Spleen, Baudelaire : lecture linéaire

spleen baudelaire commentaire

Voici une lecture linéaire de Spleen LXXXVIII « Quand le ciel bas et lourd… » issu des Fleurs du Mal de Baudelaire.

Introduction de lecture linéaire

Charles Baudelaire publie Les Fleurs du Mal en 1857. « Spleen LXXVIII », issu de la section « Spleen et Idéal » s’inscrit dans une série de poèmes consacrée à la mélancolie (LXXV, LXXVII et LXXVII). Clique ici pour lire le poème de Baudelaire Spleen, Quand le ciel est bas et lourd.

Problématique :

Comment BAUDELAIRE transforme-t-il le plomb du spleen en or poétique ?

Clique ici pour découvrir 4 problématiques possibles sur Spleen, Quand le ciel est bas et lourd.

Annonce de plan (analyse linéaire) :

Le poème Spleen « Quand le ciel bas et lourd », composé de 5 quatrains, est divisé en deux parties :

– Les trois premiers quatrains décrivent le spleen (I)…
– … tandis que les deux derniers quatrains montrent la victoire du spleen sur le poète mais aussi, paradoxalement, la façon dont le poète parvient à mettre ce spleen à distance (II).

I – Une description du spleen (quatrains 1, 2, 3)

A – Un sentiment d’oppression (1er quatrain)

Les trois premiers quatrains de « Quand le ciel bas et lourd… » décrivent le spleen, un état morbide et dépressif ressenti par le poète.

L’anaphore de la conjonction de subordination « Quand… » qui ouvre les trois premiers quatrains (v.1, v.4 et v.9) rappelle que le monde est soumis à un temps pesant et destructeur.

Cette pesanteur est amplifiée par le champ lexical du poids « bas », « lourd », « pèse », « couvercle » qui traduit le sentiment d’enfermement du poète.

Tout oppresse le poète. Ainsi, le termes aériens et éthérés qui font penser à l’Idéal, à la liberté « ciel / esprit / horizons / jours » ) sont immédiatement contrecarrés par les termes qui expriment la fermeture : « couvercle », « ennuis », « cercle », « nuits ».

Le poète est passif et se réduit à un « esprit gémissant » (v.2). Le participe présent gémissant souligne l’absence de force pour surmonter le spleen.

Le champ lexical de la tristesse et de la plainte accentue le caractère funèbre de ce premier quatrain : « gémissant », « longs » , « ennuis », « noir », « triste ».

B – Un effacement du poète (2ème et 3ème quatrain)

Le deuxième quatrain poursuit la métaphore filée entre le monde et un espace carcéral : « cachot », « murs » « plafonds »., « prison », « barreaux » (au troisième quatrain). Le monde devient ainsi une prison angoissante et sans issue.

Le terme « Espérance » au vers 6 est une allégorie de l’Idéal. Mais la comparaison « comme une chauve-souris » assimile l’Espérance à un animal de nuit, symbolisant la mélancolie et le vampirisme.

Le participe présent (« s’en va battant ») insiste sur la lourdeur et la durée de l’action de la chauve-souris qui tourne sans trouver d’issue. Les consonnes explosives  (« s’en va battant les murs de son aile timide / Et se cognant la tête à des plafonds pourris ») font entendre au lecteur les coups de la chauve-souris contre les murs, renforçant le sentiment de forclusion. L’Idéal se heurte donc au spleen qui emporte tout.

L’assonance nasale en « an » (« changée en un cachot », « Espérance », « s’en va battant », « se cognant ») fait entendre les sonorités du spleen, celles d’une plainte languissante et persistante.

Le Spleen apparaît comme une force qui dissout et fait disparaître le poète. On remarque en effet que Baudelaire n’utilise pas le « je » dans les premiers quatrains. Le « je » est effacé au profit d’un paysage où toute humanité est absente.

L’espace-temps semble d’ailleurs s’étirer : : « étalant ses immenses trainées », « tendre », « vaste prison », « peuple muet ».

Cet étirement crée un mouvement qui semble absorber progressivement le poète vers le néant.

II – Une victoire du spleen ? (quatrains 4 et 5)

Les deux derniers quatrains montrent une victoire apparente du spleen sur le poète, mais la théâtralisation du spleen par Baudelaire souligne que le poète parvient à transformer le spleen en or poétique.

A – La montée d’une tension dramatique

Alors que le temps des trois premiers quatrains était un temps long, languissant, l’adverbe « tout à coup » au v.13 marque une rupture nette et le début d’une tension dramatique.

