuses scènes maritimes comme « En baie de Somme », « À marée basse », « Bain de soleil ». Colette y voit dans « Jour gris » ou « Partie de pêche » un espace presque dégoûtant, en putréfaction. A contrario, elle fait l’éloge de la campagne de son enfance, espace animé d’un souffle paradisiaque, et de la forêt, dans « Forêt de Crécy », lieu fascinant et inquiétant.

Quels sont les thèmes importants dans Sido et Les Vrilles de la vigne ?

La nature

La nature est au cœur de l’œuvre de Colette.

Sido, sa mère, en est l’interprète et la traductrice car elle établit entre les faits des liens de causalité imperceptibles par les autres : « Il va geler, la chatte danse ».

La nature est pour elle un tout dont les éléments communiquent entre eux.

Sur les pas de sa mère, Colette interprète aussi la conversation secrète de la nature. Ainsi, le chant du Rossignol dans « Les Vrilles de la Vigne » ou du rouge-gorge dans « Amours » n’est pas qu’un sifflement mais un langage que Colette décode.

Elle restitue également les dialogues entre les animaux, dans « Dialogues de bêtes ».

Colette développe ainsi une vision païenne d’une nature animée d’une intention et d’une conscience.

Son souci du mot précis, exact, notamment sur l’appellation des plantes, des fleurs et des animaux, manifeste le désir d’embrasser la nature, d’en jouir, de la serrer le plus près possible.

L’amour

L’amour se manifeste de diverses manières dans Sido et les Vrilles de la Vigne.

C’est d’abord l’amour pour la famille, exprimé dans Sido.

L’enfance, « jusqu’à dix ou onze ans » est une période de fusion avec la mère à la fois généreuse et tyrannique. Sido a également transmis à sa fille l’amour de la nature qui rayonne dans l’œuvre à travers la célébration du monde végétal et animal.

Dans Les vrilles de la vigne, Colette se penche sur la psychologie amoureuse.

« La guérison » étudie le passage de la passion jalouse à la fin de l’amour : l’état « insupportable » d’être quittée, l’impression vaniteuse d’être la seule à souffrir, puis la domestication progressive de la douleur, avant l’attente d’un autre amour.

Le souvenir

Sido et Les Vrilles de la Vigne reprennent de façon romancée des éléments du vécu de l’auteur : son village bourguignon, Saint-Sauveur en Puisaye, évoqué à travers le nom de ses rues dans Sido, l’identité de ses parents….

Le recueil est d’ailleurs structuré comme un arbre généalogique dont chaque partie dresse le portrait des membres de la famille : la mère, le père puis les frères et sœur.

Dans Les Vrilles de la Vigne, Colette fait également remonter des souvenirs, à travers une approche thématique : l’enfance, les animaux, les amours, la mer, le music-hall, le maquillage….

Le temps qui passe transforme toutefois les choses comme le reconnaît avec dépit le frère de Colette, Léo, lorsqu’il évoque la grille de la maison familiale dont la réparation a fait disparaître le « I-î-î-an » caractéristique des bruits de l’enfance : « Ils ont huilé la grille ».

La vie mondaine

La campagne est pour Colette un paradis terrestre où elle a vécu une enfance heureuse et dont elle a une connaissance intuitive, sensorielle et sensuelle.

Mais elle fait aussi une place dans son œuvre à l’artifice. La vie urbaine et bourgeoise, par exemple, est évoquée dans Les Vrilles de la Vigne à travers son amie Valentine dans « De quoi est-ce qu’on a l’air ».

Sens du devoir, tyrannie des obligations sociales : tout est fait pour transformer la vie urbaine en un lieu où l’être se consomme et se consume.

Le maquillage, auquel elle consacre plusieurs nouvelles dans Les Vrilles de la Vigne, représente ce masque qui permet aux femmes d’affronter la vie mondaine, de résister au temps, d’avoir le goût du risque.

Quelles sont les caractéristiques de l’écriture de Colette ?

L’écriture de Colette se caractérise par l’extraordinaire richesse de son vocabulaire, l’utilisation de termes précis, techniques, notamment pour nommer la faune et la flore : «Mille roses […] fleurissaient hors d’atteinte, parmi des glycines à longues gouttes de fleurs et des bigonniers pourpres, victorieux ennemis des clématites épuisées…».

L’exactitude du mot juste crée un « effet de réel » dans lequel il ne faudrait toutefois pas enfermer Colette. Son écriture est en effet traversée par un lyrisme et une sensualité poétique.

Pour l’auteur, la nature a une âme et dialogue avec les hommes qui savent l’écouter. Dans Les vrilles de la vigne, tout un bestiaire est convoqué (le chat, le chien, le rossignol…) pour suggérer la continuité entre le monde humain, animal et végétal.

Les comparaisons et métaphores jettent des ponts entre les éléments, créent une continuité entre la prose et la poésie pour saisir une langue faite de sensations pures.

Que signifie le parcours « La célébration du monde » ?

Célébrer signifie louer, honorer, souvent publiquement et solennellement.

C’est bien ce que fait Colette dans Sido et Les Vrilles de la vigne qui relatent la rencontre de l’auteur avec le monde.

