l'invitation au voyage baudelaireVoici une analyse de « L’Invitation au voyage » de Charles Baudelaire extrait du recueil Les Fleurs du mal (1857).

L’invitation au voyage, introduction :

« L’Invitation au voyage » se situe au cœur de la section « Spleen et Idéal » des Fleurs du Mal. Baudelaire évoque ici un monde idéal et nous livre sa vision de la poésie. Il s’adresse à la femme aimée et l’invite à un voyage particulier, à la fois réel et imaginaire (I) mais aussi poétique (II).

Questions possibles à l’oral sur « L’invitation au voyage » de Baudelaire :

Que peut-on dire du voyage proposé par le poète ?
Quelles sont les caractéristiques de l’idéal baudelairien d’après ce poème ?
Commentez la composition et la progression du poème.
Quelle vision de la poésie est représentée dans « L’invitation au voyage » ?
Comment la femme est-elle ici représentée ?
Analysez la musicalité du poème.

I – Invitation à un voyage à la fois réel et imaginaire

A – Une invitation amoureuse

Cette invitation au voyage est avant tout d’ordre amoureux.

En effet, au début du poème, Baudelaire s’adresse directement à la femme aimée à travers une injonction formulée à l’impératif : « Mon enfant, ma sœur/Songe à la douceur/D’aller là-bas vivre ensemble ! » (v. 1 à 3).

Le terme « ensemble » et l’emploi de pronoms possessifs souligne le caractère fusionnel du couple, de même que les rimes embrassées et l’alternance entre rimes masculines (v. 1-2, 4-5, 7-8, 10-11, 13-14, 15-16, 18-19, 21-22, 24-25,…) et féminines (v. 3, 6, 9, 12, 17, 20, 23, 26,…).

De plus, le poète insiste sur cet amour à travers l’anaphore du verbe « aimer » : « Aimer à loisir/Aimer et mourir » (v. 4-5).

Ainsi, la femme est le point de départ du voyage, l’élément déclencheur.

D’ailleurs, le paysage prend les traits de l’aimée et se superpose à elle.

Baudelaire établit en effet une analogie entre la femme et le paysage décrit : « Au pays qui te ressemble ! » (v. 6). Il compare le soleil et le ciel aux yeux de son amante : « Les soleils mouillés/De ces ciels brouillés/Pour mon esprit ont les charmes/Si mystérieux/De tes traîtres yeux/Brillant à travers leurs larmes » (v. 7 à 12).

Enfin, la deuxième strophe évoque l’intimité du couple à travers un bref champ lexical : « notre chambre » (v. 17), « secret » (v. 25).

B – Le voyage : un rêve éveillé

La description de la chambre souligne la dimension onirique de ce voyage.

On trouve ainsi un champ lexical du rêve et du sommeil : « Songe » (v. 2), « chambre » (v. 17), « Dormir » (v. 30), « soleils couchants » (v. 35), « s’endort » (v. 39).

D’autre part, les adjectifs qualifiant le paysage à la première strophe dénotent un paysage flou, voilé, incertain et irréel : « Les soleils mouillés/De ces ciels brouillés » (v. 7-8), « Si mystérieux » (v. 10), « Brillant à travers leurs larmes » (v. 12).

La diérèse sur le « i » de « mystérieux » renforce le mystère de ce paysage.

De plus, chaque strophe décrit un paysage différent. On passe ainsi d’une scène à l’autre sans transition logique, comme dans le rêve.

Cependant la description, marquée par une hypotypose∗ et soulignée par les démonstratifs (« De ces ciels » (v. 8), « Vois sur ces canaux/Dormir ces vaisseaux » (v. 29-30), créée un effet de réel qui place ce voyage entre rêve et réalité, réel et imaginaire.

∗ hypotypose : figure de style qui consiste, pour une phrase, à mimer, reproduire ce qu’elle dépeint, donnant ainsi l’impression d’une description vivante, animée, qui se dessine sous nos yeux.

C – Un monde imaginaire et idéal

Mais c’est tout de même un monde imaginaire et idéal que peint ici Baudelaire.

Le conditionnel à la seconde strophe souligne la dimension imaginaire et irréelle du voyage : « Décoreraient notre chambre » (v. 17), « Tout y parlerait » (v. 24).

De même, l’emploi de l’infinitif marque le caractère paradoxalement passif et immobile du voyage : « D’aller », « Aimer à loisir/Aimer et mourir » (v. 3 à 5), « Dormir » (v. 30), « C’est pour assouvir » (v. 32).