Le champ lexical du cri (« furie », « affreux », « hurlement »), de la religion (« cloches », « ciel », « esprits ») et du mouvement (« sautant », « lancent », «  errants », « sans patrie ») créent une atmosphère fantastique, proche du romantisme noir.

Les allégories de l’Espoir et de l’Angoisse au vers 18 et 19 (ces termes abstraits portent une majuscule, il s’agit donc d’allégories) renvoient au titre de la section « Spleen et idéal » : l’Espoir incarne l‘Idéal et l’Angoisse le spleen. Ce poème montre donc le combat entre le spleen et Idéal qui a lieu tout au long du recueil.

Le spleen sort vainqueur de ce combat comme le souligne l‘image forte de l’Angoisse plantant son drapeau noir sur le crâne du poète.

Le dernier quatrain est d’ailleurs placé sous le ligne de la tragédie comme le suggère la couleur noire : « corbillards », « atroce », « drapeau noir ».

Les rejets (« l’Espoir / Vaincu, pleure . ») et les effets d’anacoluthe par la place grammaticale inhabituelle des adjectifs donnent une impression de précipitation dramatique.

B – La mise à distance du spleen par le poète

Néanmoins, cet univers tragique est surjoué.

Ainsi, l’adverbe « opiniâtrement » (prononcé en 6 syllabes en raison de la diérèse) crée un effet de dissonance ironique comme si Baudelaire exagérait volontairement la mise en scène de la souffrance.

Les assonances en « an » très nombreuses dans le texte (« Et lancent vers le ciel un affreux hurlement / (…) esprit errants et sans patrie/ (…) opiniâtrement ») créent une musique insistante qui tend à caricaturer la plainte.

Enfin, Baudelaire compare son âme à une scène de théâtre où défilent les personnages allégoriques « Espoir » et « Angoisse ».

Tout ramène au théâtre dans ce dernier quatrain : le tiret au vers 17 qui rappelle les dialogues de théâtre et les adjectifs apposés qui jouent le rôle de didascalies théâtrales (« Vaincu », « atroce, despotique »). Par cette mise en scène ironique, Baudelaire ne parvient-il pas à jouer avec le spleen, à reprendre le dessus sur le néant ?

« Quand le ciel bas et lourd », explication linéaire, conclusion

Dans Spleen LXXXVIII,  Baudelaire n’atteint pas l’idéal, mais il ne se laisse pas complètement anéantir par le spleen dans ce poème.

En peuplant le néant, en théâtralisant son état d’âme, le poète prend ses distances avec son mal-être et parvient à transformer le plomb du spleen en or poétique.

Tu étudies Les Fleurs du Mal ? Regarde aussi :

Chant d’automne, Baudelaire : analyse
Une charogne, Baudelaire : analyse
Les phares, Baudelaire : analyse
Hymne à la beauté, Baudelaire (analyse)
L’albatros, Baudelaire : analyse
L’ennemi, Baudelaire (analyse)
Le serpent qui danse, Baudelaire (analyse)
Le vampire, Baudelaire : analyse
Recueillement, Baudelaire : analyse
Remords posthume (analyse)
Le chat, Baudelaire (analyse)
L’invitation au voyage, Baudelaire (analyse)
Le balcon, Baudelaire : analyse
Correspondances, Baudelaire (commentaire)
La chevelure, Baudelaire : analyse
Elévation, Baudelaire (commentaire)
La vie antérieure, Baudelaire : analyse
Parfum exotique, Baudelaire : lecture linéaire
L’Horloge, Baudelaire : analyse
Harmonie du soir, Baudelaire : analyse

Qui suis-je ?

Amélie Vioux

Je suis professeur particulier spécialisée dans la préparation du bac de français (2nde et 1re).

Mon but est de te donner des cours et conseils simples, directs, et facilement applicables pour augmenter tes notes en 2-3 semaines.

Je crée des formations en ligne sur commentairecompose.fr depuis 8 ans.

Tu peux également retrouver mes conseils dans mon livre Réussis ton bac de français 2020 aux éditions Hachette.

95 commentaires

  • Bonsoir Amélie,
    Je voulais savoir s’il existait des poèmes de Baudelaire réunissant à la fois le spleen et l’idéal où se sont toujours deux notions séparées?
    Merci pour ton travail, ca m’aide beaucoup!

  • Bonjour est ce que je peux utiliser ce commentaire littéraire pour ma lecture analytique ? Car contrairement aux autres commentaire composé je ne vois pas de questions qui peuvent tomber le jour de l’oral ?

