demain dès l'aube analyseVoici un commentaire du poème « Demain dès l’aube » de Victor Hugo.

Clique ici pour lire « Demain dès l’aube » (le texte)

Demain dès l’aube : introduction

« Demain dès l’aube» de Victor Hugo a été publié dans le recueil Les Contemplations en 1856.

Ecrit en 1847, il appartient au groupe de poèmes consacrés à sa fille Léopoldine, décédée quatre ans plus tôt.

« Demain dès l’aube », qui se présente en apparence comme un poème d’amour (I) est en fait un poème funèbre dans lequel Victor Hugo exprime la douleur du deuil (II), une tristesse qui semble sans fin (III).

Questions possibles sur « Demain dès l’aube… » :

♦ Commentez la progression du poème.
♦ Qu’est-ce qui fait l’originalité du poème « Demain dès l’aube » ?
♦ Analysez le lyrisme du poème.
♦ De quelle manière le poème reflète-t-il les émotions du poète ?
Comment Victor Hugo s’adresse-t-il à sa fille dans ce poème ?

Découvre comment adapter mon plan à ces 5 questions en cliquant ici (pdf à imprimer) >>>>>>

I – En apparence, un poème d’amour

A – Adresse à une femme aimée et vivante

La première strophe de « Demain dès l’aube » suggère que le poète s’adresse à une femme aimée et vivante qu’il est impatient de rejoindre : « Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps » (v. 4).

En effet, l’amante est rendue présente à travers l’apostrophe (« Vois-tu », v. 2) et le jeu d’alternance entre le « je » et le « tu » qui donne une impression de dialogue : « Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends » (v. 2), « Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps » (v. 4).

On retrouve aussi un parallélisme entre les vers 4 et 8 : « Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps »//« Triste, et le jour sera pour moi comme la nuit » qui renforce l’idée d’un amour partagé.

L’emploi du présent souligne l’effet de présence de la femme aimée, permettant d‘induire qu’elle est vivante.

Le poème débute ainsi comme un poème galant traditionnel, voire une chanson d’amour.

En effet, le rythme régulier de l’alexandrin et la structure anaphorique de la première strophe font penser à une chanson : « J’irai par la forêt, j’irai par la montagne » (v. 3).

Le thème de la quête amoureuse appartient également au registre de la galanterie : le héros traverse des épreuves avant de rejoindre l’être aimé, objet de sa quête.

B – Un itinéraire déterminé pour rejoindre l’être aimé

Le poème est ponctué de verbes de mouvement qui marquent un itinéraire : « Je partirai », « J’irai » (v. 1-2), « Je marcherai » (v. 5), « J’arriverai » (v. 11).

La progression du poète est à la fois spatiale et temporelle.

On observe d’abord une succession d‘indications temporelles : « Demain, dès l’aube, à l’heure où » (v. 1), « longtemps » (v. 4), « le jour », « la nuit », « soir » (v. 8-9), « quand j’arriverai » (v. 11).

On note ensuite une progression spatiale, marquée notamment par la succession des paysages et des compléments de lieu, qui soulignent l’idée de passage : « la campagne » (v. 1), « la forêt », « la montagne » (v. 3), « dehors » (v. 6), « les voiles » (synecdoque du bateau, qui suggère un paysage maritime), « vers Harfleur », « sur ta tombe » (v. 10-11).

Ce voyage est mis en valeur par la place des verbes de mouvement en début de vers, et soulignée par l’anaphore : « J’irai par » (v. 3), qui traduit la détermination du poète.

Cette détermination s’exprime aussi à travers l’emploi du futur qui témoigne à la fois de la certitude et la volonté de Victor Hugo : « Je partirai », « J’irai » (v. 1-2), « Je marcherai » (v. 5), « sera », « Je ne regarderai » (v. 8-9), « j’arriverai », « je mettrai » (v. 11).

La volonté du poète de partir et son caractère décisif sont intensifiés par le rejet au début du vers 2 : « Je partirai»

Mais cet itinéraire ne mène pas le poète à l’amour mais à la mort.

