Verlaine [fiche auteur]

paul verlainePaul Verlaine est un auteur français de la seconde moitié du XIXème siècle qui nous lègue une poésie légère et mélancolique.

Dans un contexte littéraire dominé par le romantisme et le mouvement Parnassien qui prône l’art pour l’art et le travail formel, Verlaine va faire entendre une voix singulière.

A rebours d’une écriture complexe, il cultive la simplicité, une simplicité volontaire qui lui permet de se démarquer d’une écriture parnassienne sophistiquée, éloignée de son idéal poétique.

Ecrivain aux trajets intellectuels et personnels tumultueux, il est l’incarnation du poète maudit et a laissé des œuvres qui auront un retentissement important dans l’histoire littéraire.

Poèmes saturniens (1866), Fêtes galantes (1869) et Sagesse (1880) retracent le trajet d’un poète marqué par la mélancolie, la vie de bohème et le désir de se racheter de ses fautes.

Courte biographie de Verlaine

Biographie plus détaillée de Verlaine ici.

Paul Verlaine naît en 1844 à Metz dans une famille relativement aisée et reçoit de ses parents une éducation religieuse. La famille s’installe à Paris en 1851.

Après son baccalauréat, Paul Verlaine délaisse ses études de droit pour fréquenter les cafés et la vie littéraire parisienne.

En 1866, alors qu’il n’a que 22 ans, il publie Poèmes saturniens, un recueil dans lequel transparaît l’influence de Baudelaire et du mouvement parnassien.

En 1870, il épouse Mathilde Mauté, union de laquelle naît un enfant en octobre 1871.

Mais Paul Verlaine rencontre Arthur Rimbaud en septembre 1871 et va entretenir avec le jeune homme une relation amoureuse passionnelle jusqu’en 1873.

Séparé de sa femme en 1872, il part dans une errance pour Londres et Bruxelles où il retrouve Rimbaud.

Le 10 juillet 1873,  c’est le « drame de Bruxelles » : lors d’une crise de jalousie, Verlaine tire deux coups de feu sur Rimbaud. Il est incarcéré pour 2 ans, période durant laquelle il retrouve la foi catholique.

A sa sortie de prison en 1875, Verlaine part à Londres pour enseigner le grec, le latin, le français et le dessin. Il a une relation amoureuse avec un de ses élèves, Lucien Létinois.

Il rentre à Paris en 1882 et fait une publication remarquée sur les poètes maudits.

Mais Verlaine sombre dans l’alcoolisme. Son addiction provoque des crises de violence qui lui valent une incarcération en 1885.

Durant les dernières années de sa vie, il hante les cafés et les hôpitaux et meurt dans le dénuement à l’âge de 44 ans, en 1896.

Les œuvres majeures de Verlaine

Poèmes saturniens (1866)

Poèmes Saturniens est principalement composé des poèmes de jeunesse de Verlaine.

C’est un recueil marqué par la mélancolie et l’influence des poètes que Verlaine apprécie, notamment Victor Hugo et Baudelaire.

A Baudelaire, Verlaine emprunte le thème du spleen et le goût de la provocation. Certains titres provocateurs sont un hommage à la syntaxe baudelairienne :  L’Angoisse », « Crépuscule du soir mystique » ou encore « Femme et chatte ».

Aux romantiques, il emprunte la mélancolie et le goût pour les paysages tristes qui s’expriment dans « Soleils couchants », « Le rossignol » ou « Chanson d’automne ».

On observe dès ce premier recueil un désir de modernité poétique avec l’utilisation notamment de vers impairs.

Dans l’ensemble, les poèmes saturniens sont très hétérogènes. Ce qui les unit, c’est qu’ils sont placés sous le signe de Saturne, la planète noire, et sont ainsi traversés par la tristesse et la mélancolie.

Fêtes galantes (1869)

Fêtes galantes est un recueil inspiré des peintures du 18ème siècle, notamment celles d’Antoine Watteau.

Dans ces peintures, on retrouve l’univers du théâtre avec des personnages de la Commedia dell’Arte (comme Colombine, Arlequin…), de la musique, du jeu et de la galanterie.

Verlaine reprend ces thèmes dans ses poèmes des fêtes galantes qui, comme le titre du recueil l’indique, sont placés sous le ligne du jeu et du théâtre.

Mais derrière le jeu, la légèreté et la galanterie se cachent la tristesse et la mélancolie : les personnages sont « Tristes sous leurs déguisements fantasques » (« Clair de lune »).

Les 22 poèmes des fêtes galantes sont généralement courts, exprimés dans une langue simple, moins recherchée que celle de Poèmes saturniens mais parfois archaïsante comme si Verlaine souhaitait retrouver une langue spontanée et perdue.