  • Je suis une élève de 3ème et je dois faire un dialogue qui exprime l’état d’esprit de baudelaire le (spleen) et dans ce dialogue faut que un ami à lui vien le réconforter mais pour cela j’ai aucune idée de comment faire pourriez vous m’aider au plus vite avantenne demain après midi s’il vous plaît ?

  • bonjour.

    Ma question est un peu inappropriée je pense mais vous vous etes déjà demandée si le poète a vraiment voulu insinuer cela a travers son poème ??

  • Bonjour, je voudrais savoir si ce poème a une dimension lyrique. Et parle-t-on de lyrisme dès lors que le poète exprime ses sentiments ( qu’ils soient tristes ou joyeux), même s’il ne s’agit pas d’amour. Merci d’avance !

    • Le lyrisme correspond à l’expression de sentiments personnels, il ne s’agit donc pas uniquement de sentiments amoureux. D’autres sentiments peuvent être exprimés : tristesse, nostalgie, amitié…

  • bonjour,
    pourriez vous m’expliquez ce qu’est un hypallages s’il vous plait étant donner que je confond hypallage et personnification merci d’avance

  • J’ai une question importante, d’après vous, quelle pourrait être l’itilité de l’emploi du participe présent en poésie, ils’agit là du poème « DOM JUAN AUX ENFERS » de Baudelaire?.

  • ma question est : choissez et analysez dans chaque strophe une image poétique exprimant le sentiment du spleen . expliquez en quoi cette image est originale ?

    • Petit mémo-technique pour se souvenir

      – assonancE finit par un E c’est donc la répétition d’une voyelle
      – allitératioN finit par un N c’est donc la répétition d’une consonne

      J’espère que cela te sera utile !
      Pour ma part je ne fais plus d’erreurs grâce à cette astuce 😉

  • Bonjour Amélie,
    Je ne comprends pas bien la différence entre la partie 1 et la partie 2 car il y a des éléments que vous placez dans une des deux partie que je verrais bien dans l’autre…

  • Bonjour Amélie,
    Je voulais savoir s’il était possible que la problématique posée au bac sur ce texte porte sur les différents étapes de la crise ou est-ce trop évident?
    Merci par avance et bonne fin d’après-midi

    • Bonjour Léna,
      On peut très bien imaginer une question de l’examinateur sur les différentes étapes de la crise. Il est vrai que certaines questions sont un peu plus faciles à traiter que d’autres ! Tout est possible 🙂

  • Bonsoir Amélie,est ce qu’il serai possible que tu rajoutes des questions qui pourraient etre posees a l’oral comme tu as annote dans plusieurs autres commentaires stp

  • bonjour, c’est indéniablement une excellente analyse mais quelque chose m’intrigue. pourquoi est-ce qu’il n’y a pas de problématique posée lors de l’introduction. est-ce fait intentionnellement ou bien n’est-elle pas indispensable?

    • Bonjour Océane,
      Je ne fais pas vos devoirs sur ce site ! En revanche, si tu regardes mes articles et vidéos sur Les Fleurs du Mal, tu trouveras la réponse à ta question. Bonne journée !

  • merci pour le commentaire de SPEEN de Baudelaire grâce à vous j’ai pu obtenir un 16/20 en oral de francais … merci du fond du coeur ❤️ 🙂

  • Bonjour,

    Est il judicieux de mettre ce poème en lien avec le spleen « je suis comme le roi… » ?
    Merci d’avance ! Vos commentaire m’aident beaucoup !

  • bonjour ton site est assez bien malgré des petites erreur ,comme les auteurs et œuvre car des qu’on ouvre auteurs œuvre il faut dégrossir la page ce qui est un peu chiant ,je pense qu’une grande partie du travail a été abattue mais que ça peut-être améliorer .Mais franchement bravo a toi ,je lis régulièrement tous les commentaires des gens et je vois que sa leur fait plaisir ,ce qui doit te rendre super heureuse ,j’espère que tu pourra aider beaucoup d’autre personne .Mais j’aimerais bien t’aider a améliorer ton site pour qu’il se répande partout comme le site phare pour le BAC de français . Je n’ai que 14 ans mais j’ai déjà ma vision sur la poésie et sur plein d’autre chose .Bonne chance a toi pour la suite .

  • Bonjour,
    je n’ai pas compris en quoi le participe présent a un effet passif pour l’auteur,
    C’est quoi l’effet du participe présent en général?