C – Une chute surprenante : un poème funèbre

Dès la deuxième strophe, le ton change.

Le registre pathétique apparaît : « Seul, inconnu, le dos courbé », « Triste » (v. 7-8). On passe de la lumière (« blanchit », v. 1) à l’obscurité (« Sans rien voir » (v. 6), « le jour pour moi sera comme la nuit » (v. 8)).

La dernière strophe est marquée par un mouvement progressif de chute qui s’exprime à travers l’emploi de verbes exprimant la chute : « tombe », « descendant » (v. 8-9).

Les deux derniers vers, qui constituent la chute, éclairent le sens du poème et invitent le spectateur à le relire.

On comprend en effet que le poète va se recueillir sur la tombe d’une morte (« je mettrai sur ta tombe/Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur ») (v. 11-12).

La chute est ainsi doublement soulignée par l’homophonie entre « tombe » (du verbe « tomber », v. 9) et le nom « tombe » (v. 11) qui désigne le lieu où sont enterrés les morts.

Les retrouvailles potentiellement amoureuses suggérées par l’interpellation du locuteur (« Vois-tu, je sais que tu m’attends. », v. 2 ; « Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps, v. 4) se changent en retrouvailles morbides.

Transition : Si « Demain dès l’aube » présente de prime abord les apparences d’un poème d’amour, il se métamorphose progressivement en poème de deuil.

II – L’expression de la douleur du deuil

A – Le refus de poétiser la nature

Contrairement aux poètes romantiques de son époque, Victor Hugo exprime sa douleur avec distance, d’un point de vue externe : « Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées » (v. 7).

Il refuse de détailler sa souffrance et surtout de poétiser la nature.

Ainsi, le paysage décrit est flou et imprécis : « blanchit » (v. 1), « sans rien voir au dehors » (v. 6), « au loin » (v. 10).

La nature est niée par le poète. Ainsi, on observe de nombreux adverbes et pronoms de négation : « ne puis » (v. 4), « Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit » (v. 6), « Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe/ Ni les voiles au loin » (v. 9-10).

Indifférent au paysage, le poète refuse de voir et de regarder, comme le souligne la structure anaphorique « Ni…/Ni… » et la répétition de « sans ».

Cette négation de tout ce qui l’entoure met en évidence sa solitude.

B –  La solitude du poète

La solitude du poète est reflétée par l’emploi d’adverbes et de pronoms traduisant l’absence : « loin de toi » (v. 4), « sans rien », « aucun », « seul » (v. 6-7).

Le narrateur insiste sur cette absence à travers l’anaphore de « sans » et la position des adjectifs « Seul » et « Triste » (v. 7-8) en début de vers.

Cette solitude est telle qu’elle amène à une dépersonnalisation du poète, suggérée par l’adjectif « inconnu » (v. 7).

C – Un rythme saccadé

Derrière l’apparente régularité de l’alexandrin se cachent des ruptures de rythme qui communiquent la souffrance du poète.

On observe ainsi de nombreux rejets, notamment celui du vers 8 qui met en valeur l’état d’âme du poète solitaire : « Triste ».

Au vers 2, le rejet « Je partirai » suivi d’un point marque une pause plus importante que la césure qu’il précède. Cet effet de pause redoublé créé un rythme saccadé traduisant l’impatience du poète.

D’autre part, la césure n’est pas toujours située selon les règles de la poésie traditionnelle. Au premier vers, par exemple, elle n’est pas régulière. Le vers est ainsi scandé : « Demain,/ dès l’aube,/ à l’heure // où blanchit la campagne » (2/2/8). La place de la césure au milieu du groupe du second hémistiche est inhabituelle.

De même, le rythme des vers 7 et 8 est saccadé et irrégulier (1/3/4/4 et 1/11), rapprochant le poème de la prose et répercutant musicalement la douleur du poète.

