Juste la fin du monde, Lagarce : fiche de lecture

juste la fin du monde lagarce fiche de lectureVoici une fiche de lecture complète (résumé et analyse) sur Juste la fin du monde de Jean-Luc Lagarce, au programme du bac de français 2021.

Juste la fin du monde est entrée au répertoire de la Comédie- Française en 2008.

Cette pièce est particulièrement intéressante car elle ne suit pas les étapes traditionnelles de l’action dramatique, avec un nœud, des péripéties et un dénouement.

Dans le théâtre de Lagarce, c’est la parole qui tient lieu d’action.

Les scènes apparaissent comme des juxtapositions de tableaux et de soliloques qui se font écho et qui donnent peu à peu accès à l’intériorité des personnages.

Fiche de lecture en vidéo

Lectures linéaires sur Juste la fin du monde :

Qui est Jean-Luc Lagarce ?

À la fois comédien, metteur en scène, directeur de troupe, dramaturge et même éditeur, Jean-Luc Lagarce touche à tous les métiers du théâtre. Il écrit ses propres pièces et met en scène Marivaux, Labiche, Ionesco.

En 1988, il apprend qu’il est atteint du sida et se sait condamné. Au printemps 1990, il reçoit une bourse de la Villa Médicis et part 3 mois à Berlin pour rédiger Juste la fin du monde.

Malgré sa mort prématurée en 1995, à l’âge de 38 ans, Jean-Luc Lagarce laisse derrière lui plusieurs dizaines de pièces qui rencontreront un succès posthume.

Comment résumer Juste la fin du monde ?

La pièce s’ouvre sur un prologue : Louis, 34 ans, s’exprime seul sur scène : il va mourir et décide de retourner dans sa famille pour annoncer la nouvelle.

Dans la première partie, Louis est accueilli par les membres de sa famille : sa mère, sa sœur Suzanne, son frère Antoine et Catherine, la femme de son frère.

La mère se rend compte que Louis ne connaît pas Catherine.

Suzanne reproche à Louis de ne pas l’avoir prévenue de sa venue et évoque le vide de sa vie.

Catherine parle de ses enfants et du choix du prénom de son fils Louis. La mère raconte sa vie familiale et ses souvenirs (le père, la voiture familiale, le rapport entre Louis et Antoine) et demande l’âge de Louis. Catherine décrit la vie banale de son mari Antoine. Suzanne dépeint Catherine. Chaque personnage est ainsi l’objet du discours d’un autre.

Les rapports entre les personnages sont tendus et des disputes éclatent. Antoine notamment s’emporte contre Louis au sujet du motif de sa venue.

Suzanne reproche à Louis de s’être absenté pendant douze ans, sans jamais leur rendre visite.

Dans un long monologue, Louis évoque la façon dont il a essayé de fuir la mort, de lui résister pour finalement s’y abandonner.

Dans la deuxième partie, Louis décide de partir sans révéler sa mort prochaine.

L’annonce de son départ crée de vives tensions. Antoine veut en effet raccompagner Louis à la gare mais Suzanne se propose également, provoquant la colère d’Antoine qui reproche à sa sœur de vouloir tout le temps changer de plan.

Catherine dit qu’Antoine est « brutal » : ce mot déchaîne la colère de son mari qui devient violent à l’égard de Louis.

Antoine revient sur ses souvenirs d’enfance et reproche à son frère de s’être toujours plaint de ne pas recevoir assez d’amour.

Dans l’épilogue, Louis, post mortem, évoque une promenade nocturne au cours de laquelle il n’a pas poussé « un grand et beau cri » comme il l’aurait souhaité : c’est son seul regret.

N.B : Juste la fin du monde a été adaptée au cinéma par Xavier Dolan en 2016. Tu peux bien entendu regarder le film mais attention : il ne suit pas fidèlement l’œuvre de Lagarce et plusieurs scènes, ajoutées par Xavier Dolan, ne figurent pas dans la pièce. Il ne faudra donc pas confondre la pièce avec le film le jour du bac !

Quels sont les thèmes importants dans Juste la fin du monde ?

La famille

Dans Juste la fin du monde, la famille occupe une place centrale.

Ironiquement, Lagarce souligne que la scène se déroule un « dimanche, évidemment », moment symbolique de la réunion familiale.

Cependant, il y a un grand absent : le père. Louis et Antoine, les deux hommes de la famille, semblent vouloir s’approprier cette place du père, mais la mère domine en chef de famille.

On découvre que trois hommes de trois générations successives portent le prénom de Louis comme dans la royauté française. La mère, dont le sentiment maternel est peu perceptible (elle a oublié la date de naissance de son fils Louis), s’apparente à une régente détentrice d’une couronne dont ses fils ne parviennent pas à se saisir.

La famille est ainsi présentée comme une cour parodique.

La difficulté à se comprendre

Les personnages ne parviennent pas à communiquer et les malentendus et quiproquos provoquent des disputes, comme l’emportement d’Antoine sur le mot « brutal ».

Le plus souvent, les personnages soliloquent et le langage est fermé sur lui-même, en forme de chiasme (A-B-B-A): « Ce n’est pas bien que tu sois parti, parti si longtemps / ce n’est pas bien » ou « Je suis mal à l’aise / excusez-moi (…) excusez-moi / Je suis mal à l’aise »

L’épanorthose, figure de style qui consiste à corriger ou nuancer une affirmation, est abondamment utilisée.

Les personnages poursuivent une quête obsessionnelle du « mot exact », mais ironiquement, cette quête ne porte pas ses fruits : les personnages tournent autour du réel, sans parvenir à le nommer.

Le conflit

Lagarce met en scène la difficulté à communiquer, mais il montre aussi le culte de la complication, la recherche de la crise pour la crise comme si c’était la seule manière d’exister.

L’obsession psychologique des personnages qui se disputent sur chaque mot prête parfois à sourire alors que la mort, elle vraiment tragique, n’émerge pas sur scène. Les personnages se déchirent pour des broutilles tout en passant à côté de l’essentiel.

Le jugement

La famille est un véritable tribunal comme en témoigne le champ lexical du droit qui parsème le texte (« m’accuser », « m’accable », « droit », « juste », « crimes »).

Catherine dit elle-même : « je ne voudrais pas avoir l’air de vous faire un mauvais procès » tandis que Louis accepte d’endosser la culpabilité : «et ces crimes que je ne me connais pas, je les regrette, j’en éprouve du remords » (2e partie, scène 1).

Louis est manifestement accusé de s’être absenté durant douze ans. Mais ce tribunal familial juge de manière expéditive. Louis ne parvient pas à dire ce qui lui tenait à cœur et les membres de la famille préfèrent le sacrifier pour retrouver leur équilibre familial.

Le temps et la mort

Le temps travaille et dévore les personnages.

Ainsi, ils répètent les verbes à des temps différents comme Catherine : « Nous vous avions, avons envoyé une photographie d’elle » ou Louis : « Cela me fait plaisir, je suis touché, j’ai été touché ».

Ces répétitions donnent l’impression que le temps se dilate et échappe aux personnages. Quant à la mort, elle est le grand non-dit de ce texte : Louis est venu pour annoncer la sienne mais il repart sans avoir rien révélé.

Quelles sont les caractéristiques de l’écriture de Lagarce ?

Une pièce tragique

Juste la fin du monde est structurée comme une tragédie avec le Prologue de Louis qui fait songer au chœur tragique annonçant le destin des personnages.

Le prénom Louis porté par trois générations d’hommes inscrit l’histoire familiale dans une lignée et donne une dimension héréditaire à cette histoire familiale.

La tension entre les deux frères relève de la rivalité fraternelle courante dans les tragédies ou rappelle les figures de Caïn et Abel.

Quant à Louis, dont la mort est inéluctable, il incarne le héros tragique par excellence, « L’Homme malheureux » selon Antoine.

Une pièce ironique

Mais on aurait tort de considérer Juste la fin du monde comme une pièce uniquement tragique. Jean-Luc Lagarce n’est pas sans ironie à l’égard de ses personnages, comme le souligne le titre de la pièce Juste la fin du monde. Alors que l’expression « La fin du monde » renvoie à une situation apocalyptique, l’adverbe « juste » ajoute une touche de distance et d’ironie qui dédramatise la situation.

Louis lui-même fait souvent preuve d’ironie, par exemple lorsqu’il répond à sa famille qui lui propose de rester plus longtemps : « Mieux encore […] je renonce à tout, j’épouse ma sœur, nous vivons très heureux. » 

Une pièce lyrique

L’écriture de Lagarce est également lyrique. Derrière les répétitions et la parole mécanique, on entend une musique.

Les retours à la ligne donnent à la parole des personnages une forme versifiée dans laquelle les effets de rimes internes sont nombreux : « il a le droit, ne lui dis rien / Je vais bien / Suzanne et moi / ce n’est pas malin » (2ème partie, scène 2).

Que signifie le parcours « Crise personnelle, crise familiale » ?

Juste la fin du monde met en scène une crise personnelle et une crise familiale.

Louis traverse tout d’abord une crise personnelle en raison de la mort imminente qui le menace. C’est cette crise personnelle qui l’amène à revenir dans sa famille.

Mais son retour vient bousculer le quotidien ronronnant d’une famille traditionnelle. Louis fonctionne comme un catalyseur : sa présence réveille les souffrances et les complexes de chacun.

Le retour de Louis provoque une crise familiale

Le retour de Louis bouleverse l’équilibre familial et réveille les souffrances de chaque membre de la famille.

Pour la Mère, c’est le retour du fils prodigue, écrivain, dont on n’a pas vraiment compris le départ. Pour Antoine, c’est le retour du frère aîné rival qui réactive les complexes, les passions et la jalousie. Pour Catherine et Suzanne, Louis est un miroir qui les rappelle à la médiocrité et à la banalité de leur vie.

On comprend dès lors le procès familial fait à Louis, le chef d’accusation étant sa longue absence. Dans le prénom « Louis », on peut d’ailleurs entendre le pronom « Lui », c’est-à-dire celui que l’on pointe du doigt et qu’il faut sacrifier. Louis emploie d’ailleurs lui-même le terme « je me sacrifie » (Partie I, scène 10).

La crise familiale qui se déroule prend des formes diverses. Tous les personnages se disputent : Antoine et Catherine, Antoine et Suzanne, Suzanne et Catherine, La Mère et ses enfants.

La violence d’Antoine est particulièrement spectaculaire. Tout oppose Antoine et Louis qui apparaissent comme deux frères ennemis. Louis est écrivain, il a voyagé, tandis qu’Antoine est ouvrier, père de famille, responsable. Louis est calme, poli ; Antoine est agressif, « brutal ». Le retour de Louis réactive chez Antoine la jalousie fraternelle, le complexe d’infériorité. Leurs échanges dégénèrent jusqu’à la menace physique (Antoine : « Tu me touches : je te tue »).

La crise familiale se traduit également par une crise du langage. Les personnages sont incapables de trouver les mots exacts, d’où l’inflation d’épanorthoses.

La crise familiale, symbole d’une cure psychanalytique ?

Cette réunion familiale peut également se voir comme une cure psychanalytique.

Selon Freud, trois instances sont présentes chez l’homme : le moi qui assure la stabilité et le contact avec la réalité extérieure, le ça, lieu de pulsions qui ne supporte pas la contradiction et le surmoi, instance morale qui rappelle les interdits.

Les personnages de Lagarce semblent symboliser ces trois éléments : la Mère serait une sorte de surmoi (l’instance morale), Antoine le ça (les pulsions) et Louis l’inconscient qui ne parvient pas à émerger et à dire la mort. La crise familiale symbolise alors la crise personnelle.

Tu étudies Juste la fin du monde ? Regarde aussi :

Oh les beaux jours, Beckett : fiche de lecture
La cantatrice chauve, Ionesco : résumé
Roméo et Juliette, Shakespeare : résumé
Le malade imaginaire, Molière [Fiche de lecture]
Les Fausses confidences, Marivaux [Fiche de lecture]

Qui suis-je ?

Amélie Vioux

Je suis professeur particulier spécialisée dans la préparation du bac de français (2nde et 1re).

Sur mon site, tu trouveras des analyses, cours et conseils simples, directs, et facilement applicables pour augmenter tes notes en 2-3 semaines.

Je crée des formations en ligne sur commentairecompose.fr depuis 9 ans.

Tu peux également retrouver mes conseils dans mon livre Réussis ton bac de français 2021 aux éditions Hachette.

un commentaire

  • Bonjour Amélie
    Je souhaiterais savoir le mouvement littéraire des œuvres juste la fin du monde ainsi que voyage au centre de la terre.
    Merci beaucoup

Laisse un commentaire !

Deviens membre de commentairecompose.fr

Tu accèderas gratuitement à TOUT le contenu

Tu recevras 10 vidéos avec mes meilleures astuces !

Je deviens membre !
Inscris-toi avec ta meilleure adresse email ou tu ne recevras pas mes conseils et tu seras déçu(e) ! Ton adresse email reste top secrète. Ce n'est que moi (Amélie Vioux) qui t'écrirai. Tu recevras 100% d'astuces et conseils pour ton bac :-)
close-link
Deviens membre !
Accède gratuitement à TOUT le contenu
Reçois 10 vidéos avec mes meilleures astuces

Je deviens membre !
close-link