Le Malade imaginaire, Molière : fiche de lecture

le malade imaginaire analyseVoici un résumé et une analyse du Malade imaginaire de Molière pour le bac de français.

Le Malade imaginaire s’inscrit dans une thématique fréquente chez Molière : celle de la satire de la médecine, qui symbolise la prétention scientifique à maîtriser la nature.

Le Malade imaginaire est également un spectacle total car la comédie-ballet intègre la musique, le chant et la danse, offrant un divertissement des plus plaisants.

Enfin, cette pièce a contribué à la légende de Molière car le dramaturge qui souffrait de tuberculose fait un malaise lors de la quatrième représentation le 17 février 1673 dont il meurt quelques heures plus tard.

Le Malade imaginaire : analyse en vidéo

Lectures linéaires sur Le Malade imaginaire :

Qui est Molière ?

Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, est un des plus célèbres dramaturges du XVIIème siècle, qui se rattache au mouvement du classicisme.

Également acteur et directeur de troupe, cet homme de théâtre complet est la figure de proue de la comédie classique qu’il hausse au rang de la tragédie.

S’il excelle dans un premier temps avec la farce, c’est dans la comédie, plus profonde, où la peinture satirique des vices humains se colore d’une visée morale, qu’il se distinguera.

Protégé par Louis XIV, Molière est pourtant de nombreuses fois attaqué, notamment par les religieux pour ses critiques des faux-dévots dans Tartuffe. Il meurt en 1673, lors d’une représentation du Malade Imaginaire.

Comment résumer Le Malade imaginaire ?

Dans le prologue, des personnages antiques chantent le retour victorieux de Louis XIV de sa campagne guerrière contre la Hollande.

Dans l’acte I, Argan, hypocondriaque invétéré, compte ses traitements et s’affronte avec sa servante Toinette qui le met en garde contre l’apothicaire M. Fleurant et le médecin M. Purgon qui ne font que tirer profit de lui, sans le soigner.

Angélique, la fille d’Argan, confie à Toinette son amour pour Cléante. Mais pour réduire ses frais médicaux, Argan veut marier sa fille à un médecin, Thomas Diafoirus.

Toinette s’oppose à ce mariage tandis que Béline, la seconde femme d’Argan et belle-mère d’Angélique, défend le projet de son mari et pousse ce dernier à rédiger son testament en sa faveur.

Lors du premier intermède musical, Polichinelle chante sa douleur face à l’inflexibilité de son amante Toinette et se fait rouer de coups de bâton dans une scène de commedia dell’arte.

À l’acte II, Cléante s’introduit dans la maison familiale en se faisant passer pour le remplaçant du professeur de musique d’Angélique. Le père Diafoirus et son fils arrivent, mais la scène de compliments est cocasse : Thomas Diafoirus confond Angélique avec sa belle-mère.

Sur la demande d’Argan, Cléante donne une leçon de chant à Angélique. Les deux jeunes amants profitent de cet opéra improvisé pour mettre en abyme leur situation et se déclarer leur amour indirectement.

Angélique fait savoir son peu d’empressement pour son mariage avec Thomas Diafoirus et critique le mariage d’intérêt en visant Béline.

Argan apprend par sa cadette, Louison, la présence d’un jeune homme à la porte de la chambre d’Angélique. Furieux, il déclare qu’Angélique ira au couvent si elle ne veut pas épouser Thomas Diafoirus.

Béralde, le frère d’Argan, intervient et propose, pour calmer son frère, un intermède de danses d’Égyptiennes (le deuxième intermède).

Dans l’acte III, Béralde tente en vain de raisonner son frère. Il renvoie M. Fleurant, l’apothicaire venu donner un lavement à Argan, ce qui provoque la colère du médecin M. Purgon qui menace Argan de terribles maladies.

Toinette se déguise en médecin pour tromper Argan et ridiculiser la profession de ces faux sachants.

Puis, Toinette décide d’utiliser un subterfuge pour faire émerger la vérité. Elle propose à Argan de contrefaire le mort pour voir la réaction de sa femme. Cette dernière tombe dans le piège : elle se réjouit de décès de son époux tandis qu’Angélique est accablée par cette annonce. Les masques tombent donc.

Argan s’éveille et accepte qu’Angélique épouse Cléante si ce dernier devient médecin. Béralde propose une meilleure solution : pourquoi Argan ne se ferait-il pas médecin lui-même ? La pièce se clôt sur la cérémonie d’intronisation d’Argan au troisième intermède.

Tu peux lire ici un résumé plus détaillé du Malade imaginaire scène par scène.

Quels sont les thèmes importants dans Le Malade imaginaire ?

