Le réalisme

 Publié par Amélie  bac francais  Commenter
Nov 082017
 

le mouvement réalisteLe réalisme est un mouvement littéraire de la seconde moitié du XIXème siècle qui vise à représenter le réel de la façon la plus fidèle possible.

Le terme « réalisme » est d’abord utilisé en 1850 pour caractériser la peinture de Gustave Courbet puis deviendra le nom d’un mouvement littéraire qui se développe entre 1850 et 1870.

Le réalisme s’est construit en opposition aux idéaux romantiques.

La littérature réaliste se veut objective, documentée et s’intéresse aux petites gens et aux milieux défavorisés.

I – Le contexte historique du réalisme

◊ L’échec des idéaux de la révolution de 1848

La révolution de 1848 promettait de réaliser les idéaux des romantiques. Lamartine devient le chef du gouvernement provisoire, le programme politique laisse beaucoup d’espoir : suffrage universel, abolition de la peine de mort et de l’esclavage,  droit au travail, école gratuite, liberté de la presse…

Mais cette révolution de 1848 est un échec : Louis Napoléon Bonaparte est finalement élu Président en 1848 puis fait un coup d’Etat en 1851.

C’est l’échec de l’idéalisme romantique.

Napoléon III instaure un gouvernement autoritaire. Les valeurs de la bourgeoisie et de l’argent triomphent.

◊ La révolution industrielle

Le XIXème siècle est le siècle de la révolution industrielle.

Les progrès techniques sont considérables et mènent à un développement industriel sans précédent : machines à vapeur, industrie textile, de l’acier, construction de chemins de fer…

Le capitalisme prend de l’ampleur, avec la  Bourse, et on assiste à la montée en puissance d’une bourgeoisie d’argent.

Mais le progrès technique ne va pas forcément de pair avec un progrès social.

La prolétarisation accentue les inégalités sociales.

II – Les principes du réalisme

◊ « Faire vrai »

Les auteurs réalistes veulent « faire vrai» en représentant le réel le plus fidèlement possible, dans son foisonnement et sa richesse.

Une excellente définition du réalisme est proposée par Duranty dans son ouvrage Le réalisme (1856) :  « Le réalisme conclut à la reproduction exacte ; complète, sincère, du milieu social de l’époque où l’on vit. […] Il faut qu’il ne déforme rien ».

Les auteurs romantiques rêvaient d’un ailleurs et se réfugiaient dans les sentiments.

L’auteur réaliste veut être un miroir du monde. Son but est d’imiter, de reproduire la réalité le plus fidèlement possible.

◊ Écrire de façon objective

Pour représenter le réel le plus fidèlement possible, le romancier réaliste doit mettre de côté sa subjectivité. Son but est d’exposer les faits sans juger ou condamner.

L’écrivain réaliste adopte donc une écriture objective. Il prend la posture du scientifique qui observe le monde et en rend compte objectivement.

Champfleury (1856) écrit par exemple dans Le Figaro : « Le romancier ne juge pas, ne condamne pas, n’absout pas. Il expose les faits ».

◊ Montrer tous les sujets et toutes les catégories sociales

Pour un auteur réaliste, TOUS les sujets sont dignes d’être traités.

Le réalisme ne considère pas qu’il existe des sujets nobles, littéraires (les sentiments, la nature…) et d’autres qui seraient exclus du champ de la littérature (la pauvreté, les objets du quotidien, l’argent…). Les réalistes s’intéressent à tous les milieux et à tous les sujets. La littérature doit tout montrer.

III – Les caractéristiques de l’écriture réaliste

◊ Des descriptions détaillées

Dans un texte réaliste, tu remarqueras la présence de nombreuses descriptions détaillées.

Ce sont elles en effet qui permettent de donner une représentation objective et fidèle du réel.