Colette célèbre ce monde avec sensualité, faisant revivre l’univers de son enfance et la relation privilégiée qui l’unit à la nature et aux animaux.

La célébration de l’univers de l’enfance

Colette célèbre tout d’abord l’univers de son enfance qu’elle fait revivre, avec le village de Saint-Sauveur en Puisaye, le nom des rues, la description méticuleuse et lyrique du jardin de Sido et des membres de la famille.

La célébration de la nature

Elle y célèbre aussi la nature qui, pour elle, forme un tout harmonieux.

Sido incarne cette célébration du monde car elle est la « pythonisse », celle qui va interpréter les signes anodins du monde pour en découvrir le fonctionnement et le mystère : « Une…deux…trois robes ! Trois robes sur l’oignon ! (…) C’est signe de grand hiver ».

Elle a une connaissance intime de la nature, au rebours des « météorologues de Paris » qui n’en ont qu’une approche statistique et rationnelle : « Le dégel ? Les météorologues de Paris ne m’en apprendront pas ! Regarde les pattes de la chatte ».

Les métaphores et les personnifications montrent que la vie déborde dans l’univers créé par Colette. Par exemple, les roses sont personnifiées avec Sido, et sa «manière étrange de relever les roses par le menton pour les regarder en plein visage. ».

Les animaux parlent, les plantes semblent dotées d’une âme, tout est plein de vie.

Le tournoiement, les « vrilles de la vigne », sont un danger pour le rossignol mais manifestent aussi ce mouvement d’enlacement de la nature que Colette recherche à travers l’écriture.

Célébration de la relation privilégiée avec le monde

Si on peut parler de célébration du monde, c’est aussi parce que Colette confère aux descriptions les plus banales une tonalité presque mystique, qui ouvre le monde apparent sur une autre réalité.

Sido, la « pythonisse » fait des « offrandes », « consulte le ciel ». Par de lyriques incantations, « O géraniums, ô digitales », Colette paraît adresser une prière à la nature, dans une célébration païenne.

Colette célèbre surtout la fusion entre l’homme et le monde.

Dans « Bain de soleil » (Les Vrilles de la Vigne), elle décrit avec sensualité la chaleur sur la plage de la baie de Somme : « Douceur de se sentir, sans défense et sous le poids d’un soleil implacable, d’hésiter, de chanceler une minute, les mollets criblés de mille aiguilles, les reins fourmillants sous le tricot bleu, puis de glisser sur le sable, à côté de la chienne qui bat de la langue. »

La « forêt de crécy » la fait renaître à elle-même : « À la première haleine de la forêt, mon cœur se gonfle. Un ancien moi-même se dresse, tressaille d’une triste allégresse, pointe les oreilles (…) ».

Pour aller plus loin :

L’écriture de Colette, tissée d’effets sonores et riche en métaphores, fait songer à des poèmes en prose (= courts textes poétique écrits en prose, et non en vers). Pour aller plus loin, tu peux comparer ses textes à des poèmes en prose. Suggestions de lecture :

Print Friendly, PDF & Email

Qui suis-je ?

Amélie Vioux

Je suis professeur particulier spécialisée dans la préparation du bac de français (2nde et 1re).

Sur mon site, tu trouveras des analyses, cours et conseils simples, directs, et facilement applicables pour augmenter tes notes en 2-3 semaines.

Je crée des formations en ligne sur commentairecompose.fr depuis 9 ans.

Tu peux également retrouver mes conseils dans mon livre Réussis ton bac de français 2022 aux éditions Hachette.

4 commentaires

  • Bonjour j’ai 32 ans je suis candidat individuel au bac général 2023 .
    Pour les textes avec lectures linéaires à présenter lors de l’oral de Français.
    Doivent-ils les 5 textes avoir un lien avec le parcours ?
    Peut-on choisir 5 textes d’une même œuvre ?
    Je ne comprends pas trop .
    Merci

    • Bonjour Wilfried,
      Les 5 textes doivent en effet avoir un lien avec le parcours. Normalement, 3 à 4 textes sont issus de l’oeuvre au programme et un à deux textes sont issus d’œuvres complémentaires (choix libre). N’hésite pas à te procurer mon ouvrage « Réussis ton bac de français 2023 » car j’y détaille le programme et les attentes. C’est très utile pour les candidats libres.

  • Bonjour,
    M’étant intéressé aux œuvres potentiellement étudiées l’an prochain (je rentre en 1re générale), j’en ai actuellement lu huit sur douze. Je n’ai cependant pas fini de lire Les Vrilles de la Vigne, je n’accroche pas du tout aux nouvelles. Avez vous un conseil pour re-motiver ma lecture, qui pourrait, en plus de mieux me faire comprendre l’œuvre, éventuellement me donner un angle sous laquelle l’apprécier ?

    • Bonjour Tim,
      Quand on n’accroche pas avec une lecture, le mieux est de faire une petite pause et de se renseigner sur l’œuvre et l’auteur (en lisant par exemple ma fiche de lecture). Cela va te permettre d’aiguiser ta curiosité et d’acquérir un regard plus averti lorsque tu vas reprendre ta lecture. Je te conseille aussi d’aborder Les Vrilles de la vigne comme des poèmes en prose, des fragments épars à découvrir petit à petit.

Laisse un commentaire !