  • je suis passé sur ce texte à l’oral blanc et mon sujet était comment le spleen est il définit dans ce poème puis montré en quoi il y a tout de même de l’espoir.

  • Bonjour , je crois que vous vous êtes trompé, ce n’est pas plutôt son etat moral avec un paysage interieur et son etat mental avec un paysage exterieur ?

  • Merci pour cette aide !
    Bien que ce ne soit pas un commentaire rédigé,
    je trouve le premier axe un peu pauvre par rapport aux
    deux suivants …

  • premier-ment je vous vous remercie amelie de mon profond coeur outeur de ses efforts que tu fasse pour accéder l »information a toutes l étudiantes et je remercie infiniment étant donnée la plupart des étudiant sont procurées des bons nots a l »aide vous mais avant termine mon remerciement j ai deux question a vous quels sont les thèmes principaux dans la poésie de Baudelaire les fleurs du mal et quelle la définition de spleen

  • bonjour, j’aimerais savoir commet faire ma conclusion sur ce commentaire j’ai évidement lu les commentaire laisser par les internautes avant mais je ne comprend pas très bien est il possible que vous me le réexpliquiez ?
    merci d’avance pour votre réponse et merci pour les commentaire des œuvre que tu fais ils sont très utile pour mon orale 😉

  • Bonjour es ce que cette conclusion est correct svp?

    Ce poème reprend son titre « Spleen », qui représente la mélancolie, le noir.. C’est le récit d’une crise habituelle, qui n’apporte aucun soulagement. Il se construit dans une progression par étapes qui part d’un environnement naturel hostile pour se rapprocher du poète et de la définition de son état-d’âme. Le décor tant réel que fantastique décrit dans le poème immerge le lecteur dans le moment dépressif vécu par Baudelaire. Le texte apparaît en effet à la fin comme étant lyrique.

    • Bonjour Laury, sur le fond, le poème semble bien compris. Ton problème se situe davantage sur le plan de la forme : l’expression écrite n’est pas assez rigoureuse dans ta conclusion. Il faut que tu y fasses très attention.

  • Bonjour Amélie
    Tu avais une super video sur la méthode à appliquer pour adapter le plan d’un commentaire composé à la problématique posée par l’examinateur à l’oral.
    Je ne la trouve plus sur ton site, l’as tu retirée?

    • Bonjour Antonin,
      Cette vidéo fait partie des vidéos de la formation gratuite à laquelle tu avais dû t’inscrire l’année dernière. Elle n’est pas supprimée du site : elle est accessible via les liens que tu avais reçus par email.

  • Bonjour,
    Mon professeur a interprété la fin du poème ainsi : il y a 3 majuscules( Espoir, Vaincu, Angoisse) qui forment le mot EVA, Eve, qui pourrait faire référence à la seconde Eve : Marie qui pleure la mort de son fils Jesus qui revient à la vie, montrant ainsi qu’il reste malgré tout un espoir. Selon moi, c’est un peu trop poussé comme interprétation, qu’en pensez-vous ?

  • Bonjour Amelie,
    Pouvez-vous nous proposé des problematiques susceptibles d’être posé à l’oral du bac pour ce poème?

    Merci d’avance,

    • Bonjour Catherine,
      Voila la question qu’un de mes ami a eu à son oral blanc: « Montrez que la forme du poème est au service du message ».
      Amelie, si je fais comme plan:
      1)installation de l’angoisse
      2)une grande douleur
      3) Victoire du spleen
      Et qu’à l intérieur de chaque partie, si je parle des rejets, assonances, harmonie initiative et les figures de style, le plan convient?

      Je me demandais aussi, quelles sont les axes que l’on peut faire pour répondre à la question « en quoi la construction du poème sert-elle au sens? » pour l’horloge de baudelaire.

      Dernière question: Toujours dans l’horloge, si la question est : »étudiez la polyphonie »
      Peut-on faire comme plan: 1) le temps vu comme une divinité (omniprésence du temps et sa toute puissance sur l’homme avec la cible)
      2) le temps vu comme un montre dévorateur
      3)le temps qui est une divinité mais qui est dévorateur conduit l’homme vers la mort

  • Bonjour, ma professeur de français m’a indiqué deux axes pour ce poème : 1) Un environnement carcéral
    2) une prison mental ! J’ai compris ces deux axes, mais j’ai du mal avec le deuxième particulierement je ne sais pas trop quoi mettre et comment organiser mes idées ! Pourriez vous m’aidez s’il vous plait ? Merci d’avance