L’utilisation d’octosyllabes et de vers impairs donne au recueil une grande musicalité.

Romances sans paroles (1872-1873)

Romances sans paroles est un recueil essentiellement composé du souvenir des errances entre Londres et Bruxelles. Composé entre 1872 et 1873, il est marqué par la figure d’Arthur Rimbaud.

Le style est plus direct et imprégné d’une violence verbale qui reflète la relation tumultueuse qu’il a eue avec le jeune Rimbaud.

Sagesse (1880)

Sagesse est un recueil que Verlaine a composé suite à son incarcération à la prison de Mons (après avoir tiré sur Rimbaud) et à sa conversion au catholicisme.

La tonalité est bien différente des recueils précédents. Le style est plus apaisé, plus sobre.

Le phrasé est plus harmonieux et dénote un calme intérieur reconquis après les phases difficiles de sa vie amoureuse. (Voir par exemple « Le ciel est par-dessus le toit » qui évoque la conversion religieuse en prison.)

Les thèmes de prédilection de Verlaine

La mélancolie

La mélancolie est omniprésente dans les poèmes de Verlaine et ce, quelle que soit la période.

Elle est présente dès le premier recueil Poèmes saturniens qui place le poète sous l’emprise de Saturne signifiant la mélancolie et le temps destructeur.

Le célèbre poème « Chanson d’automne » exprime bien cette mélancolie qui atteint le poète d’une « langueur monotone ».

La mélancolie se lit aussi à travers la correspondance entre les paysages tristes et l’état d’âme du poète. Dans « Il pleure dans mon cœur » par exemple, le paysage extérieur et intérieur fusionne.

Dans fêtes galantes, la mélancolie et la tristesse transparaissent toujours derrière le masque.

La musique

La musique est essentielle dans l’œuvre de Verlaine.

Les références à la musique sont nombreuses dans son œuvre (les « Ariettes oubliées », « chanson d’automne », « Art poétique »…).

Mais la musique n’est pas qu’un thème cher à Verlaine. C’est l’essence même de sa poésie.

Verlaine est à la recherche d’une écriture musicale et légère construite sur des rythmes impairs, des assonances et des rimes intérieures. Le vers impair crée un rythme parfois « boiteux » qui étonne et charme celui qui l’écoute.

Dans « Art poétique », Verlaine affirme la primauté de la musique :

De la musique avant toute chose,
Et pour cela préfère l’Impair
Plus vague et plus soluble dans l’air,
Sans rien en lui qui pèse ou qui pose. (…)

L’amour

L’amour chez Verlaine n’est jamais vécu dans la plénitude.

Il est idéalisé ou n’est plus qu’un souvenir lointain comme dans « Mon rêve familier », « Nevermore » ou « Colloque sentimental ».

A quel mouvement littéraire appartient Verlaine ?

Verlaine a été marqué par le romantisme, le parnasse et par l’œuvre de Baudelaire.

Le romantisme a laissé des empreintes durables dans le style de Paul Verlaine. On peut notamment rattacher au romantisme :
♦ La récurrence de l’automne comme saison mélancolique (voir « Chanson d’automne »);
♦ le bestiaire qui rappelle le romantisme (voir « Le rossignol »)
♦  L’omniprésence de la mélancolie.

Paul Verlaine est également influencé par le Parnasse, un mouvement littéraire fondé sur l’Art pour l’Art et qui recherche la beauté formelle. Verlaine participe même en 1866 au Parnasse contemporain (un recueil collectif).

Mais le poète délaisse très vite l’écriture parnassienne qu’il juge trop artificielle. Il s’oriente au contraire vers une écriture de la simplicité qui transparaît dans Fêtes galantes ou Romances sans paroles.

Verlaine est également très influencé par le mouvement pictural de l’impressionnisme. Dans la poésie de Verlaine, aucune ligne n’est nette ni tranchée. Le poète cultive le flou et l’imprécision pour faire émerger des impressions, comme dans la technique impressionniste.

Enfin, Verlaine a été profondément influencé par Baudelaire dont l’audace poétique se retrouve dans certains poèmes comme « Femme et chatte ».

Les écrivains influencés par Verlaine

Verlaine a exercé une influence chez de nombreux auteurs.

Sans exercer une influence directe sur lui, il a, dans son essai sur les poètes maudits, contribué à la réputation littéraire de Stéphane Mallarmé et permis l’éclosion du mouvement symboliste.

Verlaine a aussi exercé une influence sur Guillaume Apollinaire dont certains poèmes comme « Les colchiques » ou « Automne malade » sont une réécriture des poèmes de Verlaine.

Tu t’intéresses aux auteurs français ? Regarde aussi :

Quiz sur les auteurs du bac de français
Apollinaire
Madame de la Fayette
Baudelaire
Rimbaud

Laisse un commentaire