L’infinitif est également le mode de l’intemporel, mode idéal quand on sait que le temps est l’ennemi de Baudelaire.

Le lieu décrit par le poète est idyllique, voire utopique. C’est un monde idéal caractérisé par la beauté, le luxe et l’exotisme, ce qui est traduit par les champs lexicaux :

♦ De la lumière et de la brillance : « soleils » (v. 7 et 35), « Brillant » (v. 12), « luisants », « polis » (v. 15-16), « miroirs » (v. 22), « d’or » (v. 38), « lumière » (v. 40)

♦ De la beauté : « charmes » (v. 9), « beauté » (v. 13, 27, 41), « splendeur » (v. 23)

♦ De la richesse et du luxe (leitmotiv baudelairien) : « Luxe » (v. 14, 28, 42), « riches plafonds » (v. 21)

 De l’exotisme : « vagues senteurs de l’ambre » (v. 20), « La splendeur orientale » (v. 23), « du bout du monde » (v. 34).

Enfin, cette idéalisation est renforcée par les hyperboles et les superlatifs : « Si mystérieux » (v. 10), « Les plus rares fleurs » (v. 18), « tout » (v. 13, 24, 27, 41), « la ville entière » (v. 37).

Transition : Ce monde idéal dont rêve Baudelaire et qu’il peint ici est aussi celui de la poésie.

II – Un voyage poétique

A – Une forte musicalité

« L’invitation au voyage » présente une forte musicalité.

Tout d’abord, sa composition est similaire à celle d’une chanson : chaque strophe, qui comporte douze vers alternant deux pentasyllabes et un heptasyllabe, est suivie d’un refrain.

Malgré les vers impairs, le rythme est régulier et le poète parvient à créer une parfaite harmonie.

Cette régularité à la fois visuelle et sonore est soulignée par de nombreuses diérèses : « mystérieux » (v. 10), « orientale » (v. 23), « D’hyacinthe » (v. 38).

L’harmonie est également due à la brièveté et à la fluidité des vers.

En effet, les vers sont courts et marqués par de nombreux enjambements (v. 2 à 3, 7 à 8, 9 à 12, 19 à 20, 24 à 26, 30 à 34, 39 à 40). Aucun rejet ou contre-rejet ne vient rompre le rythme.

Par ailleurs, cette fluidité est accentuée par l’allitération en « l » :

« D’aller là-bas vivre ensemble » (v. 3), « Les soleils mouillés/De ces ciels brouillés » (v. 7-8), « Brillant à travers leurs larmes » (v. 11-12), « Luxe, calme et volupté » (v. 14, 28, 42), « Des meubles luisants/Polis par les ans » (v. 15-16), « Les plus rares fleurs/Mêlant leurs odeurs » (v. 18-19), « La splendeur orientale/Tout y parlerait/A l‘âme en secret/Sa douce langue natale » (v. 23 à 26).

B – L’idéal poétique de Baudelaire

A travers ce monde rêvé et imaginaire, c’est un idéal poétique que dépeint Baudelaire.

Cet idéal est avant tout marqué par les synesthésies et correspondances : « Les plus rares fleurs/Mêlant leurs odeurs/Aux vagues senteurs de l’ambre » (v. 18 à 20), « Les soleils couchants/Revêtent les champs/Les canaux, la ville entière/D’hyacinthe et d’or » (v. 35 à 38), « Le monde s’endort dans une chaude lumière » (v. 39-40).

Les principales caractéristiques de l’idéal baudelairien sont résumées dans les deux vers du refrain : « Là, tout n’est qu’ordre et beauté/Luxe, calme, et volupté ».

Ce refrain fonctionne comme une formule magique et donne au poème un ton incantatoire. Le voyage se réalise à travers la parole poétique.

Le poète est comme un magicien, capable de transformer le monde et de le sublimer, comme le souligne la métaphore des « soleils couchants » mise en évidence et en valeur par un tiret :

«  Les soleils couchants/Revêtent les champs/Les canaux, la ville entière,/D’hyacinthe et d’or » (v. 35 à 38).

Le poète est aussi celui qui parle « le langage des fleurs et des choses muettes » (voir le poème « Elévation »). Il déchiffre et interprète la langue de l’invisible : « Tout y parlerait/A l’âme en secret/Sa douce langue natale » (v. 24 à 26).