  • Je n’ai pas de question particulière à vous poser mais je voulais simplement vous remercier pour ce site qui m’aide chaque jour un peu plus à l’approche du bac ! 🙂

  • Bonjour, j’ai travaillé ce texte également est j’en ai déduis que c’était un appel a l’aide .. ? dans mon interpretation : «  » on s’imagine sous la pluie , se déchainant sur la terre [ ciel bas , la pluie étalant ses immenses trainées , pleure ] enfermé dans un cercueil encore vivant essayant de s’échapper en vain [ se cognant la tête a des plafonds pourris ], transporté dans un long corbillard traversant un château de vampire où des chauves souris font la fête et en entendant des cloches de l’église d’à coté sonner signifiant l’approche d’un événement grandiose, mais ici l’apocalypse d’une vie, , on comprends là son angoisse, d’où son amorce « Esprit errant » baudelaire ne se sent pas près a mourir, mais est déjà envahi enfermé pris dans les filets et devient specateur de son échec, de sa mort [ angoisse sur mon crâne incliné [plante] son drapeau noir «  » » SON POEME ETAIT UN APPEL A L’AIDE

  • Désolé mais j’ai encore un petit soucis : je ne comprend pas les 3 derniers vers du poème car on me demande les procédés de chaque vers et d’y ajouter un commentaire! 7

    • Bonsoir Liline,
      Ces derniers vers sont expliqués à la toute fin de mon commentaire. Baudelaire a recours à une allégorie pour évoquer son incapacité à vaincre son désespoir. Tu peux trouver une explication plus précise de ce qu’est une allégorie ainsi qu’une explication de ces derniers vers dans cet article sur les figures de style.

    • Bonjour Liline,
      Lis attentivement mon commentaire et relève les différents animaux évoqués par Baudelaire. Que peux-tu en dire ? Quelles sont les connotations liées à ces animaux ? Quelles images font-ils naître ? Bon courage.

  • Bonjour Amélie,

    je dois rédigé une introduction et je dois répondre à cette problématique:
    montrer que le poète présente une vision idéal de femme aimée .
    trouvez 3 idées et justifier
    (poème de Baudelaire, les fleurs du mal, LA FEMME UNE MUSE AMBIVALENTE)

    Mais je n’y arrive pas à faire le commentaire.
    j’ai besoin de l’aide
    j’ai regarder tout les vidéos mais je suis en difficultés.
    merci pour votre compréhension

  • Bonjour Amélie 🙂 ,
    je n’arrive pas du tout à adapter une problématique à ce plan , et de même pour une autre problématique au plan de correspondance de Charles Baudelaire , est ce que la problématique nécessite parfois un changement total de plan?

    • Bonjour Claire,
      C’est rare de devoir changer complètement le plan mais il est vrai qu’adapter un plan à une problématique est un exercice de gymnastique intellectuelle. Ce que j’essaie de vous montrer, c’est que c’est quasi systématiquement possible mais il faut faire fonctionner sa logique et avoir une vue d’ensemble du contenu de votre plan.

  • Bonjour Amélie,
    J’ai une question concernant les lectures linéaires. En effet, ma prof nous en a donné de nombreuses a apprendre pour le BAC, mais j’ai peur que celles-ci ne soient appropriées pour certains textes.
    J’en ai pour des textes de Dom Juan ( acte 1 scene 2, acte 3 scene 2), mais aussi pour des poèmes de Baudelaire ( Spleen, Parfum exotique, l’albatros) mais aussi pour des essais de Montaigne !!
    Alors je voudrais savoir si les examinateurs préfèrent voir des lectures linéaires, ou savoir dans quels cas celles-ci sont efficaces?

    Merci d’avance 😆

    • Abstrait est le contraire de concret. Est concret ce qui a une réalité sensible, c’est à dire ce qu’on peut voir, toucher. Est abstrait tout ce qui n’a pas de réalité sensible. Par exemple, l’amour, la liberté sont des idées abstraites (elles n’ont pas de réalité physique comme une table ou une chaise).

  • Salut Amélie,

    Je ne comprends pas très bien la façon dont ce commentaire est structuré. Pas de problematique, pas de conclusion, tu mets des titres et sous-titres  » I « ,  » II « , « A », « B », et même la façon dont il est rédigé… ce n’est pas un commentaire composé non ?

    • Bonjour Sorrow,

      Ces analyses sont surtout destinées à vous aider pour l’oral de français. C’est pourquoi je n’indique pas de problématique (mais je vous donne plusieurs problématiques possibles pour Spleen ici), et j’utilise la 2ème personne du pluriel pour vous indiquer les points à mettre en avant lors d’un oral.