La médecine

Molière dresse dans Le Malade imaginaire une satire féroce de la médecine.

Au XVIIème siècle, l’Europe connaît des avancées majeures en médecine car, sous l’impulsion de René Descartes, elle se dote de méthodes scientifiques.

Mais les médecins que nous voyons dans le Malade imaginaire sont des personnages prétentieux, dissimulant leur ignorance derrière des mots savants et un latin de cuisine.

Ce sont des pédants et des rhétoriqueurs plutôt que des scientifiques. Leurs pratiques qui remontent à l’Antiquité, comme le lavement et la saignée, sont non seulement incapables de guérir, mais précipitent la mort des patients.

Le médecin n’impressionne que par son habit et ses discours savants. Ainsi, à la fin de la pièce, il suffit à Argan de revêtir la tunique pour être intronisé médecin :

Argan – Quoi ! L’on sait discourir sur les maladies quand on a cet habit-là ?
BéraldeOui. L’on n’a qu’à parler ; avec une robe et un bonnet, tout galimatias devient savant, et toute sottise devient raison.

Le mariage

Le Malade imaginaire confronte quatre types de mariages possibles :

  • Le mariage avec Dieu : c’est la menace du couvent.
  • Le mariage d’intérêt : celui que Béline a contracté avec Argan.
  • Le mariage arrangé (ou mariage de raison) : celui d’Angélique et Thomas Diafoirus
  • Le mariage fondé sur les sentiments (ou mariage d’amour) : celui d’Angélique et Cléante.

Avec le quiproquo de Thomas Diafoirus qui confond au départ sa future femme Angélique avec sa belle-mère, Molière critique ironiquement le mariage de raison fondé sur des personnes interchangeables.

Le mariage d’intérêt est également blâmé à travers le subterfuge utilisé par Toinette pour révéler les intentions vénales de Béline.

Le mariage d’amour est mis à rude épreuve à travers la figure paternelle qui utilise ses enfants pour servir ses propres intérêts, mais c’est ce mariage qui finira par triompher.

Conscient de l’injustice de la condition des femmes, Molière défend une conception du mariage dans lequel l’avis des femmes devrait être pris en compte.

La vérité

Au début de la pièce, Argan vit dans l’illusion. Il croit en la médecine, en l’amour de Béline, au mariage arrangé entre sa fille et Thomas Diafoirus.

La maladie qui l’affecte est bien plus l’erreur et le manque de lucidité que la pneumonie.

Toinette, par son subterfuge, fait émerger la vérité : Argan comprend que Béline est intéressée et qu’Angélique est raisonnable et aimante.

Néanmoins, Argan persiste dans ses illusions sur la médecine. Ni les discours de Béralde ni la colère de M. Purgon ne parviennent à lui ouvrir les yeux sur les médecins. Prisonnier de sa peur de mourir, il demande à Cléante de se faire médecin avant de le devenir lui-même.

Le divertissement

Le divertissement est une thématique fondamentale du Malade imaginaire.

En effet, cette comédie-ballet est un spectacle total qui intègre la musique, le chant et la danse. Les intermèdes occupent une part importante de la pièce, en termes de temps et d’investissements dramaturgiques (musique réalisée par le compositeur Marc-Antoine Charpentier, costumes, décors, chorégraphie).

Par ces intermèdes qui chantent le triomphe de l’amour ou de la joie, Molière cherche avant tout à plaire aux goûts du public de son temps.

Ces intermèdes font également partie d’un décorum de cour qui montre la puissance du règne de Louis XIV et visent à s’attirer les bonnes grâces du roi.

Quelles sont les caractéristiques de l’écriture de Molière ?

Le Malade Imaginaire est avant tout une comédie qui utilise tous les ressorts comiques traditionnels :

  • Le comique de mots, notamment avec le latin de cuisine lors du 3ème intermède qui n’a rien à voir avec le latin spécialisé du vocabulaire médical.
  • Le comique de répétition dans l’affrontement entre Toinette et Argan à propos du mariage d’Angélique et de la menace de la faire entrer dans un couvent : «  – Non ? – Non». Ou lorsque Toinette se déguise en médecin et répète le diagnostic « Le poumon » quel que soit le symptôme énoncé par Argan.
  • Le comique de caractère, avec des personnages types et caricaturaux : Argan le barbon hypocondriaque, Toinette, la servante insolente.
  • Le comique de situation, notamment dans le troisième intermède lorsque Argan est fait médecin dans « Une cérémonie burlesque » où alternent récits, latin improvisé, chants et danse qui n’ont pas grand-chose à voir avec une soutenance de thèse de médecine.