Transition : Ce poème met subtilement en valeur la souffrance et la solitude du poète. Si cette souffrance semble sans fin, Victor Hugo transmet toutefois l’espoir d’un renouveau après le deuil.

III – Une tristesse sans fin ?

A – Le repli du poète

Tout le poème est centré sur la personne du poète.

Ce repli du poète sur lui-même se manifeste d’abord par l’omniprésence de la première personne : « Je partirai », « je sais », « J’irai », « Je ne puis » (v. 2 à 4), « Je marcherai », « mes pensées » (v. 5), « pour moi », « Je ne regarderai » (v. 8-9), « quand j’arriverai, je mettrai » (v. 11).

Le poète est focalisé sur son intériorité ; plus rien n’existe autour de lui : « Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées/Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit » (v. 5-6).

On observe par ailleurs un jeu d’alternance entre mouvement et fixité : « J’irai »// « Je ne puis demeurer » (v. 3-4), « marcherai »// « les yeux fixés » (v. 5-6).

Cette alternance se joue aussi entre les verbes conjugués et l’emploi de l’infinitif et du participe passé qui connotent la passivité : « Je marcherai » // les yeux fixés », « Sans rien voir au dehors sans entendre aucun bruit », « le dos courbé, les mains croisées » (v. 5 à 7).

Immobile, passif, le poète adopte donc une posture de méditation, de recueillement : « Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées » (v. 7).

La structure même du poème fait écho à la posture du poète.

B – Le repli du poème

Le phénomène d’intériorisation se joue au sein même du texte, notamment à travers sa musicalité.

En effet, le rythme régulier de l’alexandrin, souvent ternaire, donne au poème un ton incantatoire qui accompagne le recueillement : « J’irai par la forêt, j’irai par la montagne » (6/6), « Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps » (3/3/3/3), « Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées » (4/4/4), « Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit » (3/3/3/3), « Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe » (6/6).

De plus, les rimes sont croisées dans chaque quatrain, comme les mains du poète recueilli (v. 7).

On trouve par ailleurs beaucoup de rimes internes qui créent un effet d’écho : « Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends » (v. 2), « Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées » (v. 5), « Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées » (v. 7), « Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit » (v. 8), « Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur » (v. 12).

Enfin, la chute amène à une lecture rétrospective, donnant l’image d’un texte qui revient éternellement sur lui-même, comme son auteur.

C – L’espoir d’un renouveau ?

Le « bouquet de houx vert et de bruyère en fleur » du dernier vers évoque lidée d’un renouveau (v. 12).

Le houx vert symbolise en effet l’éternité, l’immortalité. Cette image est redoublée par le pouvoir de la poésie, qui immortalise les images qu’elle représente.

On pourrait même se demander si le poète ne joue pas sur l’homophonie entre « houx vert » et « ouvert » pour teinter implicitement la fin de son poème d’une lueur d’espoir.

Demain dès l’aube, Victor Hugo : conclusion

Dans « Demain dès l’aube… », Victor Hugo évoque la tragique disparition de sa fille.

Ce poème au registre lyrique et au style incantatoire rassemble les caractéristiques du Romantisme : énumération de paysages, solitude et méditation du poète au sein de la nature et expression de ses sentiments.

Pourtant, le poète se détache des règles de la poésie classique et de l’expression exacerbée des poètes de son époque en livrant un poème à la fois intime et pudique qui revient infiniment sur lui-même, comme Victor Hugo sur la douleur de son deuil. Ce poème n’est pas sans faire songer à un autre poème, « Elle avait pris ce pli« , dans lequel Victor Hugo évoque aussi avec pudeur la douleur de son deuil.