L’invitation au voyage, Baudelaire, conclusion :

Dans « L’Invitation au voyage », c’est l’idéal qui domine et l’emporte enfin sur le spleen, du moins le temps d’un poème.

Baudelaire invite la femme aimée et le lecteur à un voyage onirique et imaginaire au sein d’un monde idéal sublimé par le langage poétique. Il peint ainsi à travers la description de paysages et une forte musicalité son idéal poétique, marqué par l’harmonie.

On retrouvera cette vision moderne du poète alchimiste chez Rimbaud notamment (dans « Voyelles » par exemple).

Tu étudies Baudelaire ? Regarde aussi :

Chant d’automne, Baudelaire : analyse
L’ennemi, Baudelaire : commentaire
Le chat : analyse
Une charogne, Baudelaire (analyse)
Correspondances, Baudelaire
L’Horloge, Baudelaire (analyse)
Spleen, Baudelaire : analyse
Le balcon : commentaire composé
L’invitation au voyage, Baudelaire
Le serpent qui danse, Baudelaire : analyse
Hymne à la beauté, Baudelaire (analyse)
Remords posthume, Baudelaire : commentaire
Parfum exotique : analyse
Harmonie du soir : analyse

  37 commentaires à “L’invitation au voyage, Baudelaire : analyse”

  1.  

    trop contente que vous ayez fait cette analyse ! Je m’aide beaucoup de votre site pour l’oral car vos commentaires sont toujours très claires 🙂

  2.  

    Salut Amélie
    pourrais tu faire une analyse du texte de Ionesco « le roi se meurt »
    le texte qui est présent dans le manuel l’ecume des lettres

  3.  

    Salut très chère Amélie ,
    pourrais tu faire s’il te plait une analyse de En attendant Godot , scène de clôture ?
    Ton site m aide beaucoup merci

  4.  

    J’ai choisi ce poème pour mon anthologie poétique. Cette analyse me rassure, car je sais que j’ai compris ce magnifique poème ! Grâce à la création de mon anthologie, je peux maintenant assurer que Baudelaire est mon poète préféré, et que son recueil  »Les fleurs du mal » est mon favoris !

  5.  

    Bonjour Amélie,

    Il y a quelque chose que je comprends pas dans ton commentaire. Dans ton II) B) tu parles de synesthésie et de correspondance. Quelles sont les correspondances ? Et comment définirais tu ce terme ? Par ailleurs, quels exemples y sont associés ? Malheureusement je n’ai pas compris cela …

    J’espère que tu pourras m’éclairer sur cela.

    Bien cordialement,

    Alexandre

  6.  

    la synesthésie c’est la « correspondance » entre les différentes sensations exemple une sensation visuel associé à une sensation auditive

  7.  

    La synesthésie c’est la « correspondance » entre les différentes sensations (ex: une sensation visuelle associée à une sensation auditive) « Doux comme les hautbois,verts comme les prairies » cf Fleurs du Mal sensations: toucher + visuelle .

  8.  

    Bonsoir,j’ai une préparation à faire sur ce poème.La question de lecture analytique est d’analyser l’évocation du paysage extérieur dans le poème.Le prof va peut-être ramasser les préparations et faire passer un élève devant en situation d’examen.

  9.  

    Bonjour Amélie;
    Pour ma préparation je dois analyser le paysage intérieur dans le poème.Voici mon plan:
    I La découverte du paysage intérieur bercé par la rêverie
    1 Un monde imaginaire et idéal
    2 Un monde caractérisé par la beauté,le luxe et l’exotisme
    3 Le titre
    II L’âme du poète
    1Le paysage prend les traits de la femme
    2 L’âme du poète bercé par la douceur et la musicalité
    III Les lieux à imaginer
    1 La chambre
    2 Le paysage
    3 Le pays

  10.  

    Merci Très utile!

  11.  

    Génial, complet !

  12.  

    Bonjour dans ce poème ( L’invitation au voyage ,Charles Baudelaire ,Les Fleurs Du Mal (1857) et ( L’invitation au voyage ,petits poèmes en PROSE (1869) quels sont les points communs et les différences entre les deux poèmes ?
    et aussi
    Quels pronom designe la destinataire dans chaque poème ? Pourquoi cette différence ? (L’invitation au voyage,Charles Baudelaire,Les Fleurs du Mal (1857),Les fleurs Du Mal et L’invitation au voyage,Petits poèmes en PROSE(1869)

  13.  

    Bonjour Amélie!
    J’apprécie énormément les analyses que vous faites qui sont toujours très poussées et m’apportent énormément dans la compréhension des textes, que ce soient ceux de nos objets d’étude ou d’autres que nous n’avons pas étudié.
    Cependant, je crois avoir remarqué une petite erreur… Vous dites que « viennent » au vers 34 comporte une diérèse, mais il me semble qu’il faut au contraire prononcer ce mot comme une synérèse sinon nous n’avons plus un heptasyllabe…
    Est-ce juste?

    •  

      Bonjour Anne,
      Il n ‘y a pas de synérèse sur le verbe « viennent », ni de diérèse (je viens de l’enlever de la liste, c’est une faute d’inattention). Le vers compte 7 syllabes. Tu en comptes peut-être 8 car tu prononces le /e/ muet de monde (il ne faut pas le prononcer).

      •  

        Je ne comprends pas la métaphore du soleil que vous traitez à la fin du commentaire, à quoi se rapporte t’il et à quoi est t’il « comparé » ?

  14.  

    Bonjour j aime beaucoup vos commentaires merci pour votre travail ! Je ne comprends pas bien la métaphore du soleil à quoi le comparé vous ?

  15.  

    bonjour,
    j’aimerais savoir de qui est ce tableaux s’il vous plait et sa source

    merci

  16.  

    Bonjour Amélie. Pardon aide-moi. J’éprouve des difficultés à analyser et interpréter correctement les assonances.

  17.  

    Bonjour Amélie,

    Vous pensez que  » un poète amoureux  » marche comme axe?
    Merci

  18.  

    Un très grand MERCI pour EXCELLENT TRAVAIL !!

  19.  

    Bonjour Amélie !
    Très belle analyse ☺️! Je me demandais juste où se situait dans le texte l’hypotypose que tu as placé dans ton I. B) ?

  20.  

    Bonjour ! Merci beaucoup pour ce super travail qui m’aide énormément ! J’aimerai savoir si ce plan répond à toutes les problématiques ?
    Merci par avance

  21.  

    Bonjour Amélie! Comment répondre à la problématique:  »Analysez la musicalité du poème » et  »Commentez la composition et la progression du poème »

    Merci beaucoup, car je bloque..

  22.  

    Bonjour Amélie,
    Un grand MERCI pour vos analyses complètes qui m’aident énormément pour me préparer à l’oral de français.
    Je ne comprend juste pas bien la métaphore des « soleils couchants » évoquée à la fin du II-B
    Si vous pouviez m’éclairer sur ce point s’il vous plaît ?
    Merci d’avance
    Anne

  23.  

    Pourriez vous me donner un plan pour la problématique suivante: « Montrer la musicalité de ce poème. » Merci de votre aide!

    •  

      I introduction
      Tu expose le contexte
      II une composition spécifique
      Dans le quelle tu mettrai la répétition des vers formant un « refrain » et la découpe des strophes et des vers
      III rythme visuel
      Tu parlera de schémas de versification (AABCCB)
      IIII rythme sonore
      Tu parlera des allitération en L et des diérèse
      IIIII Conclusion
      Tu diras en gros que se poème a une forte musicalité grace ai procédé littéraire mis en place dans tous le poème

  24.  

    Merci merci merci Amélie pour toute l’aide que tu nous donne ! J’ai repris ton plan pour ce poème le jour de mon oral et grâce à toi j’ai eu 20 !

  25.  

    Quel est le titre et l’auteur de la peinture au début de l’analyse s’il vous plaît ?

  26.  

    Bonjour Amélie, j aimerais savoir si le plan que vous nous avez proposé est bon pour chaque problématique citées juste après l’introduction car j’ai du mal a comprendre le rapport entre certaines parties du plan et certaines problématiques.

    •  

      Bonjour Bastien,
      J’élabore des plans qui vous permettent de répondre à toutes les questions possibles, mais tu dois quand même faire l’effort d’adapter ce plan à la question et de répondre clairement à la question posée. Si cela te semble confus, inscris-toi à ma formation gratuite : elle contient une vidéo très claire à ce sujet.

 Laisser un commentaire

*

*

   

Commentaire composé 2017 - Amélie Vioux - Droits d'auteur réservés - Tous les articles sont déposés AVANT publication chez copyright France - Reproduction sur le WEB interdite -