Par exemple, le roman Le Père Goriot (1842) de Balzac ouvre sur une description exceptionnellement longue de la pension Vauquer :

« La façade de la pension donne sur un jardinet, en sorte que la maison tombe à angle droit sur la rue Neuve-Sainte-Geneviève, où vous la voyez coupée dans sa profondeur. Le long de cette façade, entre la maison et le jardinet, règne un cailloutis en cuvette, large d’une toise, devant lequel est une allée sablée, bordée de géraniums, de lauriers-roses et de grenadiers plantés dans de grands vases en faïence bleue et blanche. On entre dans cette allée par une porte bâtarde, surmontée d’un écriteau sur lequel est écrit : Maison-Vauquer, et dessous : Pension bourgeoise des deux sexes et autres.  »

◊ Un vocabulaire riche et spécialisé

Les écrivains réalistes emploient un vocabulaire riche et spécialisé. Regarde par exemple la précision du vocabulaire dans cet extrait issu de Madame Bovary (1856) de Flaubert :

« C’était une de ces coiffures d’ordre composite, où l’on retrouve les éléments du bonnet à poil, du chapska, du chapeau rond, de la casquette de loutre et du bonnet de coton, une de ces pauvres choses, enfin, dont la laideur muette a des profondeurs d’expression comme le visage d’un imbécile. »

◊ Un cadre spatio-temporel ancré dans la réalité

Les auteurs réalistes ancrent leur roman dans un cadre historique et géographique bien précis. Le cadre spatio-temporel reconnaissable inscrit l’histoire dans la réalité comme dans La Curée (1871), chapitre 2.

« Aristide Rougon s’abattit sur Paris, au lendemain du 2 Décembre, avec ce flair des oiseaux de proie qui sentent de loin les champs de bataille. Il arrivait de Plassans, une sous-préfecture du Midi, son père venait enfin de pêcher dans l’eau trouble des événements une recette particulière longtemps convoitée.  »

♦ Le romancier réaliste fait entrer dans le roman toutes les catégories sociales. Pour refléter au mieux la diversité sociale, il mêle des registres et niveaux de langues pour nous faire entendre les parlers populaires, les patois ou l’argot comme chez Maupassant dans la nouvelle Aux champs (1882) ou le roman Bel-Ami évoquant le patois normand.

Les principaux auteurs réalistes

Le réalisme s’est principalement exprimé dans le genre romanesque.

Honoré de Balzac

Honoré de Balzac est un auteur précurseur du réalisme.

Il se propose de « faire concurrence à l’état civil » et de représenter la société de la première moitié du 19ème siècle dans La Comédie humaine. On retiendra Le Père Goriot (1842) ou les Illusion perdues (1837-1843) qui retrace le parcours de Lucien, un jeune Provincial qui monte à la capitale et va progressivement se corrompre au contact de la société parisienne.

Stendhal

Le Rouge et le Noir (1830) de Stendhal présente également une esthétique réaliste, comme en témoigne le sous-titre Chroniques de 1830 qui ancre d’emblée le roman dans la réalité d’une époque.

Flaubert

Flaubert est généralement perçu comme un romancier réaliste. Le souci du détail, du vrai, la peinture méticuleuse de la bourgeoisie d’argent, l’ancrage spatio-temporel rattachent des œuvres comme Madame Bovary ou L’Éducation sentimentale au réalisme.

Mais ne collez pas à Flaubert une étiquette trop vite !  Flaubert est aussi influencé par le romantisme que l’on retrouve dans les rêveries et les aspirations de ses personnages.

Maupassant

Maupassant s’impose comme un maître du réalisme avec des romans comme Pierre et Jean, Bel-Ami (1885) ou dans la nouvelle Boule de Suif.

Tu étudies les mouvements littéraires ? Regarde aussi :

Le baroque [vidéo]
Le classicisme [vidéo]
Le romantisme
Le Parnasse
Quiz sur les mouvements littéraires

Les meilleures astuces en vidéo :

Tu passes le bac de français cette année ?

Inscris-toi gratuitement à ma formation en 10 leçons-vidéos.

Je t'y explique comment réussir le commentaire et la dissertation, comment adapter ton plan à la question posée le jour de l'oral et comment anticiper les questions de l'entretien.

L'inscription est gratuite ! Remplis simplement le formulaire ci-dessous pour recevoir les vidéos :

 Laisser un commentaire

*

*

   

Commentaire composé 2017 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -