Les auteurs du classicisme

auteur classicismeNous allons voir ici en quoi les œuvres des principaux auteurs classiques – Racine, Molière, La Fontaine, La Bruyère, Mme de la Fayette – reflètent l’esprit du classicisme.

Le classicisme est un mouvement littéraire du 17ème siècle qui se caractérise par la recherche de l’ordre, de la clarté, de la mesure, de la retenue mais aussi par de très nombreuses règles qui encadrent la création littéraire.

Garde toutefois à l’esprit que les auteurs classiques ne sont pas des élèves dociles qui cherchent à rendre des copies parfaites respectant toutes les règles !

Des auteurs comme Corneille ou Molière se sont d’ailleurs parfois fortement éloignés des règles classiques.

Si les auteurs se soumettent à ces règles, c’est avant tout parce qu’ils les jugent légitimes : elles reflètent les goûts de l’époque.

1 – Racine, Phèdre (1677)

Voir la fiche de lecture de Phèdre de Racine.

Phèdre est une tragédie qui évoque la passion incestueuse de Phèdre pour son beau-fils Hippolyte. Cette pièce est classique pour plusieurs raisons :

♦ Racine reprend la pièce d’un auteur grec, Euripide. (Le fait de reprendre une pièce antique s’inscrit dans l’esprit du classicisme qui cherche à imiter les anciens.)

♦ Cette pièce est classique d’un point de vue formel : elle respecte la règle des trois unités et celle de la bienséance (par exemple à la fin de la pièce, la mort d’Hippolyte n’est pas représentée sur scène mais racontée par un messager). L’écriture est maîtrisée : toute la pièce est écrite en alexandrins, le vers noble par excellence.

Phèdre met en scène les désordres qu’entraîne la passion. En moraliste, Racine nous montre que la passion est destructrice et qu’il faut la soumettre à la raison.

2 – Molière, Le Misanthrope

Dans cette pièce, on a deux personnages opposés :

Alceste, le misanthrope, qui n’aime pas la compagnie des autres hommes qu’il juge trop hypocrites. Ses excès de colère le rendent souvent ridicules. C’est un personnage excessif.

Philinte, un homme sociable, courtois, qui a le sens des bienséances et de la mesure dans les rapports entre les hommes. Philinte incarne l’honnête homme.

Voir le résumé du Misanthrope de Molière.

Molière est un dramaturge prolifique dans l’œuvre ne se réduit par au Misanthrope. Va voir par exemple le résumé du Malade imaginaire, de Tartuffe ou de L’École des femmes.

Dans Dom Juan, Molière mêle classicisme et éléments baroques.

3 – La Fontaine, Fables

Les fables de La Fontaine sont représentatives de l’esprit classique :

♦ Elles sont une réécriture de fables écrites par des auteurs grecs (Esope) et latins (Phèdre, Horace, Tite-Live). (Le fait de réécrire les textes anciens est caractéristique du classicisme.)

♦ Les fables visent à plaire et instruire. La Fontaine transpose les textes anciens en vers, en jouant sur le rythme, les rimes, la poésie. Mais ce plaisir du conte ne perd pas de vue son objectif : délivrer un message.

Voir ma fiche de lecture des Fables de La Fontaine.

4 – La Bruyère, Les Caractères (1688)

Dans Les Caractères, La Bruyère brosse des portraits satiriques, en s’attachant dans chaque portrait à dénoncer un défaut humain. Par exemple, Gnathon est l’illustration de l’égoïsme.

La Bruyère répond toujours à l’exigence classique de plaire et instruire : ses portraits sont très vifs et amusants mais ils dénoncent à chaque fois un défaut humain.

On retrouve dans ces portraits l’art de la formule propre aux classiques, une formule brève, incisive avec souvent des effets de parallélismes. Par exemple :
« L’on veut faire tout le bonheur, ou si cela ne se peut, tout le malheur de ce qu’on aime. »

5 – Mme de la FAYETTE, La Princesse de Clèves (1678)

La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette est un roman classique car il respecte à sa manière les principes essentiels du classicisme:

♦ Unité de temps: l’histoire se déroule sur une année

♦ Unité d’action: un récit bref centré autour d’une seule action

Vraisemblance: vraisemblance historique et psychologique

Retenue: La passion amoureuse est relatée de façon retenue. On trouve beaucoup de figures de style d’atténuation (litotes, euphémismes…)

Enfin, ce roman narre la façon dont La Princesse de Clèves domine sa passion pour le duc de Nemours et fait le choix de la raison. En cela, elle incarne aussi l’idéal classique de mesure et de raison.

N’hésite pas à regarder ma fiche de lecture sur La Princesse de Clèves.

6 – Autres auteurs classiques

♦ Boileau, Satires, Art Poétique (1674)
♦ La Rochefoucauld, Maximes
Fontenelle, Histoire des Oracles (voir l’analyse du passage de « la dent d’or » de Fontenelle)
Pascal, Les pensées (voir l’analyse du fragment « divertissement » des Pensées de Pascal)

Tu t’intéresses au classicisme ? Regarde aussi :

Les règles du théâtre classique (vidéo)
L’honnête homme du 17ème siècle
La catharsis (vidéo)

Qui suis-je ?

Amélie Vioux

Je suis professeur particulier spécialisée dans la préparation du bac de français (2nde et 1re).

Mon but est de te donner des cours et conseils simples, directs, et facilement applicables pour augmenter tes notes en 2-3 semaines.

Je crée des formations en ligne sur commentairecompose.fr depuis 8 ans.

2 commentaires

  • Je souhaiterais recevoir votre lettre d’information sur des auteurs français, leurs oeuvres et analyse . Une lecture personnelle à domicile car j’ai aussi enseigné la langue de Molière en Flandres grâce au soutien de TV5 qui m’ai aiguillé vers divers sites pour des professeurs d’enseignement de français à l’étranger . Je suis retraité depuis juillet 2009 . J’aime beaucoup lire pour entretenir et élargir mes connaissances .

    • Bonjour,
      Ma formation en ligne porte sur les méthodes à acquérir pour le bac. C’est une formation très pragmatique pour les lycéens ! Mon travail de fond sur les oeuvres et les auteurs est disponible sur mon site : vous pouvez naviguer assez facilement grâce au menu.

Répondre à Léonard Kusendila Lono Loso X