      Je mets des titres apparents sur le blog pour faciliter la lecture et la compréhension des idées clés.
      A l’écrit du bac de français, les titres ne doivent pas être apparents, l’écriture doit rester neutre et bien sûr il faut une problématique et une conclusion à votre commentaire composé.

    • Bonjour Erick,
      Un commentaire linéaire est tout simplement un commentaire ligne par ligne. Au lieu d’organiser ton commentaire en deux ou trois axes de lecture qui traitent de l’ensemble du texte, tu découpes le texte en deux ou trois passages clés que tu analyses ligne par ligne.

  • Pour conclusion je pourrait dire:  » Ce poème nous montre une sorte de crise du Spleen avec deux forces qui s’opposent dans chaque individu. En fait, sous la généralisation, le poète cache sa propre défaite, il est soumis à l’angoisse. Les quatre poèmes descriptifs et explicatifs du Spleen s’achèvent sur un constat de défaite et le poète devient définitivement mélancolique. L’opposition radicale entre le Spleen et l’Ideal ou autrement dit entre Dieu et Satan domine tout au long de cette poésie. L’opposition est radicale et n’est jamais dépassée.  » Soyez franche SVP

    • Bonsoir Mike,
      La conclusion doit permettre de montrer que ton plan a répondu à ta problématique, puis elle doit proposer une ouverture. Or la conclusion que tu proposes ne permet pas de comprendre ton plan. Il faudrait la reprendre à ce niveau là. Par ailleurs, tu emploies des termes parfois un peu trop vagues (« une sorte de crise de Spleen avec deux forces qui s’opposent »). Tu parles également beaucoup de l’opposition Spleen et Idéal, mais cette opposition n’est pas flagrante dans Spleen IV. Ce poème porte sur le spleen et non sur l’opposition Spleen et Idéal. Ceci dit, il y a des efforts de rédaction et insister sur la défaite finale est intéressant.

      • Bonjour, vous dites que l’opposition entre spleen et idéal n’est pas flagrante mais notre professeur de français (je suis en première) nous a parlé d’un dualisme, d’une oscillation entre spleen et idéal. Ce n’est donc pas la même chose ? J’ai bien compris que ce poème est une longue descente vers le spleen, une progression vers l’abîme, et que le poète qui recherche l’idéal finit par sombrer dans le spleen. Mais pourquoi ne peut-on alors pas parler d’une opposition ? Merci d’avance pour votre réponse 🙂

        • Dans certains poèmes, Baudelaire oppose très clairement le spleen et l’idéal. Dans Spleen IV, on assiste à une plongée dans le spleen et non à un tiraillement comme dans de nombreux autres poèmes de Baudelaire.

    • Oui, il s’agit de Spleen IV ! Je vais faire un lien vers le poème pour que vous puissiez suivre plus facilement. Je n’ai pas mis de problématique précise car j’ai choisi un plan qui peut s’adapter facilement à différentes problématiques le jour de l’oral. La problématique la plus évidente serait : Comment ce poème définit-il le spleen ?

    • Bonjour Nicolas,
      Pour la conclusion, suis la méthode de la conclusion de commentaire :
      – Rappelle la problématique qui t’a été donnée (ou que tu as choisie)
      – Récapitule ton plan et montrant qu’il a bien répondu à la problématique
      – Éventuellement, fais une ouverture en conclusion ou fais une petite phrase pour souligner l’originalité avec laquelle Baudelaire parvient à représenter et suggérer sa souffrance intérieure.

      • Bonjours,
        Je suis en seconde et je dois faire un commentaire composé mais je n’y arrives pas.
        Je ne comprends pas comment décomposer le poème…
        Merci d’avance pour votre réponse

    • Bonsoir Rémi,
      Une allégorie, c’est la représentation CONCRÈTE d’une idée ABSTRAITE, généralement sous les traits d’un être vivant.

      Dans « Spleen », l’espoir et l’angoisse (des idées abstraites) sont représentés sous les traits de deux combattants.

      On le repère facilement car Baudelaire utilise une majuscule à « Espoir » et « Angoisse » : il nous indique par là qu’il entend désigner des personnes (noms propres) et non une simple idée (avec des noms communs). J’explique ce qu’est une allégorie plus en détail dans l’article Le Top 12 des figures de style 2/4

      A bientôt !

Répondre à Alice X