Mai 192017
 

la conclusion de la lecture analytique à l'oral de françaisTu as presque fini tes 10 minutes d’oral.

Même si tu meurs d’impatience de terminer ta lecture analytique, prends le temps de faire une vraie conclusion.

C’est l’impression finale que tu laisses à ton examinateur et elle est d’une importance capitale.

La méthode de la conclusion de l’exposé comprend trois étapes simples :

♦ Un bilan de tes développements
♦ Une réponse claire à la question
♦ Une ouverture

1 – Fais le bilan de ta lecture analytique

Utilise un mot pour faire comprendre à ton examinateur que tu passes à la conclusion. Des expressions comme « Ainsi, … », « Pour conclure, … » font très bien l’affaire.

Rappelle ensuite les étapes parcourues lors de ta présentation. Il te suffit de synthétiser tes axes de lecture (Cette étape est un reflet de l’annonce de plan dans l’introduction. Rien de compliqué ! )

2 – Donne une réponse personnelle et argumentée à la question.

Ta lecture analytique doit répondre à la question posée par l’examinateur.

Ta réponse ne doit pas être obscure ou cachée dans tes développements. Si on te pose une question, il faut y répondre clairement et simplement. Ce n’est pas à l’examinateur d’aller rechercher dans tes développements les éléments qui ont pu répondre à la question posée.

Ainsi, dans la conclusion, synthétise clairement et sans détour ta réponse.

Pas de faux-semblants, de mots savants ou d’hésitation : RÉPONDS.

3 – Propose une ouverture

Il est d’usage de proposer une ouverture en fin de conclusion.

Le problème, c’est que la majorité des élèves ne comprennent pas le contenu et le rôle d’une ouverture.

Alors que ce soit dit une fois pour toute : ta lecture analytique n’est absolument PAS OBLIGÉE d’ouvrir sur un autre texte littéraire.

Ouvrir sur un autre texte, c’est une POSSIBILITÉ, ce n’est jamais une obligation.

Il est souvent plus pertinent d’ouvrir ta conclusion sur l’objet d’étude, un mouvement littéraire, l’œuvre intégrale, la mise en scène du texte (au théâtre), une adaptation cinématographique de l’œuvre

L’ouverture sur un autre texte est souvent artificielle. Parfois, elle fonctionne très bien, mais garde à l’esprit qu’une telle ouverture n’a rien d’obligatoire. Essaie de choisir l’ouverture la plus appropriée pour ton texte.

Tu révises tes lectures analytiques ? Regarde aussi :

L’introduction de la lecture analytique
Réussir la lecture du texte à voix haute à l’oral
Comment adapter ton plan à la problématique à l’oral
Le développement de la lecture analytique
Les 30mn de préparation de l’oral de français

  4 commentaires à “La conclusion de la lecture analytique”

  1.  

    On perd combien de point si on ne fait pas d’ouverture ?

    •  

      Oui Amélie, combien de points perdons-nous si l’on ne fait pas d’ouverture s’il te plaît ?

      Et aussi comment peut-on introduire une ouverture ? C’est surtout ça qui me pause problème…
      Merci d’avance.

      •  

        On ne perd pas de point si l’on ne propose pas d’ouverture, étant donné que cette dernière est facultative. Pour autant, elle met en valeur votre travail puisque la mise en relation de deux œuvres ou contextes est un élément qui prouve votre compréhension de ceux-ci. En ce sens, elle peut vous valoriser, et donc agir positivement sur votre note. Pour introduire une ouverture, inutile de se compliquer la tâche : « Nous pouvons relier cette oeuvre à […] car […] », ou encore « Remarquons d’ailleurs que […] est commun à […] », etc.

  2.  

    Bonjour Amélie,

    Peux-tu donner un exemple d’ouverture possible dans une conclusion à l’oral s’il te plaît ( sachant qu’on a en général pas beaucoup de temps pour la conclusion).
    Je voulais également savoir si on pouvait faire une ouverture en posant une nouvelle question qui servira de nouvelle problématique et qui débouchera sur une nouvelle analyse? ( ce qui peut être utile pour démarrer l’entretien).

    Merci d’avance

 Laisser un commentaire

*

*

   

Commentaire composé 2011-2018 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -