Le loup et l’agneau : analyse

le loup et l'agneauVoici quelques idées pour réussir votre analyse ou commentaire composé sur la fable le loup et l’agneau de Jean de la Fontaine.

Pensez à aller voir ma fiche de lecture des Fables de La Fontaine.

Pour vous aider à organiser les éléments de cette analyse dans un commentaire, vous pouvez lire cette suggestion de plan de commentaire composé du loup et l’agneau.

Tout d’abord, explication du contexte du loup et l’agneau.

On est en plein 17ème siècle, sous le règne de Louis XIV, le Roi-Soleil.

C’est important : l’allégorie des animaux permet de critiquer indirectement l’ordre établi, en échappant à la censure.

La morale (la loi du plus fort est toujours la meilleure) se comprend mieux dans le contexte du 17ème siècle : monarchie absolue, critique de la justice arbitraire.

 Analysez le cadre bucolique, idyllique du début (onde pure, se désaltérait), brusquement rompu par l’arrivée du loup :

« le loup survient à jeun ». Notez le passage soudain au présent de l’indicatif qui insiste sur la violence de l’apparition du loup

 L’opposition des deux personnages :

Relevez tout ce qui touche à l’innocence, la douceur de l’agneau et, par opposition, à la férocité du loup.

Il existe un rapport de pouvoir entre les deux animaux. Ce rapport de force est illustré dans la position même des animaux dans la fable puisque le loup se situe en hauteur par rapport à l’agneau (« Plus de vingt pas au-dessous d’Elle »).

Votre commentaire composé doit mettre en relief cette opposition.

 L’argumentation dans le loup et l’agneau :

L’argumentation est susceptible de constituer une partie dans votre commentaire composé/ lecture analytique (surtout que vous étudiez généralement cette fable dans le cadre de l’objet d’étude argumentation !) :

Le loup : argumentation de mauvaise foi, qui ne convainc pas.

→ Il considère que l’agneau trouble l’eau alors que le courant est descendant.
→ Il a recours à des théories du complot (le frère, les bergers et les chiens).
→ Le loup ne fait aucune démonstration logique : « c’est donc ton frère » (utilisation d’un connecteur logique qui est ici vide de sens).
→ Il a recours à des pronoms indéfinis (« on me l’a dit ») qui cachent l’absence de bien-fondé des ses arguments.

L’agneau : son argumentation est rigoureuse, sensée.

Le langage est sa seule arme puisqu’il est du côté des faibles ! Il a recours à plusieurs stratégies. Tout d’abord, la flatterie, la politesse (Sire, Votre Majesté, emploi du pronom « vous »). Puis des arguments raisonnés : il ne peut pas troubler l’eau en raison du sens du courant, il n‘a pas de frère etc.

 La morale du loup et l’agneau :

La raison du plus fort est toujours la meilleure. La Fontaine dénonce la justice qui n’est que le nom hypocrite de la force.

Commentez le champ lexical du procès dans le loup et l’agneau : châtié, témérité, procès. La justice n’est que violence et rapport de force.

 Les effets de rythmes :

Ils sont très intéressants à commenter dans le loup et l’agneau :

→ Analysez notamment l’accélération du rythme lors de l’échange verbal final.
→ Pensez aussi aux effets de sons. Par exemple, l’allitération en « t » dans le discours du loup est une sonorité dure qui marque la cruauté et la violence du loup: « Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?/Dit cet animal plein de rage :/Tu seras châtié de ta témérité. »

Pour aller plus loin :

Le classicisme [vidéo]
L’apologue : définition [vidéo]
Argumentation directe et indirecte [vidéo]
La cigale et la fourmi (analyse)
L’huître et les plaideurs (analyse)
Les Animaux malades de la peste (analyse)
Le rat qui s’est retiré du monde (analyse)
La cour du lion (analyse)
Le curé et le mort (analyse)
Le savetier et le financier (analyse)
Le coche et la mouche (analyse)

La mort et le bûcheron (analyse)
Les deux pigeons (analyse)
Le chêne et le roseau (analyse)
Le laboureur et ses enfants (analyse)
Le chat, la belette et le petit lapin (analyse)
Le pouvoir des fables (analyse)
Le vieillard et les trois jeunes hommes (analyse)
Les deux coqs (analyse)
Les grenouilles qui demandent un roi (analyse)
Les membres et l’estomac (analyse)
Les obsèques de la lionne (analyse)
Le loup et le chien (analyse)
Le lion et le moucheron (analyse)
La laitière et le pot au lait (analyse)

Qui suis-je ?

Amélie Vioux

Je suis professeur particulier spécialisée dans la préparation du bac de français (2nde et 1re).

Mon but est de te donner des cours et conseils simples, directs, et facilement applicables pour augmenter tes notes en 2-3 semaines.

Je crée des formations en ligne sur commentairecompose.fr depuis 8 ans.

Tu peux également retrouver mes conseils dans mon livre Réussis ton bac de français 2020 aux éditions Hachette.

25 commentaires

  • bonjour professeur,

    dans les deux vers de Paul Eluard:
    l’aube se passe autour du cou
    un collier de fenêtres
    j’identifie plutôt une personnification: l’aube est personnifiée en femme se passant un collier autour du cou.
    pour moi la métaphore se situerait plutôt dans le mot collier: il est comparé à des fenêtres. le point commun entre ces deux mots, le comparant et le comparé serait la lumière que la fenêtre laisse passer, comme ce collier clair à son tour qui embellit davantage le cou d’une femme/l’aube.
    merci

  • Moi Estinvil vedet,je constate que ce type de comportement est toujours existé surtout dans les sociétés défavorisées.les gens qui possèdent plus d’argent bafouent la raison des plus pauvres.car leurs yeux se sont fermés,ils agissent plus dur que les animaux méchants et affamés des bois.

  • Salut Amélie,
    je suis Abdel de la libye, en fait j’ai vu vos vidéos sur youtube et j’ai bcp aimé, j’adore la littérature française
    j »ai appris le français en france pendant deux ans et je suis revenue pour l’enseigner en libye
    de temps en temps je m’appuie sur la littérature comme moyen didactique et j’appris de vous résumés et vos analyses
    Merci bcp Amélie

  • Bonjour Amélie, quelles sont les problématiques possibles sur cette fable svp. Il est aussi important de parler de l’apologue car il est probable que la problématique soit axée sur cela non?

  • Bonjour Amelie,
    Pourrais tu proposer une problematique pour l’analyse que tu as faite de cette fable? J’ai pensé à « Cette fable illustre t elle un apologue » cela parait il correct?

    • Bonjour Tangi,
      Merci pour ton message. Les livres lus par des comédiens te donnent toutes les clés pour appréhender un texte. Bien sûr, la majorité d’entre nous n’y est pas habituée, mais tu n’as pas de souci à te faire de ce côté là. J’ai visité le site internet de l’association Eole. C’est un excellent projet dont je parlerai autour de moi. Merci de nous l’avoir fait connaître.

  • Bonjour Amélie,
    Je suis infirme moteur cérébral et j’ai beaucoup de problèmes de vision. Comme je ne peux pas lire un livre ordinaire, j’ai l’habitude de travailler avec des livres lus par des comédiens. Pensez-vous que cela est une bonne chose pour bien appréhender un texte ? Par ailleurs, je recommanderais à tous les élèves qui consultent votre blog d’aller sur le site de l’association Valentin Haouy qui vient en aide aux personnes malvoyantes. Hélas ouvert cette année le service Éole, qui vous permet d’accéder à des livres audio au format MP3 lus par des bénévoles de cette association. Pour accéder aux livres audio, il faut s’inscrire en envoyant par e-mail ou par courrier postal une copie de la carte d’invalidité ou un certificat médical d’un ophtalmologiste qui prouve que vous n’avez pas la capacité de lire un livre normal. Voici le lien vers le site.
    http://eole.avh.asso.fr/
    Merci au passage pour vos leçons qui me sont fort utiles.

  • bonjour c’est Christian pourriez-vous me donner un avis sur la morale que j’ai faite :La morale de cette fable apparaît dès le premier vers, rendant ainsi prévisible la fin de la fable. La Fontaine ne nous donne ni leçon de vie, ni conseil pratique : c’est ici un simple constat sans appel plus qu’une morale : « La raison du plus fort est toujours la meilleure ». L’utilisation du présent de vérité générale donne une valeur universelle à ce constat. Cependant, le narrateur prend le parti de l’agneau en le montrant comme un animal sensible, au contraire du loup qui est décrit comme un « bête cruelle » (vers 18). 😉

  • c’est genial mais a votre place l’intro je l’aurait fait comme sa La Fontaine remet le genre de la fable à la mode au XVIIème siècle en pleine apogée du classicisme en s’inspirant des Anciens, Esope et Phèdre. Les mettant à l’honneur du Dauphin de France (fils de Louis XIV et de la reine Marie-Thérèse 1661-1711), il utilise souvent le monde animal pour montrer les injustices de son temps. La fable, petit apologue, s’inscrit avec lui dans le classicisme du siècle de Louis XIV, « plaire et instruire ».( contexte )

Laisse un commentaire