Tu étudies « Demain dès l’aube » de Victor Hugo ? Regarde aussi :

Mes 5 annonces de plan sur « Demain dès l’aube » qui répondent aux 5 questions possibles à l’oral
Les fonctions de la poésie (vidéo importante)
Les rimes en poésie (petit cours en vidéo)
Soleils couchants, Victor Hugo (analyse)
Mors, Victor Hugo (analyse)
Ruy Blas, acte 3 scène 2 (analyse)
Ruy Blas, acte 5 scène 4 (analyse)
Souvenir de la nuit du 4 (analyse)
Fonction du poète (analyse)

  38 commentaires à “Demain dès l’aube, Victor Hugo : analyse”

  1.  

    je trouve ton site super avec de bonnes astuces. Mer6 pour tout ce travail !

  2.  

    J’ai choisi ce poème dans ma liste d’Histoire des Arts.Et ton article m’a infiniment aidée ! Merci beaucoup ! 🙂

  3.  

    svp quels sont les poemes de Baudelaire qui s agissent de l amour et de l exile ?

  4.  

    Ce résumé m’a beaucoup aidé:).Cimer 😉

  5.  

    Chère Amélie je trouve ton site superbe. Je suis en 1ère année de littérature francaise à l’université où j’étudie le commentaire composé ainsi que d’autres matières dans le but d’acquérir un diplôme en enseignement supérieur. Ton site m’est très précieux mais comment accéder à tes commentaires composés et les télécharger afin de les sauvegarder et les étudier à tête reposée afin de bien préparer mes examens. Merci d’avance.Y a-t-il un livre avec tous ces commentaires?

  6.  

    J’ai choisi cette oeuvre pour mon brevet d’Histoire des Arts et ton article m’a tellement aidée !! J’ai aussi regardé le reste du site et je pense revenir car il est génial. Merci !! Si tu as du temps est-ce que tu pourrais m’aider à trouver une problématique pour ce poème? (je bloque vraiment là dessus) Sinon merci vraiment 🙂

  7.  

    Bonjour Amélie,
    Je viens d’avoir un dst de français portant sur un commentaire du texte Ultima Verba de Victor Hugo et je voudrais savoir si je n’ai pas raté ma problématique qui était : Comment, dans son poème, Victor Hugo parvient-il à résister à l’appel de sa terre natale?
    Merci de votre aide parce que j’ai un peu peur de m’être trompé…

  8.  

    SVP me répondre rapidement, je voudrais savoir qui est l’auteur du tableau et la date de création

  9.  

    merci pour tous votre commentaire m’a été d’une grande aide.

  10.  

    bonjour, je voudrais savoir quel est le titre du tableau et l’auteur, vous me serez d’une grande aide, merci

  11.  

    quelle est la fonction du segment vois tu.
    quelle est la fonction du segment pour moi.

  12.  

    Oh je fus comme fou dans le 1er moment

    •  

      C’est un trés bon commentaire, MERCI
      Mais j’ ai une remarque : pour le parallelisme entre le vers 4 et 8 , si vous considerer que les mots toi et moi sont la même position dans les vers (syllabe 9) ce n’est pas vrais car dans le vers 8 le mot « moi » est avant « sera » pas aprés comme vous l’avez noté!

  13.  

    c’est un très bon commentaire mais je ne peux pas m’en aider car ma prof ne veux pas que l’ont s’aident d’internet, c’est trop relouuuuuuu! 🙁

  14.  

    Bonjour, pourriez vous me donnez une bonne problématique de ce texte pour un oral blanc de français svp ? Merci votre site est super !

  15.  

    Je suis vraiment nulle en commentaire donc j’espère que votre aide me sera profitable. Merci !

  16.  

    Bonjour, j’ai une anthologie poétique sur le thème de la poésie amoureuse en français à faire j’aimerai savoir si demain dès l’aube de Victor Hugo fait donc partit de mon thème malgré que le poète est enfaîte basé sur le deuil et surtout que ce n’est pas un amour entre deux adultes mais plutôt comme un père a sa fille ?

  17.  