Le trait est également satirique : les médecins sont caricaturaux et l’ironie de Toinette bouscule la hiérarchie sociale entre maîtres et servants (« Quand un maître ne songe pas à ce qu’il fait, une servante bien sensée est en droit de le redresser. » I,5)

Que signifie le parcours « Spectacle et comédie » ?

Spectacle et comédie sont intimement imbriqués dans Le Malade imaginaire.

Cette comédie-ballet offre en effet un spectacle total qui mêle chants, danses et musique. Mais les intermèdes ne sont pas des ajouts superflus pour divertir le spectateur :  ils sont intimement liés à l’intrigue et accentuent son effet comique.

Par ailleurs, cette comédie s’appuie sur le procédé de théâtre dans le théâtre : tout au long de la pièce, les personnages organisent des spectacles dans le spectacle, multipliant là aussi le plaisir comique.

La comédie-ballet : un spectacle total

Le Malade Imaginaire est fondé sur le spectacle et la comédie.

La comédie-ballet est le creuset de trois arts très prisés à la cour de Louis XIV : l’art dramatique, le chant et la danse.

La pièce alterne donc entre une intrigue de théâtre et des pièces chantées ou dansées.

Mais les moments chantés et dansés sont rigoureusement liés à l’intrigue :

  • Le prologue évoque la gloire de Louis XIV et annonce le thème de la pièce en chantant les amours de bergers et bergères.
  • Le premier intermède reprend le motif de l’amour malheureux avec Polichinelle qui chante son amour pour Toinette dans une scène de Commedia dell’Arte.
  • Le deuxième intermède, avec les Égyptiens déguisés en Mores, place la question du mariage au cœur de l’intrigue : « Quel parti faut-il prendre / Pour nos jeunes cœurs ?»
  • Le troisième intermède revient sur la satire de la médecine. Argan est intronisé médecin dans une atmosphère de danse et de chant avec des docteurs qui parlent un latin de cuisine comique.

Le Malade imaginaire est de ce point de vue un véritable spectacle qui stimule les sens auditif et visuel et convoque plusieurs arts pour la satisfaction de la cour et du spectateur contemporain.

Le théâtre dans le théâtre : des spectacles dans le spectacle

Dans cette pièce, le spectacle est aussi celui qu’organisent les personnages eux-mêmes.

Toinette est, de ce point de vue, le metteur en scène de nombreuses scènes de théâtre dans le théâtre. La plus frappante est la mise en scène de la fausse mort d’Argan qui permet de démasquer la vénalité de Béline et de révéler la loyauté d’Angélique.

Béralde joue le rôle d’organisateur de spectacles car c’est souvent lui qui introduit les intermèdes, comme lorsqu’il annonce les danseurs mores pour calmer la colère d’Argan : « Je vous amène ici un divertissement que j’ai rencontré, qui dissipera votre chagrin ».

Plus généralement, le procédé de théâtre dans le théâtre est abondamment utilisé dans la pièce, par exemple lorsque Louison fait semblant d’être morte, quand Cléante et Angélique se déclarent leur amour à travers un opéra improvisé, quand Toinette se déguise en médecin ou lorsque Molière se met lui-même en abyme dans l’échange polémique entre Argan et Béralde : « ARGAN – C’est un bon impertinent que votre Molière avec ses comédies » (III, 3).

Ces procédés de mise en abyme accentuent l’effet comique car ils donnent une légèreté à la pièce et dédramatisent l’intrigue.

Spectacle et comédie se répondent donc dans le Malade Imaginaire. La comédie-ballet crée un système cohérent qui correspond parfaitement à l’esprit de cour de l’époque et à l’idéal classique de plaire et instruire.

Tu étudies Le Malade imaginaire de Molière ? Regarde aussi :

Le Misanthrope : résumé
Tartuffe [Fiche de lecture]
L’école des femmes [Fiche de lecture]
Dom Juan : résumé
Les Fausses confidences, Marivaux [Fiche de lecture]
Cyrano de Bergerac, Rostand [Fiche de lecture]
Juste la fin du monde, Lagarce [Fiche de lecture]

Qui suis-je ?

Amélie Vioux

Je suis professeur particulier spécialisée dans la préparation du bac de français (2nde et 1re).

Sur mon site, tu trouveras des analyses, cours et conseils simples, directs, et facilement applicables pour augmenter tes notes en 2-3 semaines.

Je crée des formations en ligne sur commentairecompose.fr depuis 9 ans.

Tu peux également retrouver mes conseils dans mon livre Réussis ton bac de français 2021 aux éditions Hachette.

un commentaire

Laisse un commentaire !