Correspondances, Baudelaire : analyse

correspondances baudelaire

Voici une analyse du poème « Correspondances » issu des Fleurs du Mal de Baudelaire.

Correspondances, Baudelaire, Introduction

« Correspondances » de Baudelaire, est un sonnet issu de la section « Spleen et Idéal » des Fleurs du mal, recueil de poèmes publié mais aussitôt censuré en 1857.

Baudelaire est en effet un poète moderne et incompris : contenu érotique de l’ouvrage, présentation intimement liée du beau et du sordide, ses poèmes ne manqueront pas de choquer la société de l’époque.

« Correspondances » n’est pas un des poèmes qui a le plus heurté. Il n’en est pas moins éminemment moderne dans la mesure où il se fait l’écho d’une doctrine symboliste qui puise ses racines dans la critique de la société bourgeoise ultra-matérialiste.

Dans Correspondances, Baudelaire voit dans la nature un lieu sacré et symbolique (I), et définit le poète comme un intermédiaire entre la nature et les hommes (II).

Clique ici pour lire le poème « Correspondances » de Baudelaire.

I – La nature : un lieu sacré et symbolique

A – La nature : un lieu sacré

La nature est présentée par Baudelaire comme un lieu sacré.

La métaphore qui met en relation « la nature » et « un temple » au vers 1 permet de comparer notre environnement à un lieu sacré, divin.

Cette métaphore est filée dans le premier quatrain puisque les arbres sont un peu plus loin présentés comme de « vivants piliers ».

Sacrée, la nature est également immuable.

Cette qualité se ressent à l’étude des verbes employés par le poète dans le premier quatrain : au verbe d’état « est » du premier vers, qui se rapporte à la nature, Baudelaire oppose le verbe d’action « passe » qui se rapporte à l’homme (vers 3).

Ces verbes, de natures opposées, soulignent le contraste entre l’immuabilité de la nature, d’une part, et le passage éphémère de l’homme, d’autre part.

On soulignera que le choix d’un sonnet en alexandrin, vers noble par excellence, n’est ici pas anodin. Le caractère sacré de la nature en est souligné.

B – La nature : un lieu symbolique

Si la nature est sacrée, elle est également hermétique : son sens ne saurait être saisi facilement. La nature s’exprime à travers « des forêts de symboles » qui doivent être décryptés.

On observe ainsi dans les deux premiers quatrains le champ lexical de la confusion : « confuses », « forêts de symboles », « se confondent », « ténébreuse et profonde », « nuit ».

Cette confusion est soulignée phonétiquement par l’assonance en « on » qui se fait entendre dans le deuxième quatrain : « longs », « confondent », « profonde », « comme », « sons », « répondent ». La répétition de ce phonème se réfère bien évidemment aux échos évoqués par le poète, échos mystérieux et insondables que le lecteur entend lui même, sans les comprendre.

On remarquera que malgré la confusion, la richesse des sons (assonances, allitérations) tisse le texte et crée une musicalité qui suggère, par delà, la confusion, l’unité de sens.

C’est le poète, intermédiaire entre la nature et les hommes, qui va éclairer ce sens.

II – Le poète : un intermédiaire entre la nature et les hommes

A – Le recours aux synesthésies (la méthode pour décrypter la nature)

Dans le dernier vers du deuxième quatrain, Baudelaire nous révèle l’enseignement de son poème : « les parfums, les couleurs et les sons se répondent ».

Ce vers est essentiel dans la mesure où il résume l’idée des correspondances, celle des synesthésies, idée illustrée par le poète dans les deux derniers tercets.

Les synesthésies sont des associations de sensations de nature différente. Baudelaire nous en donne des exemples :

«<em> il est des parfums frais comme des chairs d’enfants » : le poète met ici en relation l’odorat (parfum) et le toucher (frais)

« doux comme les hautbois » : relation entre l’odorat (parfum), le toucher (doux) et l’ouie (hautbois)

« verts comme les prairies » : relation entre l’odorat (parfum) et la vue (vert- la couleur)

Encore plus intéressantes sont les correspondances qu’il existerait entre les sens et les qualités morales : les parfums peuvent ainsi être « corrompus, riches et triomphants » (v.11). Baudelaire souligne la relation entre l’odorat et des qualités d’ordre moral.

On le voit, la méthode du poète, pour décrypter la nature repose sur une mobilisation des sens. Tous les sens sont évoqués : le toucher, l’odorat, la vue, le goût, l’ouïe.

L’importance des sens ne doit pas être occultée. On remarquera d’ailleurs que Baudelaire clôt son sonnet par le mot sens (v.14), place qui le met en relief.

B – Le statut du poète

Le rôle du poète est fondamental dans ce sonnet.

Bien qu’il ne soit pas désigné directement dans le poème, c’est le poète qui révèle au lecteur l’enseignement clé des correspondances. Il est ainsi présenté comme un intermédiaire entre la nature et les hommes.

On comprend, à la lecture du vers 3 (« l’homme y passe à travers des forêts de symboles »), que le poète se démarque des autres hommes puisqu’il détient, lui, la clé de la compréhension de la nature.

Le poète est en effet celui qui fait passer le lecteur de la confusion à la clarté.

On observe une opposition entre les deux premiers quatrains, où règne le champ lexical de la confusion et les deux derniers tercets, où le poète éclaircit le sens de la nature. Le début du premier tercet, « il est » (vers 9) dissipe l’obscurité et marque le commencement des explications.

Le poète, qui nous livre sa méthode des synesthésies pour comprendre notre environnement nous ouvre de nouvelles perspectives sur le monde. Il ne faut pas s’en tenir au monde sensible mais voir au delà, pour comprendre l’idée qui se cache derrière.

Cette nouvelle perspective constitue une véritable « expansion », terme utilisé par le poète au vers 12 et d’autant plus mis en valeur qu’il comporte une diérèse, nous obligeant à prononcer en deux syllabes ce que nous devrions prononcer en une seule (si-on au lieu de sion).

Cette diérèse n’est bien évidemment pas anodine : elle fait entendre le sens même du mot prononcé : une extension, un accroissement du monde sensible pour le lecteur.

Conclusion :

Correspondances de Baudelaire, est emblématique du mouvement symbolique. En effet, le poète nous invite à voir au delà de la réalité sensible en découvrant le sens caché du monde qui se manifeste par des signes que le poète sait déchiffrer et transcrire.

Ce rôle et cette fonction de la poésie sont propres au symbolisme et repris par d’autres auteurs. On songe notamment au poème « Voyelles » de Rimbaud qui lui, fait correspondre les lettres et les couleurs.

Tu étudies Les Fleurs du Mal ? Regarde aussi :

Le balcon, Baudelaire : commentaire composé
Invitation au voyage (analyse)
La chevelure, Baudelaire (analyse)
Harmonie du soir, Baudelaire (analyse)
Le chat, Baudelaire (commentaire)
Parfum exotique, Baudelaire (lecture linéaire)
L’Horloge, Baudelaire : analyse
La vie antérieure, Baudelaire (commentaire)
Chant d’automne, Baudelaire : analyse
Une charogne, Baudelaire : commentaire
Les phares, Baudelaire : analyse
Hymne à la beauté, Baudelaire (analyse)
L’albatros, Baudelaire : commentaire
L’ennemi, Baudelaire (analyse)
Le serpent qui danse (analyse)
Le vampire, Baudelaire : analyse
Recueillement, Baudelaire : analyse
Remords posthume, Baudelaire (analyse)
Spleen, Quand le ciel bas et lourd, Baudelaire (lecture linéaire)

Qui suis-je ?

Amélie Vioux

Je suis professeur particulier spécialisée dans la préparation du bac de français (2nde et 1re).

Mon but est de te donner des cours et conseils simples, directs, et facilement applicables pour augmenter tes notes en 2-3 semaines.

Je crée des formations en ligne sur commentairecompose.fr depuis 8 ans.

Tu peux également retrouver mes conseils dans mon livre Réussis ton bac de français 2020 aux éditions Hachette.

Laisse un commentaire !