    Bonsoir , pour mardi je dois présenter un poème d’amour et j’ai toute suite pensée à celui-ci . Mais d’après l’analyse faite sur celui-ci qui est très bien détailler d’ailleurs , je me rend compte que ce n’est pas tout à fait un poème d’amour , mais plus un poème qui fait référence au deuil de Victor Hugo envers sa fille , Léopoldine . Ma question : « Puis-e le présenter alors comme comme un poème d’amour ? »

    •  

      Bonjour Sarah,
      Il s’agit quand même d’un poème sur l’amour filial et sur la douleur liée à la perte de l’être cher. Ton choix est donc intéressant à partir du moment où tu le justifies et expliques quel type de sentiment on retrouve dans ce poème.

  18.  

    bonsoir je n’ai pas très bien comprit votre introduction elle me parait trop courte c’est ce que je pourrais ajoute ? Je dois ecrire l’introduction sur demain des l’aube et je ne sais pas quoi écrire de plus

  19.  

    Bonjour, quel problématique faut il mettre pour ce plan détaillé ?

  20.  

    Je passer mon bac blanc et sa ma aide à révisé plus que ce que j’ai fait en cours avec le pfof

  21.  

    Je vient de rejoint le site. Je le trouve vraiment intéressent

  22.  

    J adore les poème de Victor Hugo

  23.  

    bonjour sa serait pour savoir jai une question sur le corpus de « Pauca Meae, Les contemplations », je suis en seconde et la question est : »Quels sont les aspects du lyrisme révélés par les poèmes de ce corpus ? »
    et sa doit tenir sur une page et demi (sur 6 points) et enfin un commentaire littéraire avec une indroduction et conclusion (sur 14 points) aidez moi s’il vous plaît en me donnant des indices contacter moi sur mon adresse mail
    pourriez vous m’aider ?

  24.  

    Je suis en classe de seconde littéraire au Lycée Moderne HKB de Daoukro en Côte d’Ivoire. Mon Prof de Français nous a donné un exercice de maison portant sur le commentaire composé du poème de Victor Hugo « Demain, c’est l’aube ». Pourrais je avoir un exemple de commentaire composé de ce poème?
    Je vous remercie d’avance.

  25.  

    Votre commentaire de Victor Hugo m’a bien aidé, mais il vous serait possible de faire soit une analyse soit un commentaire de Pierre de Marbeuf ; « Et l’amour et l’amer ont l’amer pour partage » s’il vous plait sa me serais d’une grande aide.

  26.  

    Très bon travail .Merci

  27.  

    Je crois bien avoir tout compris, pour une fois… Merci de me permettre de me rabibocher avec le commentaire composé ! Je me lancerai volontiers sur quelques exercices ! Nonobstant, la qualité de votre analyse s’appuie sur la maitrise d’un vocabulaire précis ne faisant pas partie de mon champ lexical. Sauriez vous me conseiller pour accéder à cette connaissance sans m’éparpiller (« aux 4 coins d’Paris façon puzzle » pour faire réf à un registre oû je suis plus alaise 😉

  28.  

    svp aidez nous à analyser ce poème
    c urgent

    Oh ! puisse le ciseau qui doit trancher mes jours
    Sur le sein d’une belle en arrêter le cours !
    Qu’au milieu des langueurs, au milieu des délices,
    Achevant de Vénus les plus doux sacrifices,
    Mon âme, sans efforts, sans douleurs, sans combats,
    Se dégage et s’envole, et ne le sente pas !
    Qu’attiré sur ma tombe, où la pierre luisante
    Offrira de ma fin l’image séduisante,
    Le voyageur ému dise avec un soupir :
     » Ainsi puissé-je vivre et puissé-je mourir ! « 

  29.  

    Je suis intéressé par vos cours de français.

  30.  

    Je suis intéressé par votre cours

  31.  

    Bonjour besoin d’aide je veut un commentaire composé de Victor Hugo les contemplation
    Venu,Vidi,Vixi svp aidez moi
    L’importance les centres d’intérêt 1 et 2 je veux faire la rédaction de ces paragraphes urgent

 Laisser un commentaire

*

*

   

Commentaire composé 2017 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -